Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Psychologie

  • : Alma Oppressa
  •  Alma Oppressa
  • : Blog sur l'opéra
  • Contact

Articles à venir

Recherche

Archives

Il catalogo è questo

5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 01:39

 

Lives diffusés à la radio:


*Handel, Alcina (Bradamante)

avec Kalna, Pasichnyk, Kasarova
dirigé par Spinosi

à Paris: compte-rendu ici

à Vienne: la captation très réverbérée est plus favorable à l'orchestre qui semble moins squelettique, mais c'est toujours pénible à entendre. Les interprêtes présentent les mêmes qualités et défauts que pour le spectacle parisien quelques jours plus tard.



*Handel, Messiah


avec Priante, Scano
dirigé par Biondi à Madrid

A oublier; Biondi est incapable de maitriser l'orchestre (un espagnol je crois, en tout cas pas Europa Galante) et de donner une conception claire et structurée de l'oeuvre; tout le monde chante un peu n'importe quoi: à Prina echoient le "But who may abide" et le "He was despised". Bien sur son cantabile est très efficace dans le second, mais on l'a connu plus émouvante; le premier air par contre gagne vraiment à être interprété par un mezzo plus aigu (Kozenaaaaaaaaaa!!!).

avec York, Senn
dirigé par Dantone

Pas bien mieux: Dantone qui est le must pour Vivaldi ne m'a jamais ravi dans Handel, tout est bien sage, sonne bien mais manque d'esprit et d'emportement. Le concert est posterieur à celui dirigé par Biondi et pourtant Sonia semble encore moins à l'aise avec une prononciation de l'anglais vraiment caricaturale (était-elle enruhmée?). York est acide et Senn trop léger.



*Handel, Il Trionfo del tempo e del desinganno (Desinganno)


avec Hallenberg, Breslik, Cangemi
dirigé par Haïm au TCE

Je ne connais pas la retransmission radio en entier; une bonne âme internaute a porté à ma connaissance le "Crede l'uom" et le "Voglio tempo". Le premier est formidable, c'est le terrain de prédilection de la dame; l'interprétation gagnera beaucoup à mon avis dans l'intimité du studio (edit: je m'a bien gouré sur ce point!). Le second est angoissant à souhait, le manque de respiration chronique du Concert d'Astrée étant ici une qualité pour rendre l'ambiance carcérale et nerveuse de ce quatuor qui respire, ou plutôt expire, l'urgence tragique.


avec Aikin, Gens
dirigé par Antonini

Très jolie direction dixseptièmiste toute en détail et en harmonie soignées; je n'ai jamais beaucoup aimé Aikin dans le baroque que je trouve trop sèche et pas toujours juste; Gens s'en sort bien mais est vraiment légère pour le Piacere. Le Desinganno de Sonia s'épanouit à merveille dans cette direction (bien mieux qu'avec Haïm), la qualité de son cantabile fait de cette prestation un délice de chaque instant que tempère juste la sagesse du personnage. On se demande bien pourquoi la Beauté hésite aussi longtemps: dès le premier air, moi, je suis conquis!

 






*Handel, Partenope (Rosmira)avec Schiavo, Auvity
dirigé par Florio à Beaune






avec Invernizzi, Auvity
dirigé par Florio à la Vilette

Rosmira est à mon sens un de ses meilleurs roles; écrit pour la Merighi, une mezzo colorature, le rôle traverse tous les états d'âme: fureur ("Un altro volta ancor" délirant grace à la combinaison de fortes scansions sur "poi..." auquelles succède un court silence angoissé puis reprises du "poi" et tourbillon vocalisant sur "m'inganasti"), superbe guèrriere ("Io seguo sol fiero", glorieuse gigue dans laquelle Prina crane fièrement en dialoguant avec le cor, faisant montre de graves que je ne lui connaissait pass), jalousie ("Furie son dell'alma mia", même procédé que pour le premier air, avec une forte accentuation du "gEElosia" puis "gelosia rabbia e furor" et vocalise sur "rabia", avec un staccato des archets sur chaque syllabe initiale; l'air parcoure une large tessiture et Prina décoche des aigus tous neufs là aussi), mais aussi tristesse avec de superbes lamenti. Bref un rôle en or! J'étais ressorti emerveillé du concert de la Vilette (avec en plus une Invernizzi stellaire), tandis que le live radio de Beaune souffre d'une reverberation excessive. A connaître absolument!!




*Handel,
Amadigi di Gaula

avec Invernizzi
dirigé par Alessandrini à Beaune

connais pas! pour mon plus grand malheur :-(((((((((


avec Pondjicils
dirigé par Alessandrini à Naples

Ben là par contre ce n'est pas ce que l'on fait de mieux en la matière: elle ne se donne pas à fond et en devient commune, l'orchestre est vilain que ça en est insupportable, on se croirait à Halle dans les années 50.




*Handel,
Rodelinda (Bertarido)
avec Bell, Summers
dirigé par Curtis à Londres

Curtis est ici bien meilleur qu'au disque, ce qui confirme mon idée que ce chef et son ensemble ont besoin d'un long moment de répétition et de tourné avant d'arriver à un résultat plus qu'honorable (voir leur Motezuma en cd comparaé au live). Mais bon le succès ne touche ici que quelques airs, l'ensemble étant assez inégal, Curtis a toujours du mal porter le dramatisme et à donner de l'esprit aux opéras de Handel. Preuve de ce succès intermittent, voici le superbe "Se fiere belva ha cinto", on y retrouve les défauts habituels de Prina dans un rôle trop grave pour elle, mais l'allant, le naturel et la légereté de la vocalise me satisfont amplement.

 



*Handel, Giulio Cesare (Cesare)
avec Cencic, Comparato, Remigio
dirigé par Fasolis à Gênes

Attention: OVNI! La partition a été entièrement tripatouillée (et vu le dramatisme foireux de cet opéra, je ne m'en plains pas!), l'instrumentation aussi visiblement (sorte de corne de brume bouchée dans les récitatifs!) et Prina en Cesare on pouvait craindre le gros plantage! Finalement c'est une très belle réussite pour elle que j'ai rarement entendu aussi en forme (du coté de ses modifications: son "Qual torrente" lui est ravi par Nireno et elle récupère le "Se tu consenti" d'Orlando): vocalisation à toute épreuve ("L'empio diro" est le plus rapide que j'ai jamais entendu!), souffle long, niaque dramatique, timbre charmeur ça dépote!








 

 




*Handel, Giulio Cesare (Cornelia)

avec Joshua, Scholl
dirigé par Rousset à Paris

Passé un magnifique premier air et un sublime duo avec Sesto, le role ne lui offre guère l'occasion de briller, son manque de graves abyssaux faisant vite oublier ses airs malgrè des récitatifs très animés.





*Handel, La Resurrezione (Cleofe)
avec Joshua, Bell, Agnew
dirigé par Haïm à Francfort

Vraiment superbe: l'orchestre se bouscule parfois un peu mais le tout ne manque pas de vie. A part Agnew ses partenaires sont excellents; quant à sa Cleofe, je vous ais déjà dit et répété que cette femme avait quelque chose de mystique, alors je ne sais plus quoi vous dire! Un peu d'apophatisme ne fera d'ailleurs pas de mal, écoutez plutôt (non je ne parle pas de l'ami de Mickey).

 







*Pergolesi, L'Olimpiade (Alcandro)
avec Bonitatibus
dirigé par Dantone à Beaune

Un rôle très court, un seul air dans lequel elle est excellente: émouvante, juste, délicate, on est sur un petit nuage, c'est presque trop pour ce messager.

 




*Pergolesi, Il Flaminio
avec Invernizzi, Bonitatibus
dirigé par Dantone à Beaune

Un petit rôle encore dans lequel elle marque moins que Bonitatibus déchainée. L'oeuvre est magnifique, donc à découvrir de toute façon, mais pas forcément pour Prina.




*Scarlatti,
La Vergine dei dolori (la Vierge)

avec Invernizzi, Basso
dirigé par Biondi à Vienne

Prina en vierge Marie, c'est le paradis, la chaleur et la douceur du timbre en plus, même si l'on peut préférer la douleur plus introvertie de Mingardo (concert à Paris), cette Vierge là ne passe pas inaperçue et fait de sa voix un linceul pour le corps meurtri de son fils - oui je sais ça veut rien dire et ça fait sulpicien. Ecoutez donc au lieu de me lire!

 




*Vinci,Partenope (Partenope)

avec Ercollano, Schiavo
dirigé par Florio à Beaune

 

Un autre de ses grands rôles, la guerrière et mythique reine de Naples. L'applomb nécessaire au role ne fait pas défaut (ça non!!), les vocalise manquent encore un peu de précision, mais la caractérisation marque encore une fois, à tel point que c'est dans ce rôle qu'il faut chercher l'origine de l'adjectif "moustachue" dont Clément a gratifié sa voix: il est certain que "Cade mura" manque un peu de féminité :-) mais bon c'est la faute à la superbe et archirythmée partition de Vinci aussi (tellement rythmée que je l'utilise souvent pour me booster quand je fais de la muscu! c'est mille fois mieux que Véronique et Davina! mais je m'égare...). 

 







*Vivaldi, La Griselda (Griselda)
avec Cangemi, Staskiewicz, Jaroussky, Ferrari
dirigé par Spinosi au TCE

Une autre vision du rôle, plus torturée et moins délicate que celle de Lemieux au disque. Le rôle y perd en subtilité mais y gagne en energie combattive pour cette fille des forêts. "Ho il cor" est anthologique!! Le timbre est rond et la projection souveraine, les "fulmini" sont fulgurants (ça tombe bien!), les "mi fa tremar" un peu fragiles (là aussi ça tombe bien!) et l'articulation parfaite; et j'aime beaucoup la façon dont elle allège sa voix pour faire ressortir la féminité et la sensibilité du personnage sur le "a" de "affani" (dédicasse spéciale à vous-savez-qui!).




 




*Vivaldi, Airs alternatifs
dirigé par Dantone à St Michel en Triearche

Pour terminer voilà le clou du spectacle: l'Accademia Bizantina confine à la perfection dans Vivaldi, l'exact équivalent à mes oreilles du Concert Spirituel pour la tragédie lyrique ou des Musiciens du Louvre pour Handel; Prina excelle naturellement dans les airs délicats et lamentos, et pallie ses limites de tessiture par une superbe sensibilité et une vocalisation vive qui semble glisser sur le souffle sans manquer de netteté, d'où une très belle impression de naturel, de spontanéité du chant que vient soutenir sa verve dramatique habituelle. Vivement le disque qui devrait lui être plus favorable que l'acoustique seche de l'eglise de St Michel-en-trifoulli-que-même-la-scnf-elle-connait-pas!(edit: ayééééé!)





*Vivaldi, La Senna festeggiante
avec Cangemi, Abete
dirigé par Bolton

Aussi bon que le cd qui jouit de conditions d'enregistrements meilleures pour profiter de toutes ses nuances et de la douceur de son timbre.


*Vivaldi, Motezuma (Mitrena)
avec Hallenberg, Gauvin, Priante, Nesi, Aikin
dirigé par Curtis

Compte rendu: ici




*Récital à Londres 2005

Au programme, le second air de Cesare, le final de la cantate Amor hai vinto de Vivaldi et surtout le Nisi dominus du même qui est malheureusement un peu exterieur et mériterait un ton plus recueilli, le Cum dederit n'en est pas moins assez beau et le tout ne lui pose aucune difficulté vocale.

 

 

Elle a aussi chanté dans

- L'Incoronazione di Poppea (Ottone) dirigée par Dantone en octobre 2005 à Crémone et à Ravenne en decembre 05 et janvier 06

 



- Il Ritorno di Ulisse in Patria (Penelope) toujours avec Dantone qui semble décidemment beaucoup l'apprécier en octobre 2004 à Cremone avec Zanasi
 

 

 

 

 

 

 

- La Principessa fedele (Cunegonda) de Scarlatti

 


- l' Oratorio di Santa Cecilia et la Santissima Trinita de Scarlatti 
- le Stabat Mater de Pergolesi
- Il Martirio di San Lorenzo de Conti
- le Gloria de Vivaldi
- Bajazet (Asteria) de Vivaldi avec Biondi, Domenech, Jaroussky, Scano, Custer et Senn à Palma de Majorque le 20 avril 2004 et à Valencia le lendemain
- l' Oratorio de Noël et des cantates de Bach
- Il Fonte della Salute de Fux à Graz 
- Aci e Galatea de Handel à Salzbourg 
- Ariodante (Polinesso) à Barcelone (mai 2006) dirigée par Bicket

- Giulio Cesare (Cornelia) à Munich en novembre-décembre 2005 dirigée par Bolton
- Rinaldo de Handel à Milan dirigée par Dantone (en alternance avec Barcellona) en avril 2005

 


- La Resurrezione (Cleofe) à Birmingham le 25 novembre 2004 avec Haïm, Joshua, Agnew et Bell
- Orlando de Handel avec Dantone le 20/22 février 2004 à Ravenne et le 13/15 mars 2004 à Reggio Emilia

 


la Seconde symphonie de Mahler
- un récital à Jesi avec Dantone en mai 2005 
- des cantates de Vivaldi (Cessate; Stabat Mater)et des airs de Handel (Empio diro; Fammi combattere) au TCE avec Antonini le 17 mai 2004

...mais je n'ai trouvé aucune trace de diffusion à la radio, si quelqu'un en sait plus qu'il n'hésite pas à se manifester: il en sera grandement remercié!

 

Ses prochains engagements sont:

- Tamerlano du Bajazet de Vivaldi avec Biondi (Venise Oct07)
- Polinesso avec Moulds (Munich Janv08)
- Andronico du Tamerlano de Handel à Munich avec Bolton (mes P.Audi!) (Munich Mars&Juill08)
- La Messagère et l'Espérance de L'Orfeo avec Christie (Madrid puis Paris Mai08)
- Orlando de Handel à l'opéra de Sydney
- L'Enfant et les Sortilèges à Naples
- Orphée et Eurydice (Jesèpaou Jesépakan)


Ses prochaines sorties de disque sont:
- Alcina(Bradamante) dirigé par Curtis avec Didonato, Gauvin et von Rensburg.

 

Le site de son agent pour vous tenir au courant.

ps: merci à Lurcanio pour les prestations et disques de Sonia qui m'avaient échappé.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Licida - dans Artistes
commenter cet article

commentaires

Licida 13/05/2010 14:40



Prina a déjà chanté Orlando mais aucune captation n'existe à ma connaissance. On peut cependant entendre l'air "Cielo se tu consenti" intégré dans le Cesare dirigé par Fasolis; je crains qu'avec
Haïm on n'arrive pas à ce niveau d'excellence, d'autant que la distribution est assez moyenne. Mais bon, si l'équipe bosse bien, ils peuvent arriver à quelque chose de très bien (comme pour le
Thésée de Lully); et puis les spectacles de McVicar sont trop rares en France pour être manqués.



Caroline 08/05/2010 10:05



J'ai raté une ligne ou Prina en Orlando, on ne connaît pas encore?...


La même production qu'au TCE (Haïm / Mc Vicar) vient sur nos terres, devons-nous faire sonner les trompettes?



Licida 02/01/2010 12:14


Pardon, ce n'est pas à Carlupin, mais à SuperGarfield évidemment que ma réponse s'adressait. Je dois encore être ethylisé du Réveillon.


Licida 02/01/2010 11:52


Je te rassure Carlupin, je ne suis pas fan de ce concert non plus. On sent que le tout manque de répétitions, ce qu'elle y fait est assez générique et manque d'approfondissement. Bien sur on
reconnait bien son style, mais c'est un peu le pilote automatique, on n'y entend pas beaucoup son génie.


SuperGarfield 01/01/2010 17:10


"J'ai une vidéo de son concert à Cracovie du 13 avril 2009 avec Giovanini Antonini dirigeant son ensemble Il Giardino Armonico consacré à Vivaldi. L'ensemble du concert est disponible sur le
tube. Comme toujours elle est géniale, j'adore son interprétation de "Agitata infido flatu" et de "Nel profondo"."

Je viens de trouver ce concert par hasard, et... à première vue, j'aime pas vraiment.
Outre que c'est très mal filmé et que ces gros plans ne la mettent pas vraiment en valeur, je trouve que ça sonne "faux", toc, superficiel, avec en outre quelques bizarreries de justesse. Le
Giardino Armonico est moins outrancier qu'avant mais c'est également un peu surfait à mon goût.
Serais-je en train de me détourner petit à petit de Prina ? Plus je l'écoute et moins elle me touche. C'est triste :(