Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Psychologie

  • : Alma Oppressa
  •  Alma Oppressa
  • : Blog sur l'opéra
  • Contact

Articles à venir

Recherche

Archives

Il catalogo è questo

6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 22:20
Vous voilà de nouveau dans la capitale, rentré de vacances, et prêt à affronter l'hiver l'automne la fin de l'été que savez déjà pourri. Vous en profitez donc pour enfin jeter un oeil à la programmation lyrique des différents opéras l'année prochaine. Et là, horreur, il y a tellement de trucs que vous ne savez pas quoi voir: vous iriez bien voir ça parce qu'il y a un chanteur connu mais vous avez peur de ne pas aimez l'oeuvre, ça pourquoi pas mais de là à prendre votre billet tout de suite non, et puis on vous a aussi conseillé d'aller voir des raretés mais comment savoir lesquelles risquent d'être vraiment intéressantes? Et puis n'oublions pas nos amis qui vivent en Province et qui en plus de toutes ces questions, doivent se soucier de l'organisation de leur voyage, alors tout ça pour un truc qui risque d'être nul, non vraiment autant rester chez soi.

Heureusement Licida est là pour vous guider dans cette orgie musicale parisienne: Paris est la ville au monde qui propose la meilleure programmation de concerts/spectacles de musique classique et d'opéra si l'on regarde à la fois le nombre (on peut presque trouver un concert tous les soirs), l'étendu du repertoire (du baroque au contemporain) et la qualité des interprêtations (à la fois grace aux spectacles montés par les maisons parisiennes, mais aussi grace aux tournées internationales qui passent souvent par Paris). Ce serait vraiment bête de ne pas en profiter par ignorance.

Je vous propose donc mois par mois, ma petite sélection: évidemment ce choix est purement subjectif (d'où la possibilité pour toi, lecteur, d'adapter ton jugement par ton esprit critique à l'égard de mes marottes) et les spectacles non mentionnés ici le sont soit du fait d'un arbitrage (autre chose le même soir), soit du fait de la quasi assurance d'un gros ratage (mais je peux me tromper!) soit parce que mon emploi du temps et mon porte monnaie s'y refusent étant donné la très moyenne satisfaction attendue. Ce programme a surtout le mérite d'éviter les doublons ("Ah merde j'ai pris une place pour Garnier et une autre pour l'opéra comique le même soir!") et de vous proposer un défrichage de la saison. Pour aller plus vite je n'écris les titres de concerts que par mot clef, pour plus de détails, vous pouvez vous référez aux sites internet des différents opéras.

Avant de commencer, je tiens tout de même à souligner que je verse ici abondamment dans le préjugé, mais sur la base de jugements antérieurs personnels et non d'une stupide doxa. Il n'en reste pas mois que tous les commentaires qui vont suivre ont infiniment moins de valeur que n'importe quel jugement a posteriori.

Tous les commentaires, compléments, contre-indications ou au contraire propositions ferventes sont les bienvenus, surtout pour les oeuvres que je ne connais pas.

Alors allons-y, vous trouverez un très zoli tableau Excel ici où tout il est bien clair, et dans cet article des commentaires à la volée par période (l'article sera donc mis à jour plusieurs fois dans la saison). Désolé pour les concerts qui sont déjà passés mais la maison a vraiment des problèmes avec le respect des délais. Sont signalés en rouge les spectacles/concerts que je ne manquerai pour rien au monde (mais cela n'engage que moi).

Abréviations:
ONP: Opéra National de Paris (Garnier et Bastille)
OC: Opéra Comique
TCE: Théâtre des Champs-Elysées
CMBV: Centre de Musique Baroque de Versailles


SEPTEMBRE

Oui bon je sais la moitié du mois est presque passée et si vous avez loupé Onéguine et von Otter c'est pas de chance. Pour les deux semaines qui restent: Le New York City Ballet propose plusieurs programmes intéressant à Bastille (avec pas mal de Balanchine et de néoclassique), c'est une compagnie réputée que je n'ai encore jamais vu donc je ne m'avance pas trop. Dans le même genre l'hommage à Jerome Robbins à Garnier avec le ballet de l'ONP devrait être tout aussi interessant. Sinon ne pas louper l'Ezio de Handel à Poissy dirigé par Curtis (oui bon, ben...) et chanté par une distribution royale (Hallenberg, Gauvin, Priante, Prina et Christoyannis, seule Pizzolato est un niveau en dessous) digne des meilleurs soirées baroque du TCE. Enfin si comme moi vous aimez les orgues bruyantes, Chung dirigera la 3ème symphonie de St Saens à Pleyel.


OCTOBRE

June Anderson
, chanteuse très rare à Paris, donnera un récital pas très original mais qui promet de bons moments à Pleyel, évidemment c'est plein à craquer et il n'y avait même pas de tarifs jeunes donc qu'ils aillent se faire foutre. Au CMBV, Hugo Reyne, valeur sure, dirigera le Ballet des arts de Lully, je ne connais pas du tout l'oeuvre mais la découverte peu valoir le coup de se bouger jusqu'à Versailles. L'Orchestre symphonique de Budapest dirigé par Ivan Fischer vient comme tous les ans jouer du Mahler à Pleyel et comme tous les ans ce sera incompréhensiblement vide donc profitez-en, ils sont formidables là dedans. L'Armide de Lully au TCE est très attendue: très belle distribution, gros espoirs en William Chrisite dont on espère qu'il retrouvera l'excellence de son Atys historique (et le récital avec Von Otter il y a quelque jours incline à le penser) mais pas gros espoirs en Carsen dont l'on se doute qu'il reproduira ses tics habituels de mise-en-scène, prions pour qu'il n'y ait pas de contre-sens grossier. Le récital de Mathias Goerne à Pleyel est incontournable, même si la salle est sans doute trop grande pour le programme intimiste (prenez des places proches de la scène au parterre!). La Petite renarde rusée de Janacek à Bastille: je découvrirai, André Engel n'est pas un metteur-en-scène à craindre, c'est toujours honnête à défaut de génial avec une grande attention portée à la variété des décors. Enfin La Fiancée vendue (troisième découverte du mois pour moi!): on ne m'a dit que du bien de l'oeuvre et Deflo peut faire quelque chose de très bien dans le repertoire comique (voir son Amour des trois oranges), c'est dans le sérieux qu'il est en dessous de tout, la distribution semble prometteuse.


NOVEMBRE

Röschmann dirigée par Boulez dans du Mahler, ça ne se refuse pas, ce sera à Pleyel. Si c'est déjà plein, rabattez vous sur un des nombreux concerts que Boulez donnera à la Cité de la Musique (mais sans la belle Dorothea). Keenlyside et Kirschlager viendront chanter le programme de leur réçent disque d'airs d'opérettes au TCE et, o surprise, c'est Minkowski qui dirigera; esperons que Kirschlager saura se montrer à la hauteur de sa réputation contrairement aux deux derniers concerts dans lesquels je l'ai entendue. Encore une reprise du Tristan de Sellars/Viola mais on ne s'en lasse pas, une très bonne façon de commencer Wagner (du moins ce fut la mienne) d'autant que Waltraude Meier est une Isolde sidérante. Si vous ne l'avez toujours pas vu, ce spectacle est une priorité absolue. Jonas Kaufmann, le ténor frisé qui nous a fait frissonné dans Carmen à Londres, donnera un récital de lieders à Garnier, on l'y dit excellent (il donnera aussi un récital d'airs d'opéra au TCE en mars). Je suis circonspect pour le Cosi fan tutte du TCE: très belle distribution et l'occasion d'entendre Rinat Shaham dont on  me dit le plus grand bien, mais le tandem Irina Brook et Spinosi ça sent la cata à plein nez! Encore un récital Garanca au TCE, le même que tous les ans... Après celui de Handel Poissy présentera l'Ezio de Gluck (première version) toujours par Curtis et sa distribution prestigieuse. Le 19 novembre, la seule raison d'aller au TCE est La Mort de Cléopatre par Anna-Caterina Antonacci qui devrait reproduire le miracle de sa Cassandre, j'en trépigne d'avance. Une création avec Sting et Elvis Costello au Châtelet, Welcome to the voice, j'irai par curiosité, c'est une des (rares) productions intéressantes de leur saison. Pido dans Donizetti c'est souvent formidable, Anna Bolena est une oeuvre passionnante pour peu que les chanteurs s'y donnent à fond: pas d'inquiétudes pour Ganassi et Custer, reste à savoir ce que vaut Ermonela Jaho dans le rôle titre. Joli programme Moussorski/Brahms par George Prêtre et l'orchestre de l'ONP à Bastille (moi j'aime bien Prêtre!). Attention évenement incontournable: l'Idomeneo de Mozart dirigé par Jacobs avec une distribution de rêve incluant Richard Croft (le plus grand ténor baroque du Siècle, je le dis comme je le pense), à ne pas louper, une version que l'on prédit déjà de référence en attendant la version Minkowski à Aix. Enfin Mariss Janssons dirigera l'orchestre de la radio bavaroise, j'avais adoré ce chef dans Lady Macbeth de Mzentsk à Amsterdam.


DECEMBRE

Avant la disette du changement d'année, profitez-en pour faire le plein de belles choses: le Dido & Eneas de Purcell à l'OC s'annonce plutot bien, malgrè William Christie que je crains dans ce repertoire (brrrr ce disque avec Véronique Gens où chacun semble vouloir avoir l'air plus pincé que l'autre), Malena Ernman est trop rare pour la manquer dans ce rôle très payant; par ailleurs Christopher Maltman est un très bon chanteur doublé d'une bombe sexuelle, faut-il le rappeler; enfin c'est l'excellente Hilary Summers qui chantera la sorcière; ajoutons à cela une metteur-en-scène dont on m'a dit le plus grand bien, et voilà mes peurs sur l'orchestre surmontées.
Le disque devrait sortir très prochainement et l'on pourra admirer la tumulteuse Joyce Didonato dans des airs de fureur de Handel à Pleyel: si son excellence dans ce repertoire et dans ce type d'airs n'est plus à démontrer, je suis en revanche plus dubitatif sur les Talens lyriques dirigés par Christophe Rousset dont les démons mécaniques semblent revenir au galop, peut-être cela contrebalancera-t'il utilement les délires télluriques de la chanteuse, nous verrons.
Malgrè Sylvain Cambreling à la direction, il faut aller voir le Fidelio donné à Garnier: si je ne garantis rien pour la mise-en-scène de Johan Simons (celui qui avait fait le Boccanegra à Bastille), Angela Denoke ça ne devrait pas être dégueu, et Jonas Kaufman devrait avoir bien plus à dire ici qu'en Alfredo qui passe la tondeuse!
L'hommage à Béjart programmé à Bastille est aussi alléchant que classique (Oiseau de feu; Sacre du printemps), reste à savoir si les danseurs du ballet de l'opéra s'en sortiront dans la mesure où ces chorégraphies sont assez éloignées de leur repertoire contemporain habituel.
Je sais que je serai déçu par On the town au Châtelet, tant j'aime le film (d'ailleurs quelqu'un sait-il si toute la musique du film sera reprise? i.e. même ce qui n'est pas de Bernstein?) mais je prends le risque d'être contredit. La musique est merveilleuse, le drame assez efficace, si vous ne connaissez pas c'est vraiment l'occasion: c'est aussi fun que West Side Story est émouvant.
Enfin le récital Rossini de Bartoli à Pleyel s'annonce bien mystérieux: on ne sait rien du programme, sans doute des mélodies puisqu'elle sera accompagnée au piano... De toute façon c'est  hors de prix pour un récital piano et sans doute déjà plein, heureusement j'ai réussi à choper une place jeune.


JANVIER

Allez! Allez! On se reveille! On se remet de la gueule de bois du Reveillon et on y retourne, les mois de janvier et de février sont certainement les plus riches de cette saison: on commencera par l'Orpheus de Telemann à la Villette le 6 avec Ann Hallenberg (oui je sais j'avais dit que Telemann me faisait chié mais en réécoutant La Patience de Socrate, j'ai trouvé ça formidable musicalement, allez comprendre!) et dirigé par David Stern (il ne m'avait pas convaincu du tout dans Le Jour du jugement dernier du même Telemann, mais on verra bien).
Puis ce sera le grand retour parisien de Marijana Mijanovic le 9 au TCE et ça ne se loupe pas! D'autant qu'elle chantera "Sovente il sole", "Cessate omai cessate" et "Se fiera belva ha cinto" un des airs qu'elle réussit le mieux. Si on s'emmerde on peut aller voir le Ballet de Chine à Garnier dans la Sylvia de Delibes en attendant une reprise de la version Neumeier; Terfel ayant annulé c'est Alastair Miles qui chantera Elias de Mendelssohn le 11 et malgrè Breslik et Vermillon ce sera donc sans moi. Pina Bausch présente deux programmes au Théâtre de la Ville, pour ceux qui n'en ont jamais vu, c'est l'occasion, pour les autres pas de panique elle passe tous les ans dans ce haut lieu parisien de la danse contemporaine. On peut aller écouter Ben Heppner dirigé par Bychkov le 16 ou le 18 à Bastille, j'y ai renoncé faute de temps, mais cela devrait être pas mal.
Dans la série rareté Alan Curtis deterre le Tolomeo de D.Scarlatti, gros doute sur les qualités du fils Scarlatti à l'opéra, mais la distribution est magnifique (Invernizzi, Ek, Hallenberg et Gens). Le 20 on fête Sainte Cécile avec Minko, Stutzman et Croft à Pleyel, immanquable, même si les duos handeliens par Mingardo, Piau et Alessandrini au TCE doivent valoir leur pesant de cacahuètes (fait chier les doublons!).
Mimi Delunsch dans la nouvelle création de Boesman, Yvonne, Princesse de Bourgogne à Garnier, mis en scène par Bondy qui sera certainement plus inspiré ici que pour son pauvre Idomeneo. L'Ercole de Vivaldi par Biondi avec sa distribution mirifique le 27 est quasiment plein (l'effet Phiphi), mais un best of Vivaldi avec de si bon chanteurs, ça vaut la peine que l'on se bouge le cul, d'autant qu'on ne les retrouvera pas au disque. Le 28, les 4 saisons de Vivaldi mais pas par n'importe qui: Dantone et son Accademia bizzantina, on n'a jamais fait mieux dans Vivaldi à l'exception de Marcon.
Courrez voir Lady Macbeth de Mentsk de Chostakovitch avec Westbroek dans son meilleur role dans la palpitante mise en scène de Kusej (la Carmen du Chatelêt c'était lui), sinon consolez vous avec le DVD des representations d'Amsterdam. Et enfin on termine ce délirant mois de janvier avec Fra Diavolo d'Auber dirigé par l'excellent Rhorer et avec la reine des coloratures aigus, Sumi Jo!


FEVRIER


Oups!


MARS

Bon je reprends du service avant les annonces de la saison à venir: vous avez loupé le concert Cencic/Sabata/Fasolis à Gaveau ("ah merde j'oublie toujours de regarder Gaveau!")? Pas grave ils ne faisaient que des extraits de Faramondo de Handel pour la sortie du disque, or ils donneront l'opéra entier en version de concert au TCE la saison prochaine. Vous avez loupé le Werther de l'ONP avec Graham, Villazon et Tézier? Pas grave non plus, il sera repris la saison prochaine avec une meilleure distribution puisqu'elle comprendra Sophie Koch et Jonas Kaufman dont le français est bien plus appréciable. Le 11 mars à la Villette Marc Minkowski donne Pulcinella  (si comme moi vous l'avez loupé par Antonacci qui assurait un remplacement il y a quelques jours) avec Miah Persson et Romina Basso, les baroqueux s'attaquent à Stravinsky ça devrait donner! Jonas Kaufman donne un récital d'airs romantiques au TCE le 17: à ne pas manquer! Tout comme le récital Mozart de Diana Damrau le 21 au TCE, accompagnée par Jérémie Rohrer, programme assez convenu mais vu l'art de la dame pour illuminer les airs les plus rabachés, j'en frétille d'avance. Si vous voulez aller voir de la danse, John Neumeier qui a déjà signé à Paris maintes productions dont une superbement intelligente Mort à Venise, donne la 9ème symphonie de Mahler à Bastille. Ne loupez pas non plus (oui je sais ça fait beaucoup de rouge!) le récital Vivaldi de Karina Gauvin à Gaveau : In furore, Laudate pueri et airs de la Griselda au programme, le 26 mars. Autour du Zoroastre de Rameau à l'OC par Pierre Audi (La Juive) et Christophe Rousset qui est déjà plein (le DVD est sorti pour vous consoler), vous pouvez aller entendre le concert d'Antonio Florio avec son équipe habituelle (Maria-Grazia Schiavo, Maria Ercollano...) qui donne un programme de raretés autour du thème Gioco e Follia, rien que pour l'orchestre et le programme ça vaut le coup. Ou alors le récital Jelyotte d'Anders Dahlin, ténor baroque formidable qui devrait faire mouche dans le repertoire de celui qui créa Platée de Rameau. Et si vous aimez les expériences théatrales fortes, l'Odéon donne le Soulier de Satin de Claudel par Olivier Py avec Jeanne Balibar, de 13h à minuit le dimanche et en deux parties en semaine.


AVRIL

Emmanuelle Haïm
donne La Resurezzione de Handel, superbe oratorio romain dans la même veine qu'Il trionfo, avec Sonia Prina qu'on ne présente plus, la très belle Kate Royal et Camilla Tilling que je n'ai jamais aimée, le 1er au TCE. C'est aussi en ce début de mois que Marc Minkowski proposera Les Fées de Wagner au public parisien, opéra de jeunesse que l'on dit très proche de ceux de Weber et Meyerbeer, distribution alléchante, c'est la rareté du mois à ne pas louper. Le 11 Pleyel vous offre l'occasion d'entendre un pianiste mythique Radu Lupu accompagné par Ivan Fischer avec un des cinq meilleurs orchestres symphoniques du monde, celui de Concertgebouw. Pour la danse en avril, c'est le Châtelet qui régale avec la Martha Graham Dance company qui propose trois programmes différents, à découvrir, notemment pour ceux qui comme moi sont trop jeunes pour avoir vu dansé Martha Graham.  Puis on pourra aller voir l'Onéguine de Cranko à Garnier, je ne connais pas du tout ce chorégraphe dont on me dit beaucoup de bien, et ce sera un prolongement idéal à l'opéra de Tchaikovsky donné en ce même lieu en début de saison. ET pour le fun, les Ballets du Trockadéro passent au Chatelêt à la fin du mois, pour ceux qui ne connaissent toujours pas, ce sont des hommes travestis en ballerines qui reprennent les grands tubes du ballet classique avec autant de dérision que de maitrise technique. Karita Mattila se fait rare à Paris, il faut donc se presser d'aller l'entendre au TCE le 21 accompagnée par Jiri Behlolavek (La Fiancée vendue à Garnier) dans un programme Strauss. Sauf si vous voulez découvrir Deborah Voigt, vous éviterez soigneusement Un Ballo in maschera à Bastille dans l'insipide vision de Gilbert Deflo. Et enfin on ne loupera surtout pas le spectacle d'Anna-Caterina Antonacci au TCE mis-en-scène par Juliette Deschamps, quelle que soit la qualité de la mise-en-scène, 1h30 d'Antonacci, ça ne se refuse pas!








Partager cet article

Repost 0
Published by Licida - dans Représentations
commenter cet article

commentaires

licida 21/03/2009 00:14

Le récital Damrau ne remplit pas, tarif exceptionnel de 30€, profitez-en!!

Détecteur à entrées maritimes 12/03/2009 16:20

C'est magnifique, Riders to the sea. Je regrette de ne pas pouvoir assister à cette production.

Il y a un enregistrement EMI splendide, avec la jeune Margaret Price. Je ne connais pas la version Chandos, avec L. Dawson, je crois.

SuperGarfield 12/03/2009 14:32

Je signale aussi le rare Riders to the sea de Vaughan-Williams, à l'Athénée-Louis-Jouvet, du 8 au 11 avril.Vu la qualité de la musique instrumentale de Vaughan Williams, je pense qu'on peut s'attendre à une très belle oeuvre. Je ne sais pas si certains connaissent dans la place.

licida 06/03/2009 22:54

Et voilù, mars et avril!

licida 02/02/2009 22:56

Sur le site du festival de Salzburg où cette production sera créée, on trouve les noms des chanteurs du Demofoonte de Jommelli qui passera ensuite à Garnier. J'espère que les inconnus seront meilleurs que le connus...
 
Dmitry Korchak, Demofoonte, King of ThraceJosè Maria Lo Monaco, Timante, his sonValentina Coladonato, Cherinto, his sonAntonio Giovannini, Matusio, royal treasurerMaria Grazia Schiavo, Dircea, his daughterIrena Bespalovaite, Creusa, Phrygian princessValer Barna-Sabadus, Adrasto, commander of the royal guardOrchestra Giovanile "Luigi Cherubini"