Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Psychologie

  • : Alma Oppressa
  •  Alma Oppressa
  • : Blog sur l'opéra
  • Contact

Articles à venir

Recherche

Archives

Il catalogo è questo

3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 18:06
[Dimanche 5 octobre à 19h, pour l'ouverture de la saison, diffusion de Medea de Cherubini en direct de Turin ]


 
 
________________________________
 
Semaine du 4 au 10 octobre :
 
 
 
TELEVISION:
                       
 
        ¤¤  Symphonie n° 8 des Mille de Mahler (Bercy, 2008) : dans la nuit de lundi à mardi vers 1h35 du matin  (France2)
C. Eschenbach - T. Robinson; E. Wall; M. Montalvo...
 
 
 
RADIO:
        
 
        ¤¤  Etonnez-moi Benoît: avec Gabriel Bacquier : samedi 4 à 11h  (FM)
 
 
        ¤¤  Concert Mozart / Haydn (Cité de la musique, septembre 08) : samedi 4 à 13h05  (FM)
P. McCreesh - Ruth Ziesak (airs de concert)
 
 
        ¤¤  Les enfants du baroque: Philippe Herreweghe : samedi 4 à 18h  (FM)
 
 
        ¤¤  Don Carlo de Verdi (Bastille, juin-juillet 08) : samedi 4 à 19h05  (FM)
T. Currentzis - S. Secco; J. Morris; T. Iveri; D. Hvorostovsky; Y. Naef...
 
 
        ¤¤  Symphonie n° 3 de Mahler (Pleyel, en direct) : samedi 4 à 20h  (Radio Classique)
I. Fischer - Birgit Remmert
 
 
        ¤¤  Concert Campra / M.A. Charpentier (St-Denis, mai 08) : dimanche 5 à 13h05  (FM)
C. Rousset - C. Sheen; S. Haller; E. Gonzalez Toro; R. Getchell; M. Brook
 
 
        ¤¤  "Têtes coupées en versions alternatives" : dimanche 5 à 14h30  (FM)
Salomé de Strauss (VF, texte de Wilde; juil. 1989)
Dialogues des carmélites de Poulenc (en italien, Milan, 1957): extraits
 
 
        ¤¤  Les élections de l'opéra : avec N. Dessay : dimanche 5 à 18h  (Radio Classique)
 
 
        ¤¤  Histoire de...: l'opéra slave : de lundi à vendredi à 9h30  (FM)
 
 
        ¤¤  Grands compositeurs : Lully : de lundi à vendredi à 13h02  (FM)
 
 
        ¤¤  Chant classique persan (Amiens, sept. 08): lundi 6 à 14h30  (FM)
D. Raisin-Dadre
 
 
        ¤¤  "Soleils baroques ou l'histoire d'une cantatrice" (Ambronay, sept. 08) : lundi 6 à 20h  (FM)
J. Corréas - M. Zanetti; B. Kusa; J.F. Lombard; H. Lamy; A. Richard - Programme: Rossi / Marazzoli
 
 
        ¤¤  Le magazine: avec W. Christie (en direct) : mardi 7 à 18h10  (FM)
 
 
        ¤¤  Portraits d'orchestres: l'ONF joue Wagner : jeudi 9 à 14h30  (FM)
 
 
        ¤¤  Le magazine: à l'Opéra de Lille (en direct) : jeudi 9 à 18h10  (FM)
 
 
        ¤¤  La vie baroque: Emmanuelle Haïm : jeudi 9 à 21h  (Radio Classique)
 
 
        ¤¤  Dans la cour des grands: finale d'Operalia (Québec, sept.) : vendredi 10 à 14h30  (FM)

Partager cet article

Repost 0
Published by Caroline - dans Radio & Tv
commenter cet article

commentaires

Aurélien Vicentini 08/10/2008 23:27

J'ai écouté la Medea et Antonacci et Mingardo ont dominé la distribution selon moi. Antonacci malgré quelques soucis dans le registre aigu a démontré encore son talent de tragédienne et a montré une Médée humaine contrairement à Callas que j'aime beaucoup dans le rôle mais qui insiste plus sur la cruauté du personnage. Elle n'a pas fait une copie de Callas (c'est impossible de toute manière). Ses interprétations de "De tuoi figli la madre" et de "Del fiero duol" ont été très émouvantes et sublime d'un point de vue vocal. Elle a mis beaucoup de relief dans on interprétation de "E che io son Medea?", a fait avec ses propres moyens et a offert une composition dramatique intéressante. Quant à Mingardo, elle a magnifiquement bien chanté, son interprétation de "Solo un pianto" a été bouleversante. Elle a réussis de donner une stature importante à son personnage qui est secondaire. L'interprète de Glauce a été très mauvaise. L'interprète de Créon s'est libéré à partir du deuxième acte. Filianoti n'a pas le plus timbre qui soit mais a été un bon Giasone dans l'ensemble.Pidò a encore démontré ses affinités avec ce répertoire mais si sa direction était trop uniforme et manquait de folie.

licida 06/10/2008 21:59

Oui on me l'a pudiquement signalé en coulisse, j'ai les neurones qui grillent en ce moment!

Clément 06/10/2008 19:45

He bien D'Archangelo a déjà chanté en français, c'était bien lui Escamillo dans une des Carmen d'Antonacci (avec Kaufmann) ?

licida 06/10/2008 13:04

Dans ce cas, à défaut de la scène, elle pourrait l'enregistrer au disque, cela serait moins dangereux pour sa voix.
D'Arcangelo a-t-il déjà chanté en français? Sinon Joao Fernandes suffirait largement à mon bonheur, mais la voix sonnerait sans doute un peu petite par rapport aux autres.

Caroline 06/10/2008 12:25

"Et combien vous pariez qu'on va les laisser prendre leur retraite avant d'avoir l'idée de monter une Médée en français à Paris?!" Ben, elle ne veut pas: "(...) j'ai choisi la version italienne avec récitatifs plutôt que l'original en français avec dialogues. Dans une oeuvre comportant des pages aussi lourdes, l'alternance entre chanté et parlé serait trop dangereuse pour la voix, qu'on s'épuise à porter une octave plus bas qu'à l'accoutumée à travers le théâtre." Mais hier, quand tout à coup elle a parlé pour la fin du II, c'était comme une évidence à ce moment-là, presque une nécessité pour la construction du personnage; le basculement qui s'opérait alors était saisissant et l'on glissait vers autre chose, Médée ne donnait plus le change, ne s'adressait à personne, mais se cinglait avec les mots qui claquent pour franchir une barrière supplémentaire et se précipiter dans une zone de non retour. Encore! "L'essentiel est une interprétation audiblement approfondie, variée à l'infini dans la déclamation, la couleur, le phrasé, la nuance : c'est d'une subtilité jamais entendue dans ce rôle sans sacrifier la puissance, et les facettes du personnage sont incarnées sur la continuité d'une manière époustouflante. " Pas mieux... "Callas, laquelle est de toute façon plus instinctive, quoique très cultivée. L'art d'Antonacci est "cosa mentale", ce qui fait aussi d'elle une tragédienne d'exception" Oui, combien l'intelligence d'Antonacci fait plaisir à entendre! (d'ailleurs un rien me ravit, vous me savez pas combien un simple "Ebben!" m'a fait plaisir...^^) Mais il y a aussi un aspect non négligeable, c'est que la 'cosa mentale', si je puis dire, ne reste pas dans la zone cérébrale, mais se diffuse dans tout le corps pour finalement passer, se communiquer à travers lui. Ce corps que Callas devait redouter bien davantage. Cela s'entend aussi, je pense. PS: D'Arcangelo, en français... euh...