Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Psychologie

  • : Alma Oppressa
  •  Alma Oppressa
  • : Blog sur l'opéra
  • Contact

Articles à venir

Recherche

Archives

Il catalogo è questo

15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 21:51
En rangeant mon disque dur, je redécouvre quelques articles sauvegardés que j'avais publié sur un forum. Des fois que cela pourrait interesser quelqu'un, je les publie. Le style en est parfoit maladroit et répétitif, mais je l'assume.

Mon impression sur ce concert est assez mitigée, mais comme je découvrai les airs au programme, je ne vais pas m'étaler en considérations savantes (ce qui de toute façon m'arrive rarement! charmes de l'ignorance...  ).

 

L'orchestre porte bien mal son nom! Ces Folies françoises étaient très mécaniques, de la dynamicité sèhe et aucune souplesse, un seul mot: ennui! La Symphonie n° 29 était bien longue, et le concerto pour violon et orchestre n° 1 aussi avec un prime un soliste pas toujours juste. Bref je passe à la raison de ma venue ce soir là : la Sandrine! 


 

Le concert a mal commencé puisque dans le très virtuose «Non curo l'affetto», le medium répondait mal, du coup les graves ne passaient pas la rampe alors que les aigus étaient d'une rare finesse et qualité comme toujours. Le second air «A Berenice... Sol nascente» était bien mieux réussi, la voix ayant eu le temps de se chauffer, et Sandrine Piau a pu faire montre de tout son talent, cascade de vocalises aussi justes que charmantes et diablement compliquées, un véritable enchantement. D'ailleurs j'ai du mal à  comprendre les critiques de certains sur le volume de sa voix, qui certe est réduit mais n'en est pas moins percutant. Je l'ai toujours parfaitement entendu du fond du second balcon que ce soit au Chatelêt, à Radio France (oui je sais il n'y a pas de second balcon à RF, je vois que vous suivez) ou au TCE et pourtant ce soir l'orchestres jouait assez fort.

 

En seconde partie, deux airs bien plus dramatiques étaient programmés et le manque de soutien de l'orchestre s'est fait cruellement ressentir. Autant dans les deux premiers airs, Sandrine Piau pouvait assurer l'essentiel du spectacle par sa pyrotechnie vocale et faire oublier la routine baroqueuse de l'orchestre; autant là , elle avait vraiment besoin de son aide, sans compter que, comme le remarquait Baja, sa tessiture n'est pas la plus adaptée à ce type d'aria. «Voi avete un cor fedele» ne fut qu'à  moitié réussi du coup: Piau était sublime de sentiment et de maitrise vocale mais l'orchestre cafouillait trop pour la suivre. Quant à «Ah ! Lo previdi...Ah ! T'invola», tout son talent n'a pas suffit à me sauver de l'ennui. C'était à  mon sens le moins bon moment du concert, d'autant plus frustrant que bien accompagnée elle aurait pu faire quelque chose de tout à fait satisfaisant.

 

En bis, nous avons eu droit au «Parto» de Lucio Silla: du grand art, on retrouvait la grande chanteuse, tout y était parfait, et l'orchestre semblait plus à l'aise dans cette partition hyperconnue et balisée; de même pour le «Ruhe sanft» qui était le meilleur moment du concert, air qu'elle maitrisait parfaitement pour avoir déjà chanté le rôle entier; enfin ce fut à nouveau «Non curo l'affetto», bien plus accompli que la première fois: plus assuré avec plus de grave et d'audace dans le da capo (eh oui c'est possible!).

 

Je m'etonne que ce concert n'ait pas fait l'objet d'une captation radio, cela eu valu le coup ne serait-ce que pour Piau. Je n'ai jamais vu le TCE aussi vide (sans doute à cause des départs en vacance), mais je ne m'en plaindrais pas car j'ai encore une fois pu me replacer confortablement. Par contre pour vide qu'il fut, le TCE n'a jamais autant résonné des quintes de toux des tuberculeux qui le peuplaient! A tel point qu'un spectateur a même du crier "Ah suffit maintenant" pour mettre un terme à ces intermèdes qui venaient polluer chaque silence quand ce n'était pas les piani de Sandrine!

Partager cet article

Repost 0
Published by Licida - dans Représentations
commenter cet article

commentaires

Bajazet 16/11/2008 02:01

"Le nuage s'entrouve…
Je vois du mouvement !
Je croâ qu'il me découvre
Mon adorable amant !"

licida 16/11/2008 01:07

Hihi et attends de voir ceux qui arrivent... J'aime particulièrement les répétitions de "du coup": on sent que cette idée du "coup" m'obsédait à cette époque... Et je ne me souvenais plus de mon délire sexuel sur la Partenope de Handel! 

Bajazet 16/11/2008 00:51

Vous étiez mignon quand vous étiez petit. ;-)