Idolâtrie


Publié dans : Oeuvres et compositeurs
Mercredi 2 août 2006 3 02 /08 /Août /2006 11:32
- Par Licida

 

Je me lance dans la présentation d'une oeuvre qui m'est chère: Arianna in Creta de Handel. 

Arianna in Creta (HWV 32)  

 

 

Dramma per musica en 3 actes

Librettiste inconnu, mais d'après Pietro Pariati d'après Les Métamorphoses d'Ovide(VIII, 152 à 182)

Achevé le 5 octobre 1733 et créé le 26 janvier 1734 au King's Theater, Haymarket de Londres 

 

Distribution:

Arianna...........Anna Strada del Po Soprano

Teseo.............Giovanni Carestini Alto-castrato

Carilda...........Maris Caterina Negri Alto

Alceste...........Carlo Scalzi Soprano-castrato

Tauride...........Margherita Durastanti Mezzo-soprano

Minos.............Gustav Waltz Basse

 

 

A.Synopsis et découpage

Ouverture ? (ré mineur) / Allegro, 2 hautbois, 2 violons, alto et basse continue.
Menuetto (ré majeur), 2 hautbois, 2 cors, 2 violons, alto et basse continue
 

pour le reste vous trouverez le détail du découpage à cette adresse, mais il y a quelques erreurs (merci Clément!).

La malédiction du Minotaure pèse sur la Crête :ce monstre est le fruit de la vengeance de Poséidon. Pasiphaé, reine de Crête et épouse de Minos, était tombée amoureuse du taureau qui aurait du être sacrifié au Dieu marin qui la condamna à être enceinte de ce taureau. Naquit le Minotaure qui fut enfermé dans le labyrinthe construit par Dédale(le père d'Icare) sur les ordres de Minos, qui le croit son monstrueux fils, et tient donc à le cacher au monde sans être infanticide. Le monstre mi homme - mi taureau doit être nourri chaque année par 7 jeunes filles et 7 jeunes hommes envoyés par Athènes et ce du fait d'un contentieux politique: Minos et Pasiphaé eurent 3 enfants, Arianne, Phèdre et Androgée, ce dernier été tué au cours d'une chasse à la cours athènienne du roi Egée. Minos rend celui-çi responsable, mais consent à ne pas raser la ville si Egée lui livre cet atroce tribut tous les ans. (Le reste de l'histoire n'est pas attesté en tant que tel dans le mythologie et relève de l'invention du librettiste.) 

 

Cette malédiction ne cessera que lorqu'un héros réussira à tuer le Minotaure, puis à sortir du labyrinthe, puis à tuer Tauride, le général crêtois fils de Vulcain. Autant dire qu'à l'ouverture de l'opéra, notre brave Thésée n'est pas au bout de ses peines. Arianne fille de Minos, fut enlevée à la naissance et élevée à Athènes où naquit son idylle avec Thésée. Au début de l'opéra, on la retrouve enchainée en Crête ent tant qu'otage pour garantir la remise du tribut. Personne ne sait, pas même elle, qu'elle est la fille de Minos et de Pasiphaé(tout comme Phèdre eh oui! que Thésée s'empressera d'épouser après avoir largué Arianne à Naxos, quel salop vraiment! )

 

 

Acte I  

 

Thésée débarque donc en Crête, bien décidé à tuer le Minotaure pour sauver la belle princesse Arianne dont il est amoureux. Carilda fait aussi partie du convoi de jouvencelles en partance pour le labyrinthe au grand dam de son amant Alceste, mais elle s'en fout puisque c'est Thésée qu'elle aime, et pour couronner le tout, Tauride la convoite, bref ça commence mal! Alceste tente d'enlever Carilda et de la soustraire à son destin mais, non d'une carotte, c'est rapé, puisqu'il se fait prendre par Minos qui lui demande du coup de tirer au sort le nom de la première victime qui ne sera autre que...Carilda bien sur!Alceste jure de la défendre mais c'est Thésée qui s'en charge tandis qu' Arianne se lamente du danger encouru par son chéri, mais trouve tout de même le moyen de s'engeuler avec lui, croyant qu'il aime Carilda.  

 

Aria:  

 

"Mirami, altero in volto"....................................Tauride nargue Teseo 
"Dille, che nel mio seno"....................................Carilda se plaint de son sort 
"Deh! lascia un tal desio ti prego idolo mio!"......Arianna tente de dissuader Teseo au nom de leur amour 
"Nel pugnar col mostro infido"...........................Teseo: ça va chier!
 

"Tal'or d'oscuro velo ricopre il bel sereno".........Alceste chante son amour et sa volonté de sauver Carilda
"Quel cor che adora vago sembiante"................Carilda se plaint du peu de constance de la passion
"Sdegnata sei con me, mi credi ingannator"........Teseo: mais puisque je te dis que c'est toi que j'aime!
"Sdegno, amore, fanno guerra a questo core"....Arianna: je l'aime mais c'est quand même un salop!

 

Donc au terme de ce premier acte, on a déjà la chaine des amours raciniennes bien connue: Alceste aime Carilda qui aime Thésée qui aime Arianne. Il n'y a qu'un seul couple réel: Thésée et Arianne, un méchant: le volcanique Tauride, et un tyran(au sens grec et complexe et non au sens actuel de dictateur): Minos.  

 

Acte II  

 

Thésée commence par prendre un peu de repos avant d'y aller passque faut pas pousser quand même après le voyage qu'il vient de se taper! Fin prêt, il assure Alceste de son triomphe, qui du coup ne trouve rien de mieux à faire que de croire que Thésée désire aussi Carilda. Arianne se fait toujous autant de mourron pour son amoureux qu'elle préfere voir loin de la Crête , où elle est retenue prisonnière, que dévoré dans le labyrinthe. Or elle a surpris de la bouche de Minos qui s'en confiait à Tauride, le secret pour sortir du labyrinthe: un fil accroché à l'entrée qu'il s'agira de remonter pour sortir une fois le monstre abattu. Elle le confie à Thésée, mais ils trouvent encore le moyen de tomber dans le malentedu sentimental. Tauride se fait encore une fois jeté par Carilda et jure sa mort. Alceste se la joue encore en essayant d'enlever Carilda, mais encore une fois les carottes sont cuites, puisqu'il se fait de nouveau chopé par Minos, lequel condamne du coup Arianne à être livrée en la première(pourquoi ça je vous le demande!)   

 

Aria:  

 

"Oh patria!/ Sol ristoro...Disseratevi"(accompagnato).....Teseo se laisse bercer par Somnus 
"Salda quercia in erta balza"...........................................Teseo allez hop c'est parti!
 

"Non ha diffesa, non ha consiglio un core"......................Alceste a des doutes 
"So che non e piu mio, m'abbandono l'ingrato"...............Arianna certaine de la trahison de Teseo

"Qual Leon, che fere irato"............................................Tauride fanfaronne

"Narrar gli allor saprai".................................................Carilda s'enerve 
"Al fine amore".............................................................Teseo se lamente 
"Che se fiera poi mi nieghi"...........................................Tauride: crève pétasse!

"Son qual stanco pellegrino".........................................Alceste a convaincu Carilda de fuir avec lui mais doute un peu quand meme

"Se ti condanno, giusta vendetta"..................................Minos: la justice royale va frapper!

"Bell'idolo amato, rasciuga quel pianto".........................Duetto Arianna Teseo: mais faut te le dire combien de fois que j' t'aime?! 
"Se nel bosco resta solo rusignolo col suo canto ".........Arianna pleure égarée et condamnée qu'elle est
 

 

Le livret, on l'aura compris n'est pas vraiment un des meilleurs de Handel, et l'action déjà compliqué dans la mythologie devient par moment incompréhensible, j'espère en tout cas être suffisamment clair. 

 

Acte III  

 

La courageuse Carilda refuse d'écouter les prières d'Alceste qui l'exhorte à ne pas pénétrer dans le labyrinthe, puisque c'est finalement Arianne qui a été désignée à sa place. Elles penètrent toutes les deux dans l'édifice, au souvenir de leur amour commun pour thésée, lequel tue en ce moment même la bête et ressort grâçe au fil d'arianne. Elles sont donc sauvées, mais il reste à tuer le vilain Tauride: il y réussit en lui arrachant la ceinture magique qui le protégeait(A poil! A poil! pardon  ). Minos est tout de même bien content que son pseudo rejeton ait rejoint les enfers et délivre tout le monde. Thésée lui révèle sa paternité avec Arianne(me demander pas comment il l'a su, j'en sais rien!  ) qui reconnait alors sa fille perdue. Tout le monde il est content, mais ils n'eurent pas beaucoup d'enfants!  Quant à Carilda et Alceste, on ne sait pas ce qu'il devinrent, vu que le lieto fine évince soigneusement leur situation.  

 

Aria:  

 

"Un tenero pensiero mi parla al cor per te"..........Carilda avoue à alceste que finalement elle l'aime bien 

"(j'ai pas compris ce qu'il dit  )"...........................Alceste assez content mine de rien 
"Ove son, qual orrore?"(accompagnato).............Teseo cherche le monstre 
"Qui ti sfido, o monstro infame"..........................Teseo affronte le minotaure

"Turbato il mar si vede con subita procella"........Arianna: youpi!!!la vilaine bêbête est morte! 
"In mar tempestoso s'affanna il nocchiero"..........Tauride: à nous deux!

"Mira adesso questo seno piu sereno"................Duetto Arianna Teseo: Viens ma belle!Viens ma gazelle! Le lion est mort ce soir! Ahooooooooou!
"Bella sorge la speranza"...................................Teseo puis tous: la vie est belle

 

 

B. Histoire de l'oeuvre  

Le livret original de Pariati avait été écrit pour Porpora qui l'avait mis plusieurs fois en musique: à Vienne en 1714, à Venise en 1727(Arianna e Teseo), avant de composer une Arianna a Nasso pour le Nobility opera (décembre 1733) avec un grand succès et pour cause, les chanteurs venaient tous des rangs handeliens: Senesino, Montagna, Cuzzoni. Resté seul, Handel recomposa une troupe et joua la confrontation en composant cet opera. Il vient de composer deux oratorio: Deborah et Athalia (juillet 1733) pour renflouer les caisses de son théâtre. Son dernier opéra Orlando (janvier 1733) fut un triomphe et Arianna in Creta le depassa encore! Handel acheva en feux d'artifice sa direction de Haymarket: 16 représentations en 2 mois; une reprise le 27 novembre pour sa première saison à Covent Garden avec un ballet ajouté et la réécriture du rôle d'Alceste pour le ténor John Beard (le Jonathan de Saül en 1739 et le Jephta de 1752). Arianna in Creta sera repris à Brunswick en 1737 et 1738 avant de tomber dans l'oubli. Après Arianna, Handel composa deux de ses chefs d'oeuvre les plus connus: Ariodante (janvier 1735), Alcina (avril 1735), créés avec la même équipe. Chronologiquement, on le voit, cet opéra est une création clef dans la carrière de Handel.  

 

C. Les créateurs 

 

Arianna...........Anna Strada del Po Soprano

(?;?)Elle participa à la création de La Verita in cimento de Vivaldi et chanta aussi pour Leo, Vinci, Porpora et Porta. Surnommée "The pig", elle n'avait pas un physique très avantageux et Burney atteste que c'est Handel qui réussit à faire d'une chanteuse maladroite à son arrivé à Londres, une des meilleures cantatrices d'Europe. Handel l'engage, suite à ses contentieux avec la Bordoni et la Cuzzoni. Elle chanta tous les roles de prima donna de Handel entre 1729 et 1737 et chanta 24 de ses opéras(reprises incluses): Giulio Cesare, Tamerlano, Lotario, Partenope, Poro, Ezio, Sosarme, Orlando, Arianna, Ariodante, Alcina, Atalanta, Arminio, Giustino, Berenice) . Leur relation s'arreta quand le mari réclama à Handel gravement malade, les arrierés de salaire de son épouse. Elle se retire en 1740 après avoir chanté en Holande et à Naples.  

 

Teseo.............Giovanni Carestini Alto-castrato

(v.1705;v.1760)"Cusanino"débute en chantant Costanza dans la Griselda de Scarlatti en 1720, puis chante pour Porpora et Caldara,Vinci, Hasse, Leo, Graun. Sa voix s'étendait sur 2 octaves et demi, mais commença à diminuer dès 25 ans, ce qu'il compensa par une exceptionnelle technique comme l'attestent les airs que composa pour lui entre 1733 et 1735 Handel, qui le préferait à Farinelli. Il état très élégant et excellent acteur. Il chanta dans Arianna, Ariodante et Alcina 

 

Carilda...........Maria Caterina Negri Alto 

(v.1715;v.1760) Elle chanta dans Arianna, Ariodante, Alcina, Atalanta, Arminio et Berenice 

 

Alceste...........Carlo Scalzi Soprano-castrato 

C'est le seul rôle que Handel composa pour lui.  

 

Tauride...........Margherita Durastanti Mezzo-soprano 

(v.1685; 1734?) Elle chanta dans Agrippina, Radamisto, Muzio, Ottone, Flavio, Giulio Cesare et Arianna, qui fut sa dernière collaboration avec Handel.

Minos.............Gustav Waltz Basse  
Il participa avec sa voix profonde et virtuose à Arianna, Ariodante, Alcina et Atalanta. 

 

 

 

 

D. L'oeuvre  

Teseo: 7 airs, deux recitatifs accompagnés et deux duetti avec Arianna 
Arianna: 5 airs et deux duetti avec Teseo 
Carilda: 4 airs 
Tauride: 4 airs 
Alceste: 4 airs 
Minos: 1 air   

On remarque l'écrasante présence du rôle de Teseo et le bel équilibre de tous les rôles secondaires. C'est le rôle le plus virtuose de la partition qui l'est par ailleurs énormémént aussi, on citera les airs de bravoure les plus marquants: "Nel pugnar col mostro infido", "Sdegno, amore, fanno guerra a questo core", "Salda quercia in erta balza", "Qual Leon, che fere irato","Se ti condanno, giusta vendetta", "Qui ti sfido, o monstro infame","In mar tempestoso s'affanna il nocchiero". Bref bienvenue aux amateurs de vocalises  . C'est à Arianna que revient la cloture des deux premiers actes. La partition se remarque aussi par une habile alternance d'airs virtuoses et de lamenti des plus émouvants, surtout ceux d'Arianna. A noter également le très bel arioso de Teseo au début du II, prélude aux airs languissants et assoupis de Semelé(1744). Si certains spécialistes comme Kaminski (ou quelqu'un sur ce forum qui se reconnaitra  )la jugent mineure, c'est loin d'être mon avis: Arianna est pour moi, d'une tout aussi grande qualité musicale qu' Ariodante ou Alcina qui suivirent. Elle souffre juste d'un livret alambiqué. Mais il est vrai que je suis encore bien jeunot! Comme j'y connais rien en musicologie et en solfège, j'arrête là ces brèves remarques et attend impatiemment les vôtres. 

 

 

E. Représentations contemporaines  

(pour plus de détails 

 

*Halle - Festival Haendel - 1953 - Production du Dresdner Staatsoper - dir. Kurt Striegler

 

*Karlsruhe - VIIe Festival Haendel et Festival de Halle - février 1991 - Deutsche Händel Solisten - dir. Vittorio Negri 
avec Sharon Spinetti (Arianna), Clara O'Brien (Carilda), Rénald Laban (Thésée), Angelos Fotiadis (Alceste), Frederic Kalt (Tauride), Josip Lesaja

*Festival de Göttingen - 27 mai 1999 - Philharmonia Baroque Orchestra - San Francisco - dir. Nicholas McGegan
avec Sophie Daneman (Arianna), Christine Brandes (Alceste), Wilke te Brummelstroete (Teseo), Cécile van de Sant (Tauride), Jennifer Lane (Carilda), Philip Cutlip (Minos), Tilman Prautzsch (Il Sonno) - New York Baroque Dance Company  

*Festival de Halle - juin 2002 - Goethe Theater Bad Lauchstädt - Festival de Beaune - Cour des Hospices - 6 juillet 2002 - version originale de 1734 - Première française - Vienne - Theater an der Wien - 8 juillet 2002 - version de concert - Les Talens Lyriques - dir. Christophe Rousset
avec Sandrine Piau, soprano (Arianna), Kristina Hammarström, mezzo (Teseo), Ann Hallenberg, mezzo (Tauride), Ewa Wolak, soprano (Carilda), Ann-Lise Sollied, soprano (Alceste), Evguenyi Alexiev, baryton (Minos, Il Sonno)  

*Tournée en allemagne - dir. Jed Wentz 
avec Sarah Fox (Arianna), Damiana Pinti (Teseo), Markus Schäfer (Alceste), Christianne Stotijn (Carilda), Thomas Oliemans (Minos/Il Sonno), Cécile van de Sant (Tauride) 

*New York - Harry de Jur Playhouse - février 2005 - Gotham Chamber Opera - dir. Neal Goren

avec Katherine Rohrer (Teseo), Kevin Burdette (Minos), Caroline Worra (Arianna), Jennifer Hines (Carilda), Alan Dornak (Tauride), Hanan Alattar (Alceste), Daniel Gross (Il Sonno)  

*Corinthe - Temple d'Octavie - Festival d'Opéra de l'Ancienne Corinthe - juillet 2005 - Orchestre de Patras - Ensemble vocal Opus Femina - dir. George Petrou

avec Mata Katsuli (Arianna), Mary-Ellen Nesi (Teseo), Irini Karayanni (Carilda), Marita Paparizou (Tauride), Theodora Baka (Alceste), Petros Magoulas (Minos, Sonno)

 

F. Discographie  

1. Philharmonia Baroque Orchestra Nicholas McGegan  

Arianna................Sophie Daneman 
Alceste................Christine Brandes 
Teseo..................Wilke te Brummelstroete
Tauride................Cécile van de Sant 
Carilda................ Jennifer Lane
M
inos..................Philip Cutlip

Il Sonno...............Tilmann Prautzsch  

Live 1999 Festival de Göttingen

Göttinger Händel-Gesellschaft 3cd

disponible exclusivement auprès de la Göttinger Händel-Gesellschaft 

 

Je ne l'ai pas écouté, mais connaissant quelques enregistrements de MacGegan, je ne donne pas cher de ce disque. Enfin si quelqu'un le connait, qu'il n'hésite pas à en parler. 

2. Les concerts de Beaune et de Halle dirigés par Rousset furent diffusés à la Radio et le concert de Beaune aurait du sortir chez Ambroisie, mais cela semble bien compromi.Comme je les ai enregistrés et longuement écoutés, je peux parler de ces concerts qui sont à l'origine de ma découverte de cet opéra:  

Les deux versions sont assez similaires mais celle de Halle jouit d'un meilleur son et surtout d'un public en délire, dont l'enthousiasme incite les chanteurs à se dépasser. La direction de Rousset est magnifique de bout en bout: dynamique, jamais déplacée, toujours en parfait accord avec les chanteurs(sauf peut-être une fois dans le dernier duo), et des plus émouvantes(on peut entendre un aperçu de cette direction et de la qulité de l'orchestre dans le disque Opera Seria de Sandrine Piau (Naîve)qu'elle conclue par l'air du II d'Alceste "Son qual stanco pellegrino").
Sandrine Piau est formidable de talent, d'émotion et de virtuosité en Arianna: elle se rit des difficulté de son "Sdegno, Amore" aux vocalises redoutables et infinies, et ses lamenti sont ineffables.
Kristina Hammarström n'atteint pas la même excellence en Teseo et les vocalises ne sont pas toujours très exacte ni idéalement sonantes, mais vu la difficulté de sa partition, c'est déjà un miracle en soi qu'elle en fasse autant et puisse assumer un rôle si éprouvant en une soirée  . Bref on pourrait rêver mieux, mais c'est déjà plus qu'enthousiasmant.
Ann Hallenberg campe un magnifique Tauride: vilain à souhait et sa voix de mezzo aigus fait ici des miracles, elle y révèle sa vraie tessiture, bien plus que dans ses rôles de contralti purs. Son "Qual leon" et son 'In mare tempestoso" sont de vrais montagens russes où elle joue, pour notre plus grand bonheur, de son alternace de régistre avec de beaux graves et des aigus cristallins. Tout ce qu'il faut pour rendre l'éclat d'un "Mirami, altero in volto" et l'incisivité d'un "Che se fiera poi mi nieghi". C'est de loin le rôle dans lequel je la préfère.
Ewa Wolak, que j'avais détesté dans Bradamante à Montpellier (car toutes ses vocalises étaient impossibles et elle ressemblait à un ourang-outan en les faisant), montre ici tout son talent puisqu'elle n'a presque que des lamenti. Sa voix est ronde et charnue, un vrai giron dans lequel on comprend qu'Alceste aimerait à se lover. Elle est parfaite pour ce rôle.
Ann-Lise Sollied ne dépare pas en Alceste, dans lequel elle est tout aussi bonne que sa consoeur, mais on pourrait regretter un certain manque de caractérisation, une certaine timidité; mais ce serait pinailler, au regard de la partition qui l'y incite , pour donner plus de grandeur à son symètrique dramaturgique: Teseo.
Enfin Evguenyi Alexiev, s'il est plutôt baryton, est fort impressionnant dans son seul air de l'opéra, tout à fait à sa place dans son rôle de Jupiter tonant mais n'agissant pas beaucoup. Ses récitatifs m'ont parfaitement convaincu.

Bref une version des plus recommendables pour ne pas dire indispensable. Merci à eux. 

 

3. Est sortie en janvier 2006, la version donnée à Corinthe:

 

 

D'une ça a l'air complet: 3 heures environ; ensuite la direction est tout à fait honnête(mieux qu'un MacGheghan à mon gout) avec des effets très bienvenus comme un flautino dans l'air de Carilda "Dill che nel mio seno"; le rythme n'est pas pesant du tout, bref coté direction ça casse pas des briques mais ce n'est pas du tout handicapant, loin de là.
Coté chanteurs je serai nécessairement superficiel, puisque mes finances ne m'ont pas permi d'investir dans ce disque: Teseo a une moins grande tessiture qu'Hammarström mais cela vocalise honnetement tout de même; Arianna par contre a plus de grave que Piau mais détimbre un peu dans la virtuosité (Sdegno! Amor! un peu passé à la moulinette, là ou Piau était percutante à souhait); Carilda n'est qu'un mezzo et non un contralto comme Wolak, du coup elle se différencie mal de Teseo. Je n'ai pas retenu grand chose de l'Alceste et n'ai pas entendu Minos.
C
onclusion: c'est le seul enregistrement disponible de cette oeuvre (à moins que quelq'un de votre famille n'ait eu la bonne idée d'enregistrer le concert de Rousset à la radio   ) et il est pas mal pour découvrir cet opéra fabuleux, je le repete!  

4. Airs isolés

 

- Phiphi, dans son récital du TCE consacré à Caresrtini, a chanté la scène de combat avec le minotaure: "Ove son? Qual orrore...Qui ti sfido, o mostre infame!".Le disque devrait sortir en 2007. 

- Lorraine Hunt a enregistré le "Mirami" de Tauride du I, mais avec McGeghan 
C'est pas très bien placé, elle ne pavane pas assez pour un tel air et ne se lache pas assez pour rivaliser avec Hallenberg et pi l'orchestre est hyper routinier! Mais ça donne une idée de l'air à défaut de convaincre. Elle a également enregistré le "Qual leon" qui appelle les mêmes remarques. On peut écouter le début de ces deux airs ici.
 

- Emma Kirkby a aussi enregistré le "Son qual stanco pellegrino" d'Alceste, mais on ne peut pas l'écouter. 

- Une étrangeté: Sara Dolukhanova chante le "Se nel bosco" d'Arianna,  mais l'extrait écoutable est trop court pour pouvoir juger. 

- On peut écouter l'ouverture de l'opéra dirigée lennnnnnnteeeeeeemmmmennnntttt ici, mais bon çaaaa doooone paaaas vraimmment une idée de la quaaaalité de laaa composi ti on. 

- Quant à l'Arianna in Nasso de Porpora, on peut écouter tous les débuts de plage des cd ici, et cela a effectivement l'air très beau!!  Même si les chanteurs sont pas tous de la meilleure mouture.  

Si vous avez entendu ces versions ou d'autres, ou que vous connaissez certains airs par des récitals, parlez-en! Cet opéra est suffisemment rare pour que ce fil soit trop vite entérré!  

Et voilou! Pfiou! Si vous avez réussi à tout lire, vous avez gagné votre diplôme de fan de Handel!(vu qu'c'est pas la qualité littéraire de ce post qui a du vous retenir! ) 

 

Licida - non! non! je ne suis pas payé à la ligne contrairement à ce que l'on pourrait croire! Et merci à operbaroque.com, au Kaminski et au Blanchard et Candé. Mais surtout merci à Georg Friedrich!

 


Voir les 26 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil

Psychologie

Commentaires

Pour ne rien louper

  • Flux RSS des articles

Il catalogo è questo

Recommander

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés