Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Psychologie

  • : Alma Oppressa
  •  Alma Oppressa
  • : Blog sur l'opéra
  • Contact

Articles à venir

Recherche

Archives

Il catalogo è questo

31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 22:23
J'emprunte cette expression à Frédéric pour faire la synthèse des annonces discographiques alléchantes pour cette rentrée 2009. Merci à tous ceux qui ont déposé ces nouvelles sur l'article consacré à l'actualité discographique. J'ai complété ce rencensement par d'autres sources, notamment l'indispensable operabaroque.com. Voyons voir ce que cette galante cache donc sous ses jupes.





Tout d'abord le récital Porpora de Karina Gauvin et Alan Curtis, incluant de nombreux inédits, notamment de l'opéra Arianna, ce qui pourrait laisser espérer une intégrale. Un incontournable.




Philippe Jaroussky va sortir un disque consacré à JC Bach; du baroque tardif donc (tout juste avant Mozart) qui s'annonce comme un véritable défi pour cette voix plus à l'aise dans l'élegiaque et qui craint les écarts de tessiture autant que le drame violent, deux composantes essentielles de la musique du fils Bach. Quoiqu'il en soit, les airs retenus sont presque tous inédits et la démarche musicologique est passionnante et tout à son honneur. Le programme sera (à peu de choses prêt) le suivant:

J.C. Bach (1735-1782)
Artaserse
"Vo solcando un mar crudele" & "Al mio bene a lei che adoro"
Carattaco
Sinfonia & "Fra l'orror"
La clemenza di Scipione
"Pugna il guerrier"
Adriano in Siria
"Cara, la dolce fiamma" & "Io ti lascio"
Temistocle
"Ch'io parta".




Naïve devrait bientôt sortir son nouvel opus lyrique vivaldien à coté de la reprise du Farnace par Savall. Ce sera donc l'Armida nell campo d'Egitto dirigé par Rinaldo Alessandrini avec la distribution suivante à peu de choses prêt:
Sara Mingardo: Armida
Furio Zanasi: Califfo
Roberta Invernizzi: Osmira
Raffaella Milanesi: Erminia
Marina Comparato: Emireno
Romina Basso: Adrasto
Martin Oro: Tisaferno

Puis ce sera en 2010 l'Ottone in villa, premier opéra de Vivaldi avec une distribution qui devrait rassembler sous la baguette de Giovanni Antonini dirigeant Il Giardino Armonico:
Sonia Prina: Ottone
Sandrine Piau: Cleonilla
Veronica Cangemi: Caio
Topi Lehtipuu: Decio
Roberta Invernizzi ou Julia Lezhneva: Tulia

Par ailleurs l'Ercole sul Termodonte dirigé par Fabio Biondi ne devrait plus tarder, la distribution incluera: Vivica Genaux, Diana Damrau, Patrizia Ciofi, Joyce DiDonato, David Daniels, Philippe Jaroussky, Rolando Villazon et Francesco Meli. J'avais détesté le concert parisien, et cette brochette de stars pour le disque me laisse dubitatif, surtout aux vues de la qualité très moyenne de la partition.



Pour finir avec la fournée de Vivaldi, son dernier opéra découvert, Argippo, va sortir en disque par l'équipe de sa récréation moderne. On notera que Romina Basso dans son récital New discoveries dirigé par Federico Sardelli chez Naïve chantait un très beau "Se lento ancora il fulmine" tiré de cet Argippo (et non Agrippo donc...)



Mais il y aussi des récitals Vivaldi! D'abord le Pyrotechnics de Vivica Genaux dirigé par Biondi, dont voici l'allechant programme (que l'on dirait suicidaire si l'on ne connaissait les capacités techniques de Genaux):

Farnace, "Quell"usignuolo"
La fede tradita, "Sin nel placido soggiorno"
La fida ninfa, "Alma oppressa"
Tito Manlio, "Splender frà'l cieco orror"
Semiramide, "E prigionerio e rè"
Catone in Utica, "Come in vano il mare irato"
Adelaide*, "Agitata da due venti"

* et non Griselda, sans doute une variante donc.

© Harry Heleotis

Magadalena Kozena vient de sortir un nouveau récital dirigé par Andrea Marcon dans du Vivaldi cette fois-çi et le résultat est bien plus réussi que pour Handel: cela tient autant à la meilleure connaissance de ce compositeur par le chef (orchestralement c'est sublime!), qu'au choix intelligent des airs. On pouvait craindre, comme pour le récital Handel, un choix prétentieux d'airs allant jusqu'au contralto, et dans lesquels Kozena recourrait souvent à des expédients expressifs grotesques pour masquer son manque d'assise vocale; ici les airs les plus graves sont des lamenti dans lesquels elle peut brillament doser ses effets sans pédaler dans la semoule ("Gelido in ogni vena" par exemple) et le style de Vivaldi supporte bien mieux ses effets expressionnistes que celui de Handel. Certes le "Nel profondo" est raté, mais c'est bien la seule erreur du récital, tous les autres airs la montrent très sensible et investie, et sa voix de chaux comme dirait David est bouleversante dans "Misero spirto mio", sommet du récital, où la voix semble sur le point de vaciller lors d'envols dans l'aigu et au bord du gouffre à chaque fin de phrase.



Anne-Sofie von Otter sort un récital consacré à Bach dirigé par Ulrik Mortensen.


Le même Ulrik Mortensen a dirigé Partenope de Handel à Copenhague et cette production sort en DVD, avec notamment Christophe Dumauw, Andreas Scholl et Tuva Semmingsen. L'oeuvre est superbe, mais à part pour Christophe Dumaux, j'ai de gros doutes sur la distribution.



Simone Kermes sortira un récital consacré aux compositeurs de style napolitains, dirigé par Claudio Osele. On connait le goût souvent douteux de cette chanteuse qui en fait un peu la Grubi du baroque, mais son energie débordante est indéniable et sa personnalité vocale fortement caractérisée. A défaut d'interprétations parfaites, nous aurons donc des airs rarissimes interprétés de façon enthousiaste et habitée, pas forcément par le locataire idéal, mais on ne va pas se plaindre. Voici le programme:

Pergolesi: L'Olimpiade (Roma 1735) : "Tu me da me dividi" & "Mentre dormi"
Pergolesi : Adriano in Siria (Napoli 1734) : "Lieo così talvolta"
Porpora: Lucio Papirio (Venezia 1737) : "Morte amara" & "Tocco il porto"
Porpora : Flavio Anicio Olibrio (Roma 1722) : "Se non dovesse il pié"
Vinci: Artaserse (Roma 1730) : "Vo solcando" & "Fra cento affanni e cento"
Leo: Il Demetrio (Torremaggiore 1735) : "Manca sollecita"
Hasse: Viriate (Venezia 1739) : "Come nave in mezzo all'onde"
Hasse : Didone abbandonata (Dresden 1743) : "L'augelletto in lacci stretto"
Hasse : Antigono (Napoli 1744) : "Perche se tanti siete"


En parlant de napolitains, un DVD de l'Alidoro de Leo dirigé par Florio avec son équipe habituelle va sortir à la fin du mois d'août.



Sandrine Piau consacre son dernier disque aux oratorios de Handel accompagnée par l'Accademia Bizzantina dirigée par Stefano Montanari (le premier violon, et non Ottavio Dantone, le chef habituel). Ce que l'on peut en entendre est assez décevant: les vocalises de sont de plus en plus mécaniques, mais cela ne serait qu'un détail si l'on ne sentait chez elle une vraie difficulté à traduire la spiritualité, on entend toujours la tristesse, l'effondrement ou la joie qui en font une exceptionelle chanteuse de seria, mais jamais la foi, la contrition et l'espérance qui en feraient une grande chanteuse d'oratorio. L'orchestre ne l'aide guère: l'Accademia bizzantina n'a jamais brillé dans Handel et ici on se demande s'ils ont perçu une différence d'esthétique entre le style du Trionfo et celui des oratorios anglais! Cela manque totalement de rayonnement et de l'ampleur que nécessitent ces derniers. Par contre l'air de Bellezza est très réussi. Et le programme mèle grands tubes et raretés. On ne dira rien sur la pochette sortie du frigo...



Le prochain disque de Max-Emmanuel Cencic s'intitulera "Mezzo" et devrait contenir des airs assez virtuoses tels que le célèbre "Crude furie" de Serse qu'il chante souvent en récital.



Davidis pugna et victoria d'Alessandro Scarlatti sous la baguette d'Alessandro de Marchi avec notre Roberta Invernizzi chérie et Martin Oro, sortira en octobre.
 


Et enfin le nouveau disque de Cecilia Bartoli est annoncé pour octobre: il sera consacré au XVIIIème italien (Settecento) et intitulé Sacrificium. Ce panorama du siècle incluera des airs rares de compositeurs tels que Leo, Hasse, Handel, Porpora, Graun, Araja, Broschi... On peut trouver ici le nom des airs chantés, mais le nom seul. En attendant les annonces officielles, on peut déjà s'amuser à enquêter. Voilà une première tentative, libre à chacun de compléter ou d'infirmer.




- Come nave in mezzo all'onde: Hasse, Viriarte (celui que chante Kermes?)
- Profezie, di me diceste: ??
- Cadro, ma qual si mira: Hasse, ?
- Parto, ti lascio o cara: Giuseppe Scarlatti, Siroe
- Usignolo sventurato: ??
- Misero Pargoletto: ?, Demofoonte
- In braccio a mille furie: Vinci, Semiramide (déjà chanté par Schiavo/Florio à la Villette)
- Qual farfalla: ??
- Nobil onda: Porpora, Adelaide (dans le prochain disque de  Gauvin et déjà chanté par Manzotti)
- Deh tu bel dio d'amore: ??
- Chi temea Giove regnante: Corselli, Farnace
- Quel buon pastor son io: Leo, Abel
- Son qual nave: Broschi, Artaserse (elle l'a déjà chanté il y a quelques années)
- Ombra mai fu: Bononcini, Serse (elle l'a souvent chanté en bis)
- Sposa, non mi conosci: Giacomelli, Merope (dans le Bajazet de Vivaldi) ou air de Porpora (déjà chanté par Melasse en Fusion)



Partager cet article

Repost 0
Published by Licida - dans Disques et lives
commenter cet article

commentaires

Licida 04/11/2010 10:38



Morceau choisi: à propos de Claudio Osele.


Il est un grand musicologue. Il ne nous dirige pas vraiment par exemple et se met toujours en retrait nous laissant ainsi une liberté totale. Peu de chefs
d’orchestre vous font autant confiance. La vérité est que vous n’avez pas forcément besoin de quelqu’un pour vous diriger quand il s’agit de Mozart par exemple. Mais cela reste mon humble
avis.






Caroline 04/11/2010 08:45



Simone s'exprime.



Clément 23/11/2009 10:28


Et je ne suis pas intervenu sur le sujet, mais ce que j'ai entendu ici et là des disques Haendel de Regazzo et D'Archangelo ne m'a pas convaincu : tout sonne terne, appliqué, avec même un certain
désordre vocal pour le second. Cela m'inquiète pour son concert avec Piau en fin de mois !


Clément 23/11/2009 10:26


Concernant l'Alessandro nell'Indie de De Majo, je n'ai pas la distribution complète, non :
Je sais juste que les deux Wendling chantaient Cleofide et Erissena (Dorothea et Elisabeth, respectivement), et que la basse Giov. Batt. Zonca était Alexandre. Quant à Poro, on peut supposer qu'il
échut à Tonarelli, si l'œuvre a été donnnée juste avant son départ la même année. Je ne sais pas quel primo uomo a chanté à Mannheim entre 1766 et les opéras de Bach avec Roncaglia.
Il faudrait que j'entende à quoi ressemblent les seconds rôles, mais ce  ne sont pas de toute façon des noms inoubliables, comme le castrat Corrauci...


Licida 22/11/2009 13:58


Après la révélation esthétique de Simone en Maya l'abeille, je vous annonce que l'on peut écouter plusieurs nouveautés sur Musicme:

- les airs pour basse handeliens par d'Arcangelo
- le pyrotechnics de Genaux (oui on dirait un trav sur la pochette, mais Biondi s'est beaucoup calmé par rapport au bordel de l'Ercole, c'est surtout en live qu'il fait n'importe quoi
finalement)
- le disque coloratura de Damrau (très décevant, c'est hyper gouailleur, on ne voit que ses nibards en écoutant le disque...)