Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Psychologie

  • : Alma Oppressa
  •  Alma Oppressa
  • : Blog sur l'opéra
  • Contact

Articles à venir

Recherche

Archives

Il catalogo è questo

8 août 2006 2 08 /08 /août /2006 12:22

EDDA MOSER (merci Baja!)

 

 

 

Pour moi, une artiste tutélaire : c’est avec elle que j’ai vraiment aimé l’opéra au tout début. Une voix hors norme, une carrière très singulière, une artiste extraordinaire (littéralement et dans tous les sens), généralement connue pour une Reine de la Nuit phénoménale, chantée au MET dans la production décorée par Chagall et enregistrée en 1972 sous la  dir. de Sawallisch (EMI, rééd. éco).

 

 

Moser et Mozart  

 

L’année Mozart est l’occasion pour EMI de rééditer en France son album d’Airs virtuoses de Mozart (voir la discographie ci-dessous). Un monument de la discographie mozartienne, Moser incarnant comme peu la colorature dramatique.

MAIS à la mi-octobre sortira en Allemagne un double CD (+ un CD bonus d’entretien), intitulé « Edda Moser singt Mozart », regroupant tout ce qu’elle a fait de Mozart chez cet éditeur, y compris (sauf erreur) les 4 airs de concert tardivement gravés avec Blomstedt à Dresde (inédits en CD) et qui sont saisissants d’intelligence et de relief (parmi ces airs, une seconde version du redoutable « Popoli di Tessaglia », de ton résolument tragique, et un « Ah ! lo previdi » enflammé). Même avec une voix durcie et abîmée, Moser y fait éclater son génie de la présence et de l’expression, donnant l’impression que sa vie dépend de ce qu’elle est en train de chanter. C’est l’impression qu’elle donnait en récital également (je l’ai entendue plusieurs fois dans les années 80).

 

Détail que je viens d’apprendre en lisant un livre de témoignages sur Karl Richter paru en Allemagne en 2005 (Karl Richter in München) : il était prévu qu’elle grave une intégrale de L’Enlèvement au Sérail avec Schreier, Gruberova en Blondchen, et Kurt Moll. Mais ce dernier l’avait déjà enregistré avec Böhm chez DG, n’était pas disposé à le refaire, or EMI ne voulait que lui, et le projet n’a jamais abouti.

Dans le même livre, Edda Moser souligne que Richter cherchait pour ses Bach des voix munies d’une palette expressive et d’une étoffe suffisante pour rendre la charge pathétique de cette musique. Et elle souligne que de même, il convient de chanter Mozart comme Bach « avec tout le corps », et non pas d’une manière amenuisée qui lui fait visiblement horreur et dont elle laisse entendre qu’elle domine le goût actuel dans l’interprétation de la musique du XVIIIe siècle. 

 

Jalons de sa carrière

 

Née à Berlin en 1938, c’est la fille du musicologue Hans Joachim Moser. Elle a grandi à Weimar et en Thuringe. Dans sa jeunesse, elle a pris des cours de danse avec Mary Wigmann, ce qui devait lui être utile plus tard pour Salomé (ce qu’elle faisait dans la Danse des 7 voiles, opportunément privée d’effeuillage par la volonté de Lavelli, était fantastique). Cours de chant avec Hermann Weissenborn à Berlin, qui fut aussi professeur de Fischer-Dieskau. 

 

Elle a commencé sa carrière au théâtre dans les années 60 (débuts en Kate Pinkerton à l’Opéra de Berlin) et a mené une carrière allemande très provinciale pendant plusieurs années (chantant des opérettes, Traviata et Gilda plus que Mozart) avant de se faire connaître en créant plusieurs œuvres spectaculaires de Henze et par quelques disques où elle interprète des rôles secondaires (Haendel, Orfeo de Gluck avec Richter, une Fille du Rhin chez Karajan).

 

Grands succès au MET dans les années 70 avec la Reine de la Nuit et Donna Anna (je crois bien qu'elle détient le record du nombre de Donna Anna au nouveau MET). Elle était très aimée à New York : son entrée en scène dans le rôle d’Armida du Rinaldo de Haendel avec Horne et Ramey en 1983 suscitait un tonnerre d’applaudissements. Curieusement, elle aura chanté relativement peu les grands rôles de Mozart en Allemagne et en Autriche, y compris la Reine de la Nuit. 

 

Sa renommée internationale, assise par un disque célèbre ("Airs virtuoses de Mozart", EMI), demeure celle d'une mozartienne, ce qui n'empêche pas des discussions intéressantes à l’époque  (certains trouvent alors que sa voix n'est pas "mozartienne", surtout en France où Stich-Randall et Schwarzkopf sont généralement tenues pour les modèles) et encore aujourd’hui. Sa Donna Anna dans le film de Losey témoigne d'une présence dramatique exceptionnelle (ce regard ! elle aurait pu faire du cinéma sans peine, je pense) mais la voix était alors déjà abîmée (« Or sai chi l’onore » est cependant saisissant). On peut l'entendre et la voir en Première Dame dans le DVD de La Flûte de Salzbourg (Levine/Ponnelle) récemment publié.

 

C'est aussi, ce qu'on a bien oublié, une fantastique interprète du lied : en témoigne toute une série d'enregistrements pour EMI avec Werba, Gage, Eschenbach. C'est en particulier, je trouve,une interprète de Schumann majeure : Genoneva, Le Paradis et la Péri , le groupe des Mignon, le Spanisches Liederbuch (avec Schwarz, Gedda et Berry).

 

Elle s'est tournée vers des rôles beaucoup plus lourds à la fin des années 70, parmi lesquels Leonore (elle a chanté Fidelio pour les cérémonies de réunification de l’Allemagne), Senta (Berlin et Vienne), Sieglinde (chantée à Avignon) ou cette Salomé à Paris en 1986-87, qui a laissé des souvenirs divers (pour moi c'est inoubliable comme incarnation, même si le chant était souvent en force). Elle s’est même risquée tardivement à Elektra en concert. 

 

En 1980, elle a interprété les 4 rôles féminins des Contes d'Hoffmann à Salzbourg et à Cologne, aux côtés de Domingo.

 

Elle a aujourd'hui cessé de chanter et enseigne à Cologne.

Cependant en juillet 2005, elle a participé à un concert de bienfaisance à Cologne au bénéfice de la recherche contre le sida, chantant dans le trio final du Rosenkavalier

 

Et voici un lien vers un résumé de sa carrière avec une galerie de photos : 

 

Edda’s trick 

 

Toujours dans le livre sur Karl Richter, Moser donne un truc utile pour chanter confortablement la partie de soprano du Requiem allemand de Brahms, où la soliste doit attendre près de 30 mn sur l’estrade avant de chanter (elle a chanté l’œuvre avec Barenboim à Paris et Orange vers 1977). Comment éviter la gorge et la langue sèches sans boire de l’eau minérale (geste déplacé pendant un Requiem) ? Eh bien, se mordre délicatement la langue en gardant la bouche fermée : l’humidification se fait mécaniquement.

 

Discographie d’Edda Moser  

********************************

 

Les œuvres publiées en CD sont précédées d’une astérisque.

En gras, les enregistrements à écouter en priorité selon moi.

Certaines figurent dans le coffret EMI « Great Moments of Edda Moser » (3 CD, 1995) , qui propose un excellent panorama.

 

1) OPÉRA ET OPÉRETTE 

 

BEETHOVEN

*Leonore (rôle-titre), dir. H. Blomstedt (EMI, 1976 ; rééd. Berlin Classics). Avec R. Cassily (Florestan), Th. Adam (Pizzaro), H. Donath (Marzelline), K. Ridderbusch (Rocco)

 

D’ALBERT

*Die Abreise (Luise), dir. J. Kulka (EMI, 1977 ; rééd. CPO). Avec P. Schreier et D. Fischer-Dieskau

GLUCK  

*Orfeo ed Euridice (Amore), dir. K. Richter (DG, 1967). Avec D. Fischer-Dieskau et G. Janowitz

 

GOUNOD

*Faust (Marguerite), extraits en allemand, dir. G. Patané (EMI, 1973). Avec N. Gedda, K. Moll et D. Fischer-Dieskau

HANDEL

Rinaldo (Armida), dir. Bernardi. Avec M.Horne, S.Ramey

 

HUMPERDINCK

*Hänsel et Gretel ( la Sorcière ), dir. H. Wallberg (EMI, 1973)

 

KALMAN

*Gräfin Mariza (Manja), dir. W. Mattes (EMI, 1971)

 

LEHAR  

*Die lustige Witwe (Hanna Glawari), dir. H. Wallberg (EMI, 1979). Avec H. Prey, H. Donath, S. Jerusalem, B. Kusche

*Giuditta (rôle-titre), dir. W. Boskovsky (EMI, 1983-1984). Avec N. Gedda, B. Lindner, Kl. Hirte

 

LEONCAVALLO

Pagliaci (Nedda), extraits, dir. G. Patané (EMI, 1979). Avec Fr. Bonisoli.

 

MOZART

Apollo et Hyacinthus (Hyacynthus), dir. M. Lange (Voce, 1966). Avec Th. Altmeyer, T. Zylis-Gara

*Idomeneo (Elettra), dir. H. Schmidt-Issertstedt (EMI, 1971 ; rééd. Brilliant Classics) Avec N. Gedda (Idomeneo), A. Rothenberger (Ilia), A. Dallapozza (Idamante), P. Schreier (Arbace), Th. Adam ( la Voce )

*Mitridate (Aspasia), dir. L. Hager (Opera d’Oro, live Salzbourg 1972). Avec A. Auger (Sifare), P. Lorengar (Ismene), H. Watts (Farnace), P. Schreier (Mitridate)

 *Die Zauberflöte ( la Reine de la Nuit ), dir. Sawallisch (EMI, 1972)

*Der Schauspieldirektor (Mlle Silberklang), dir. E. Schoner (EMI, 1976 ; rééd. 2005 avec les textes de liaison de Peter Ustinov). Avec M. Mesplé, N. Gedda, Kl. Hirte.

Don Giovanni (Donna Anna), dir. L. Maazel (CBS, 1978) [B.O. du film de Losey]

[DVD] Die Zauberflöte (Erste Dame), dir. Levine (TDK, 2005 ; live Salzbourg, 1982). Avec I. Cotrubas (Pamina), E. Gruberova (Reine de la Nuit ), P. Schreier (Tamino), M. Talvela (Sarastro), Chr. Boesch (Papageno), A. Murray (Zweite Dame), I. Mayr (Dritte Dame).

 

ORFF

*Prometheus (une Océanide), dir. F. Leitner (Arts). Avec J. Greindl, R. Hermann, K. Engen, Fr. Uhl

 

RAMEAU

Hippolyte et Aricie ( la Grand Prêtresse de Diane, une Chasseresse), dir. Malgoire (CBS, 1978). Avec I. Caley (Hippolyte), A. Auger (Aricie), C. Watkinson (Phèdre), U. Cold (Thésée)

 

SCHUBERT

*Die Verschworenen (Gräfin Ludmilla), dir. H. Wallberg (EMI, 1976 ; rééd. CPO). Avec K. Moll, G. Fuchs, A. Dallapozza.

 

SCHUMANN

 *Genoveva (rôle-titre), dir. K. Masur (EMI). Avec D. Fischer-Dieskau (Siegfried), P. Schreier (Golo) 

 

STRAUSS (Oscar)

*Ein Walzertraum (Franzi), dir. W. Mattes (EMI, 1970). Avec A. Rothenberger et N. Gedda

 

SUPPÉ

*Boccaccio, dir. W. Boskovsky (EMI, 1974). Avec A. Rothenberger, H. Prey, etc.

 

VERDI

*Don Carlos (Elisabeth), extr. en allemand, dir. G. Patané (EMI, 1973).  [Moser n’y chante que l’air du dernier acte] Avec B. Fassbaender, K. Moll, N. Gedda, D. Fischer-Dieskau

 

WAGNER  

*Rheingold & Götterdämmerung (Wellgunde), dir. Karajan (DG)

Die Walküre : Acte I (Sieglinde), dir. I. Törzs (Calig ; live Schwerin 1995). Avec M. Lundberg (Siegmund) et Fr. Olsen (Hunding) 

 

WEBER  

 *Abu Hassan (Fatime), dir. W. Sawallisch (EMI, 1974 ; rééd. CPO). Avec N. Gedda (Abu) et K. Moll (Omar)

 

2) AIRS DE CONCERT ET AIRS D'OPÉRAS 

 

MENDELSSOHN

« Infelice ! », air de concert, dir. K. Masur (EMI, 1973 ; rééd. Berlin Classics). (Couplé avec La Première Nuit de Walpurgis)

MOZART

— *« Virtuose Arien » (EMI, 1972) :

« Popoli di Tessaglia », « Ma che vi fece o stelle », « Crudele ? – Non mi dir », « Martern aller Arten » (dir. L. Hager) + les airs de la Reine de la Nuit extraits de la version Sawallisch.

[N.B. le report en CD (rééd. 2006) comprend aussi deux extraits du Schauspieldirektor intégral : l’air et le trio de la querelle]

— * Konzertarien (EMI/Eterna, 1981) :

« Mia speranza adorata », « Popoli di Tessaglia », « Schon lacht der holde Frühling », « Ah, lo previdi ! », dir. H. Blomstedt [Coffret de 3 disques : les 2 autres sont confiés à J. Scovotti et P. Schreier ; il s’agit d’une intégrale avortée. Les airs de Moser seront réédités dans le CD « Edda Moser singt Mozart » à paraître en Allemagne en octobre prochain]

— *Récitatif et rondo de Fiordiligi : « Ei parte — Per pietà ben mio », dir. J. Cæyers (René Gailly, 1991) [CD d'airs et de duos de Mozart par divers interprètes, enregistré en Belgique au profit de la recherche contre les affections neuromusculaires]

 

WAGNER

*Mort d’Isolde et Immolation de Brünnhilde, dir. A. Nanut (Metropolitan, 1989 ; rééd. Stradivarius 1992)

 

Opern-Recital, dir. P. Schneider (EMI, 1985) :

« Ah crudel ! » (Rinaldo) ; « Divinités du Styx » (Alceste) ; *« Non, cet affreux devoir » (Iphigénie en Tauride) ; *« Ecco il punto, o Vitellia » ( La Clemenza di Tito) ; « Abscheulicher ! » (Fidelio) ; « Ozean, du Ungeheuer » (Oberon) ; « Dich, teure Halle » (Tannhäuser) ; « Es gibt ein Reich » (Ariadne auf Naxos

 

The Sounds of Christmas (CD et DVD).  

E. Moser chante "Fröhliches Weihnachten überall"... entourée de Domingo, Carreras, Ricciarelli, Gruberova, Freni, Dvorsky, Rydl, P. Hofmann. 

 

3) ORATORIO ET MUSIQUE LITURGIQUE 

BACH

Magnificat BWV 243, dir. K. Richter (Melodya, 1970). Avec H. Töpper, E. Tappy, S . Nimsgern

 

BEETHOVEN

*Missa Solemnis, dir. Bernstein (DG, 1979 ; live Amsterdam). Avec H. Schwarz, R. Kollo, K. Moll

 

CAVALIERI

* La Représentation de l’Âme et du Corps (Vita mundana), dir. Mackerras (Archiv, 1968). Avec T. Troyanos, H. Prey, T. Zylis-Gara, A. Auger, etc.

 

HAENDEL

*Brockes-Passion (Maria, Gläubige Seele, Erste Magd), dir. A. Wenzinger (Archiv, 1967).

Avec M. Stader, P. Esswood, E. Haefliger, Th. Adam.

 

HAYDN

Les Saisons, dir. A. Jordan (Erato, 1979). Avec E. Tappy et Ph. Huttenlocher.

 

HENZE

*Le Radeau de la Méduse ( la Mort ), dir. Henze (DG, 1969). Avec D. Fischer-Dieskau

*Novae de infinito laudes, dir. M. Horvat (Orfeo, 2004 ; live Salzbourg 1972). Avec I. Mayr, W. Krenn, D. Fischer-Dieskau.

 

MAHLER

Symphonie n° 8 (« des Mille ») :

*dir. Boulez (Artists ; live BBC, 1975)  

*[DVD]dir. Bernstein (DG ; live Salzbourg 1975)

 

MOZART

*Messe du Couronnement & Vêpres pour un confesseur, dir. Jochum (EMI, 1976) Avec J. Hamari, N. Gedda, D. Fischer-Dieskau.

 

SCHUMANN

*Das Paradies und die Peri (Peri), dir. H. Czyz (EMI, 1973, rééd. éco). Avec B. Fassbaender (l’Ange), N. Gedda, R. Marheineke, etc.

* Des Sängers Fluch ( la Reine ), dir. B. Klee (EMI, 1985). [Ballade pour chœur et solistes] 

 

4) LIED ET CANTATE PROFANE 

 

HENZE

*Cantata della Fiaba estrema, dir. Henze (DG)

*Whispers from heavenly death & Being beauteous, dir. Henze (DG)

 

R. Strauss & H. Pfitzner, avec E. Werba (EMI, 1971)

*STRAUSS : 6 Brentano Lieder (An die Nacht, Ich wollt ein Sträußlein binden, Lied der Frauen, Als mir dein Lied erklang, Säusle, liebe Myrthe, Amor)  

*PFITZNER : An die Mark, Venus Mater, Verrat, Unter den Linden, Ich und du, Sonst 

 

Schumann, Wolf & Brahms, avec E. Werba (EMI, 1975) 

SCHUMANN : Frauenliebe und –leben 

WOLF : Lieder der Mignon 

*BRAHMS : Es träumte mir, Die Mainacht, Ständchen, Von ewiger Liebe

 

¶ SCHUMANN, Spanisches Liederspiel op. 74; Liebesfrühling op. 37 (Robert et Clara) ; Minnespiel op. 101 (EMI, 1976)

Avec H. Schwarz, N. Gedda, W. Berry, E. Werba (piano).

[N.B. les 3 lieder de Clara Schumann de l’op. 37 ont été reportés en CD : Er ist gekommen, Liebst du um Schönheit, Warum willst du andre fragen]

 

  Strauss & Schumann, avec I. Gage (EMI, 1978)

STRAUSS : 3 Lieder der Ophelia, Ständchen, Befreit, Frühlingsfeier, Schlechtes Wetter  

SCHUMANN : Lieder aus Wilhelm Meister (Kennst du das Land, Nur wer die Sehnsucht kennt, Singet nicht in Trauertönen, So laßt mich scheinen),*Stille Tränen, *Requiem 

 

¶ Strauss & Brahms, avec Chr. Eschenbach (EMI, 1982) :

STRAUSS : Die Nacht, Ruhe meine Seele, Cäcilie, Heimliche Aufforderung, Morgen, Frühlingsfeier, Schlagende Herzen, Mein Auge

BRAHMS : An eine Äolsharfe, Der Schmied, Geheimnis, Liebestreu, Am Sonntag Morgen, Wenn du nur zuweilen lâchelst, Wie komm’ ich denn, Vergebliches Ständchen

 

¶ SCHUBERT, avec L. Hokanson (EMI, 1983) :

Des Mädchens Klage (D.191b), Die Götter Griechenlands, Klage der Ceres, Die Junge Nonne, Im Abendrot, Nacht un Träume, Delphine, Himmelsfunken, Licht und Liebe (avec P. Schreier), Berthas Lied in der Nacht.

 

¶ « Edda Moser in concerto (Venise, 1987) » (Bongiovanni, 1988) :

SCHUBERT : Der Hirt auf dem Felsen (avec K. Moser, violoncelle)

STRAUSS : An die Nacht, Lied der Frauen (extr. des Brentano-Lieder)

WAGNER : Wesendonck-Lieder 

 

BRAHMS : Wiegenlied 

 

5) EDDA MOSER RÉCITANTE 

 

*Märchen zur Weihnachtszeit (Lübbe, 2004). E. Moser lit des contes d'Andersen, ponctués au piano par I. Törzs.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bajazet - dans Artistes
commenter cet article

commentaires

Mary 08/03/2011 15:03



Laßt den fliegenden Baja in Ruh !


 


http://www.youtube.com/watch?v=B-QXenhBrhg


 


 



L'ombre de Baja 08/03/2011 10:48



http://www.jpc.de/jpcng/books/detail/-/art/Edda-Moser-Ersungenes-Gl%FCck/buchnum/147106039






deluol(dit genest) 20/02/2010 00:18


écoutez Edda MOSER dans la"Clémence de TITUS" c'est comprendre véritablement ce qu'est le chant dans MOZART...


Caroline 09/12/2006 18:56

Connaissiez-vous cette interview italienne datant d'août dernier?

http://www.operaclick.com/interviste/moser_edda.php?PHPSESSID=7b4844dabc379e0a55cb8a3eb94469bc


C.

Caroline 03/11/2006 09:11

Oui, oui, c'est bien ce coffret-là de Bach.

Il se peut d'ailleurs que tout cela soit aussi disponible sur cdiscount.com ; je ne suis pas allée vérifier, mais comme j'ai fait mes courses chez Géant Casino...

C.