Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Psychologie

  • : Alma Oppressa
  •  Alma Oppressa
  • : Blog sur l'opéra
  • Contact

Articles à venir

Recherche

Archives

Il catalogo è questo

22 septembre 2006 5 22 /09 /septembre /2006 23:08

Un nouvel article de Faust

Bernard HAITINK et BEETHOVEN à Pleyel

 

 

Ludwig van Beethoven 
Fidelio, ouverture en mi majeur 
Symphonie n° 8 en la majeur, op. 93 
Symphonie n°5 en ut mineur op. 67 

London Symphony Orchestre 
Bernard Haitink 

Mardi 19 septembre 2006, Pleyel

 

 

C’est toujours avec une certaine appréhension que le mélomane se dirige vers la salle de concert lorsqu’est à l’affiche un programme entièrement consacré à Beethoven. Y retrouvera-t-il l’émotion qui l’étreint à l’audition des enregistrements de Furtwangler ou de Toscanini et de nombreux autres, dont certains parfois un peu oubliés, qui ont laissé des témoignages discographiques exemplaires ?

 

 

Plusieurs raisons plaidaient pour aller écouter le London Symphony Orchestra dirigé par Bernard Haitink. On ne suivra quand même pas le programme qui n’hésite pas à proclamer haut et fort que « le London Symphony Orchestra est considéré comme l’un des cinq plus grands orchestres au monde ». Cette affirmation est directement reprise du résumé biographique de l’orchestre rédigé à l’attention de la presse et que l’on peut trouver sur son site internet (www.lso.co.uk) ! Disons simplement que le LSO est l’un des très grands orchestres de la planète. On reste confondu par la qualité et l’homogénéité des cordes. Les solos des cors sont éblouissants comme ceux de la petite harmonie (le hautbois, en particulier, de Kieron Moore, je suppose !). Qualifié, par Laurent Bayle dans la brochure de présentation de la saison, d’orchestre « résident », le LSO donnera à Paris, cette saison, quatre concerts. A New York, où il est aussi qualifié d’orchestre résident, c’est l’intégrale des symphonies de Beethoven qu’il donnera début octobre. On ne regrettera donc qu’une chose, c’est que le LSO ne soit pas, à Paris, un peu plus « résident » !

 

 

Les deux programmes Beethoven donnés à Paris viennent en parallèle d’une intégrale discographique. La salle Pleyel et la maison de disques (Harmonia Mundi Distribution) faisant bien les choses, un CD d’extraits était distribué à la sortie du concert !

 

 On retrouve en concert la marque de Bernard Haitink. Interprétation sobre, claire et vigoureuse, plus classique que romantique (si ces mots ont un sens !), attaques très franches, cordes très souples qui n’excluent pas une certaine rudesse, cors merveilleusement chantants. Le concert de mardi débutait par l’ouverture de Fidelio, interprétation rigoureuse sans emphase, qui m’a semblait un peu lente. On vibre quand même et on resterait bien là pour écouter l’opéra en entier ! La huitième est de belle facture. L’impression, parfois, de sonorités détachées, un peu sèches et d’une absence de fusion entre les pupitres. C’est peut-être une des interrogations que peut susciter l’acoustique de la nouvelle salle à moins que cela ne tienne aussi à la conception de Bernard Haitink. Pourtant, le grand crescendo du premier mouvement est superbe. La cinquième, par contre, est extraordinairement réussie. Pas d’effets appuyés dans le premier mouvement, une tension permanente et une fantastique progression jusqu’à l’allegro final. L’acoustique de la nouvelle salle nous fait entendre très distinctement les différents pupitres de l’orchestre. Impression nouvelle pour le mélomane parisien « habitué » à l’ancienne salle Pleyel ou à l’acoustique sèche du Théâtre des Champs Elysées. Timbales très sonores, rythmant chacune des œuvres tout au long du concert. Si j’en juge par le CD d’extraits, c’est bien la volonté du chef. Avec la 5ème symphonie, le LSO et Bernard Haitink reçoivent l’ovation du public parisien. J’étais au 2ème balcon et l’acoustique me semble comparable à celle du parterre. On voit très bien le plateau et donc l’orchestre et le chef, même en étant sur le côté. A l’entracte, on peut aussi, depuis les nouveaux balcons placés sur le côté, admirer l’esthétique de la salle ! Pendant le concert, on entend deux téléphones portables justifiables de la « méthode » Bazajet …

 

 

Le concert a été enregistré par France Musique.

 

 

Le LSO se produira de nouveau début janvier sous la direction de Colin Davis son actuel chef principal et début avril 2007 sous la direction de Valery Gergiev son nouveau chef principal à partir de l’année prochaine.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Caroline 03/11/2006 11:54

Diffusion sur France Musique mercredi 8 à 10h.

Mardi 9 toujours à 10h ce sont les symphonies 2 et 3 qui seront diffusées.

C.

DavidLeMarrec 03/10/2006 09:12

Merci, Faust, pour ces investigations autour de cette fameuse nouvelle salle !

Le concert était naturellement totalement complet... il faut dire que Haitink + Cinquième + LSO, ça fait beaucoup.

Mais je vous parie ce que vous voulez qu'à Bordeaux, il resterait des places...