Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Psychologie

  • : Alma Oppressa
  •  Alma Oppressa
  • : Blog sur l'opéra
  • Contact

Articles à venir

Recherche

Archives

Il catalogo è questo

1 octobre 2006 7 01 /10 /octobre /2006 14:50

HAYDN

 

 

Salle de la Cité de la musique
Symphonie n° 93 en ré majeur
Symphonie n° 95 en ut mineur
Symphonie n° 96 en ré majeur « Le Miracle »
Orchestra of the Age of Enlightenment, Frans Brüggen
21 septembre 2006 

La Création
Gabrieli Consort & Players, Paul McCreesh
Sandrine Piau : soprano
Mark Padmore : ténor
Neal Davies : basse
22 septembre 2006

 

 

 

 

            Haydn, du moins à Paris, est toujours au purgatoire ! Il est bien difficile de remplir une salle même avec certaines de ses œuvres les plus célèbres. Laurent Bayle qui a conçu entre la Cité de la musique et la salle Pleyel une programmation centrée sur ses symphonies londoniennes et sur La Création dans le cadre d’un thème consacré à Londres vient d’en faire l’expérience. A peine trois quarts de salle pour le concert de jeudi dernier à l’auditorium de la Cité de la musique que des invitations largement distribuées (sur Abeille-Info notamment) ne sont même pas parvenues à remplir et pas mal de places libres à Pleyel pour la Création. La saison dernière, déjà, la série de concerts consacrée à Haydn pour un Philharmonique dirigé par Ton Koopman dans la salle de Radio France n’avait pas fait le plein des places disponibles.  

 

 

 

            Il y avait longtemps que je n’avais vu Frans Brüggen. C’est aujourd’hui un homme de 72 ans qui se déplace avec raideur et beaucoup de précaution sur la scène avant d’aller s’asseoir pour diriger l’orchestre. L’interprétation qu’il livre des trois symphonies de Haydn est remarquable de clarté, d’équilibre et de dynamique. The Orchestra of the Age of Enlightenment est un bel ensemble. Faut-il souligner quelques modestes difficultés pour les cuivres parfois à la limite de la justesse ?  

 

 

 

            La Création était donnée en anglais et non en allemand. Quel est intérêt de donner La Création dans la langue de Shakespeare ? Le programme rappelait que cela rapprochait l’œuvre de Haendel. Peut-être, mais les deux compositeurs sont assez différents ! La Création en anglais semble plus légère, surtout dans les récitatifs, soulignant également le caractère parfois très gai, voire même ironique de la musique de Haydn. J’avoue ne pas avoir de préférence marquée selon la langue utilisée.   

 

            Que penser de la direction de Mc Creesh ? L’ouverture résonne magnifiquement dans la nouvelle salle Pleyel. Mc Creesh nous raconte ensuite une belle histoire, celle de la Genèse , alternant des moments d’émotion, d’autres plus narratifs  et, enfin, dans la dernière partie, le superbe duo entre Adam et Eve. Tout cela est très vivant. Les contrastes sont très marqués. Mc Creesh a le sens des effets. Que penser du Gabrieli Consort ? Très bel ensemble, les cordes étant supérieures aux cuivres ou à la petite harmonie, exception faite des bassons. J’ai quand même trouvé que cela manquait de couleur.   

 

            Sandrine Piau peut remercier l’acoustique de la nouvelle salle Pleyel. Du très beau chant, mais la voix n’est pas très puissante. Elle ne se livre vraiment que dans le duo d’Adam et Eve. Neal Davies n’a pas trop réussi sa première intervention. Mais, il chante avec beaucoup d’intelligence et a de très beaux graves. Mark Padmore a également cette intelligence du texte même si, ses premières interventions ne m’ont guère enthousiasmé.   

 

            Reste l’extraordinaire chœur du Gabrieli Consort, placé derrière l’orchestre et non sur les gradins derrière la scène que le public occupait. On reste confondu devant l’homogénéité de ce chœur, sa souplesse, sa capacité à suivre, comme si tout cela était naturel et facile, la partition de Haydn. Ils ont reçu une ovation.   

 

            En résumé, un excellent concert avec de beaux moments d’émotion même si – du moins pour moi ! – on ne frissonne pas du début jusqu’à la fin. J’étais à l’orchestre sur le côté, donc un peu sous les balcons. L’acoustique est toujours aussi claire et fait oublier celle de la salle de la Villette  !   

 

            Pour l’anecdote, si les dames musiciennes du Gabrieli Consort sont libres du choix de leurs vêtements, elles aiment les couleurs variées ! Surtitrage au-dessus de l’orchestre. 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Caroline 11/10/2006 10:09

Rappel!

C.

Caroline 04/10/2006 19:12

Il faut lire '101' et non '111' dans le programme de jeudi 12!...

C.

Bajazet 04/10/2006 19:04

À propos : j'ai découvert un disque de symphonies de Haydn par Adam Fischer et l'orchestre Haydn austro-hongrois (88, 90 + Oxford). C'est épatant ! Je crois qu'ils ont fait une intégrale, reprise chez Brilliant sauf erreur.

Caroline 04/10/2006 11:59

Les concerts Haydn de Minko du 30.09 et 01.10 seront diffusés sur FM :

- mercredi 11 oct. à 10h02: symphonies n° 98, 97 et 94)

- jeudi 12 oct. toujours à 10h02: symphonies n° 99, 100 et 111.

C.

Faust 02/10/2006 08:28

Je crois que la musique de chambre de Haydn n\\\'est pas beaucoup mieux servie au concert, à Paris du moins. La modeste salle de la Villette me faisait penser aux années futures où nous risquons d\\\'avoir pléthore de salles avec celles de la Maison de la radio et la grande salle de la Villette. Je me demande comment tout cela se remplira, le concert classique n\\\'ayant pas les mêmes attraits que l\\\'opéra !
Je ne pouvais aller écouter Minko qui a dû donner une interprétation plus enlevée que celle de Brüggen. Cela manquait un peu d\\\'ampleur et de dynamique. Mais, j\\\'aime bien Brüggen qui reviendra en décembre donner au TCE une intégrale des symphonies de Beethoven avec l\\\'orchestre du XVIIIème siècle. Malheureusement, les tarifs sont plutôt prohibitifs !