Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Psychologie

  • : Alma Oppressa
  •  Alma Oppressa
  • : Blog sur l'opéra
  • Contact

Articles à venir

Recherche

Archives

Il catalogo è questo

27 octobre 2006 5 27 /10 /octobre /2006 12:26
Semaine du 28 octobre au 3 novembre :
 
 
 
TELEVISION:
 
 
        ¤¤  Requiem de Maurice Duruflé (Allemagne, 2006, 43mn): dimanche 29 à 19h00  (ARTE) 
enregistré lors du concert annuel donné en hommage aux victimes des bombardements de Dresde en 1945
Réalisateur TV: Elisabeth Malzer
Chef d'orchestre: Fabio Luisi - Orchestre: Sächsische Staatskapelle Dresden
Interprètes: Jane Henschel, Christian Gerhaher, Chor der Sächsischen Staatsoper Dresden
  
 
 
 
RADIO:
 
 
        ¤¤  Festival de Royaumont (Concert donné le 1er octobre 2006) : samedi 28 à 9h05  (FM)
Hugo Wolf : Mörike Lieder
Clémentine Margaine : mezzo-soprano; Edwin Crossley-Mercer : baryton
Emmanuel Christien et Michaël Guido : pianos
 
 
        ¤¤  La femme sans ombre de R. Strauss (donné le 6 ["Non, le 12!"] octobre 2006, Théâtre du Capitole à Toulouse) : samedi 28 à 19h07  (FM)
(pour les détails voir l'article de Bajazet)
 
 
        ¤¤  Récital de Leontina Vadura (le 29 [ou le 1er ??] septembre 2006 à Tours): dimanche 29 à 12h07  (FM)
Fauré, Debussy, Ravel, Alessandresco, Enesco, Massenet, Poulenc...
Leontina Vaduva : soprano - Anne-Marie Fontaine : piano
 
 
        ¤¤  On the town de Bernstein : dimanche 29 à 21h  (Radio Classique)
F. von Stade; T. Hampson; S. Ramey - Direction: M. Tilson Thomas
 
 
        ¤¤  Grandes journées Marin Marais (Versailles le 15 octobre 2006) : lundi, mardi et jeudi à 15h02  (FM)
(oeuvres instrumentales et transcriptions, notamment d'Alcide)
 
 
        ¤¤  Les enfants du baroque: René Jacobs : lundi 30 à 19h07  (FM)
                       
 
        ¤¤  Mitridate, re di Ponto de Mozart (Salzbourg le 23 août 2006): nuit de lundi à mardi à 1h du matin  (FM)
(détails sur 'Vivace') I. Bohlin; R. Croft; B. Mehta; N. Or; M. Persson - Minkowski - Les Musiciens du Louvre
[n'était-ce pas déjà la même affiche en 2005?] 
 
 
        ¤¤  Antonio Caldara (20 octobre 2006 Radio France) : mardi 31 à 10h02  (FM)
Elena Monti : soprano - Violoncelle et direction : Christophe Coin - Ensemble Baroque de Limoges
Introduzione, recitativo, aria di Lusinda, extraits de l'opéra Sancio Pansa governatore de la Isla de Baratara; Recitativo, aria di Maddalena; Recitativo, aria di Lisinga 
+ Giuseppe Tartini: Concerto pour violoncelle et orchestre en ré Majeur; Georg Matthias Monn: Concerto pour violoncelle et orchestre en sol mineur; Marc Antonio Ziani: Sinfonia a 4; Johann Josef Fux: Rondeau a 7
 
 
        ¤¤  Alcyone de M. Marais : mercredi à 4h du matin  (FM)
Minkowski - J. Smith; G. Ragon; J.P. Fauchécourt; V. Le Texier; V. Gens
(détails sur 'Vivace') [je crois que c'est une redif (?)]
 
 
        ¤¤  Ercole amante de Cavalli, ballets de Lully (le 9 octobre 2006 salle Gaveau): mercredi 1er à 20h  (FM)
Solistes, choeur et Orchestre de l'Académie Baroque d'Ambronay
Direction : Gabriel Garrido
 
 
        ¤¤  Tonos y Tonadas (22 octobre 2006 à Radio France): jeudi 2 à 10h02  (FM)
Musique baroque espagnole et chansons populaires sud-américaines
Barbara Kusa : soprano ; Raquel Andueza : soprano ; Luis Rigou : flûtes sud-américaines; Luth, vièle, guitare et direction : Eduardo Egüez - La Chimera
 
 
        ¤¤  La vie baroque: Philippe Jaroussky : jeudi 2 à 21h  (Radio Classique)
                       
 
        ¤¤  Bastien et Bastienne et Le Directeur de théâtre de Mozart (le 30 juillet 2006 à Salzbourg):  nuit de vendredi à samedi à 1h du matin  (FM)
(détails sur 'Vivace')

Partager cet article

Repost 0
Published by Caroline - dans Radio & Tv
commenter cet article

commentaires

Bajazet 31/10/2006 12:31

Nous fomentons une page "Croft" sur l'Île déserte...
Cela faisait longtemps qu'une voix ne m'avait pas ainsi transporté : quel artiste quand même... Arriver à atteindre de tels sommets aussi bien dans l'effusion de "Descend, kind Pity" de Theodora et dans les fureurs de Mitridate... La scène de la mort est fantastique également, avec l'ajout des cordes dans l'extrême grave, à peine perceptibles, qui remplacent le continuo en cours de récitatif. Génial, décidément.
Je comprends qu'on puisse rêver d'un autre velours pour Farnace, mais la caractérisation de Mehta est exemplaire, et son aplomb impressionnant pour ce type de voix.
Enfin, cette implication est perceptible chez tous, et je le répète, il est exceptionnel d'entendre l'orchestre se constituer ainsi en protagoniste du drame dans un opera seria. Minko é un altro Dio ;-)
 
P.S. Kaminski avait déliré naguère au sujet de l'Idomeneo de Croft (à Anvers je crois, et avec Minko). Il est sûr que je donnerais cher pour l'entendre !

clément 31/10/2006 11:46

Merci à Bajazet pour son commentaire de ce Mitridate ; je partage en tous points les détails de tes analyses sur la direction de Minkowski, exaltant la musique et le drame comme personne. il est évident que la version Rousset est une aimable peinture de Poussin à côté de cette version haute en couleur et toujours de très haute tenue musicale.les coupures mes gênent, et je déplore l\\\'air de Marzio, si je puis renoncer à celui (charmant) d\\\'Arbate. En ce qui concerne Netta Or, elle pourra gagner en précision et en présence, mais c\\\'est déjà d\\\'une autre épaisseur vocale que Dessay, et tout de même bien chantant ; j\\\'aime beaucoup, et partage plutôt l\\\'avis de Licida.Metha en revanche, bien que tout à fait correct, ne me transporte pas. on est bien sûr au dessus d\\\'Asawa ou autre Farnace fausset trop léger, quand le rôle réclame des graves solides (il descend régulièrement au la grave). je rêve toujours d\\\'y entendre certains contralti féminins ; les airs que Stutzmann a gravé son magnifiques, bien que platement dirigés, par exemple.Persson en effet très attachante, et négociant bien l\\\'écriture du rôle. elle n\\\'est pas aussi complète que Bartoli, mais l\\\'interprétation se vaut, et j\\\'aime toujours son joli timbre. Et les artistes suédois de manière générale !Et puis, Croft... ses airs, et particulièrement ses airs de fureurs, m\\\'ont fait partager les mêmes émotions que toi, et même pleurer à l\\\'écoute de "Vado incontro al fatto estremo", véritable crucifiction... je suppose que ses détracteurs seront plutôt des amateurs du ténor stentor dans ce genre de rôle ; pour ma part j\\\'y goûte l\\\'art belcantiste capable de mêler force et fragilité, les couleurs, la technique expressive... Croft è un Dio.

Bajazet 31/10/2006 10:52

Ah mais j'assume : j'adore les voix stridentes... enfin d'une certaine qualité de stridence hein :-)
Tu as raison pour Or. Mais j'attends toujours une voix plus charnue malgré tout. Ce qui était bien, cela étant, c'est que son timbre a vraiment quelque chose d'un peu âpre, si j'ose dire, qui la type bien par rapport au Sifare de Persson.

Pas de quoi mériter en tout cas la critique très remontée que j'avais lue à son sujet.

licida 31/10/2006 10:08

J'ai découvert la vidéo après la retransmission radio et j'ai été un peu déçu. Déjà étonné que l'orchestre soit si petit alors que cela sonne formidablement grand; je m'imaginais aussi de grands mouvements sur scène or c'est souvent très statique. Bref si la musique avait suscité mon imagination, la mes n'y a pas répondu. Cela reste cependant très acceptable avec une belle direction d'acteurs et rien que pour la bande son j'acheterai le dvd je pense.

Je te trouve un peu sévère avec Netta Or que je trouve épatante dans ce rôle, elle est pour moi un bon moyen terme entre l'agilité trop légère de Dessay et la densité un peu stridente de Moser (pas taper!) dans ce rôle. Et puis ce Al destin avec les grands coups de timbales, rhhaaaaaa que c'est beau!

Bajazet 31/10/2006 03:31

En direct de l'acte III de Mitridate.Ehbé, c'est quelque chose !… Je laisse les thuriféraires de Rousset faire les dégoûtés. Minkowski met la concurrence en pièces : qui n'a pas entendu cette direction dans cet opéra n'a rien entendu. Génial. Un soutien et surtout une communion avec les chanteurs grandiose. La beauté et l'éloquence du théâtre, et quelle qualité (et richesse) d'orchestre ! Ça c'est de la tragédie, pas du pastel.Dans les coupures identifiées (outre du récitatif çà et là et les airs d'Arbate et Marzio, que je ne pleurerai pas personnellement), l'air de Mitridate "Tu che fedel a mi sei" — ça c'est très dommage :-( — et l'air d'Ismène à l'acte III. Par contre on a la version originale de son air "In faccia all'ogetto" (très belle) mais déplacée au début de l'acte II (!).Le point discutable de la distribution est l'Aspasia de Netta Or, timbre bizarre (qui contraste bien avec Persson, radieuse en Sifare), aigus très assurés mais voix manquant de corps je trouve pour un tel rôle, mais elle est toujours très expressive.Persson est magnifique (je ne l'ai jamais entendu si rayonnante et impliquée jusqu'ici). "Lungi da te" fantastique, suspendu dans une même respiration élégiaque (mais concentrée) avec le chef (quand je pense au naufrage d'ennui de Frittoli avec Rousset au Châtelet…). De même, Ingela Bohlin est excellente en Ismene, avec un caractère plus marqué que d'ordinaire les titulaires de ce rôle. Du très beau chant dans les deux cas, et toujours animé de l\\\'intérieur.Bejun Mehta casse la barraque en Farnace (reprise de "Gia nelli occhi" quand même trop étirée et léchée, syndrome "Scherza infida"…), mais la révélation c'est pour moi Richard Croft ! J'ai beau connaître ce chanteur, je suis ébahi. Clément m'avait dit qu'il était sublime dans ce Mitridate, eh bien c'est un euphémisme. Il n'a pas la majesté souveraine de Bruce Ford à son entrée, mais des couleurs autrement plus variées, et une expression plus sensible, d'une mobilité extraordinaire. "Quel ribello" est stupéfiant, j'en avais la chair de poule : la voix semble métamorphosée par la colère, mais une colère jupitérienne. C'est prodigieux.P.S. La présentatrice détaille la distribution : "Farnace,  c'était  la contralto Bejun Mehta"Beaucoup de remue-ménage sur scène. Le compte rendu du spectacle que j\\\'ai trouvé donne des indications utiles, quoique probablement très partial :http://www.forumopera.com/concerts/mitridate_breme.htmDonc le DVD risque d\\\'être parfois agaçant, mais on sent un tel investissement théâtral de tous à la seule écoute que je pense que ça vaudra le coup de toute façon.