Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Psychologie

  • : Alma Oppressa
  •  Alma Oppressa
  • : Blog sur l'opéra
  • Contact

Articles à venir

Recherche

Archives

Il catalogo è questo

8 novembre 2006 3 08 /11 /novembre /2006 23:46

L’Artaserse de Métastase

Par Frédéric

 

 

1. Le livret aux 108 mises en musique




 

De la grande à la petite histoire : 

L’histoire est tirée de l’historien romain Justin, souvent inexact sur le plan historique, mais prompt à rapporter de sordides histoires de meurtres entre frères et sœurs, de parricides, d’infanticides, bref tout ce qui peut intéresser les librettistes de l’époque baroque.

L’affaire se passe en Perse, à Suse, capitale des Achéménides (une dynastie presque aussi forte en meurtres que les Atrides grecs) et met en scène la succession du roi Xerxès I (Serse), assassiné par le chef de la garde royale Artabano. Celui-ci fait accuser Darius (Dario), le fils aîné et installe sur le trône Artaxerxès I (Artaserse) le cadet, qu’il compte éliminer plus tard (pour monter lui-même sur le trône bien sûr). L’histoire est en partie vraie, Artaxerxès a fait exécuter à son avènement le commandant Artaban, assassin de son père, mais aussi tous ses rivaux potentiels, frères et cousins comme cela se faisait à la cour perse. Ce fut ensuite quand même un grand roi sage et juste (même les Grecs, qui n’aimaient point les Perses, le disent !).

Métastase présente Artaserse sous cet autre jour, plus clément et un peu manipulé par Artabano. Le problème cornélien est mis en place par le fait que le fils du meutrier, Arbace, est amoureux de la fille de la victime, Mandane et que le fils de la victime, Artaserse est amoureux de la fille du meurtier, Semira. On a donc une intrigue en chiasme entre les frères et sœurs (Artaserse/Mandane versus Arbace/Semira) et les couples d’amoureux (Artaserse/Semira et Arbace/Mandane). L’enjeu est l’amour mais aussi la lutte pour le pouvoir, qui se termine par le couronnement d’Artaserse et l’union d’Arbace avec sa sœur Mandane.


 

Personnages : 


Artaserse, prince puis roi de Perse, ami d’Arbace et amant de Semira
Mandane, princesse, sœur d’Artaserse et amante d’Arbace
Artabano chef de la garde royale, père d’Arbace et de Semira
Arbace, ami d’Artaserse et amant de Mandane
Semira, sœur d’Arbace et amante d’Artaserse
Megabise, général, confident d’Artabano


 

108 opéras :


Réunissant les grands thèmes chers à l’opéra baroque, lutte pour le pouvoir, gentil persécuté par erreur, méchant conseiller traître, etc, le livret eut un grand succès. C’est, avec Achilla in Scyro le livret le plus souvent mis en musique au 18ème siècle. Voici les plus marquantes de ces compositions. On remarquera que plusieurs des grands compositeurs de cette époque (Hasse et Jommelli notamment) ont resservi le plat plusieurs fois, avec des révisions, ce qui montre à la fois le succès du livret et sans doute aussi son intérêt musical.

On voit aussi que jamais le livret n’a cessé d’intéresser les musiciens, avec parfois une multitude de versions  en quelques années (1730-1731 ; 1738-1740 ; 1749-1751 ; 1760-62) et dans des villes aussi variées que Naples, Stuttgart, St Petersbourg ou Copenhague ! J’ai pu dénombrer, avec mes maigres moyens, 78 versions que voici. Elles s’étalent apparement jusqu’en 1806. Depuis 1730, il y a peu d’années desquelles Artaserse est absent, alors que l’histoire n’avait inspiré que quelques musiciens auparavant (ni Scarlatti Père, ni les frères Bononcini).

(J’ai mis les prénom entre parenthèse dans le cas d’homonymes moins connus).

 

1)      Vinci, Rome, Teatro delle Dame, 4 Février 1730. La distribution comprenait cinq soprano (dont Carestini et Giziello) et un ténor (5 airs chacun sauf Mégabise 3 airs).
2)      Hasse, Venise, Théâtre S. G. Grisostomo, plusieurs représentations fin Février 1730, avec Farinelli (soprano, Arbace), Francesca Cuzzoni (soprano, Mandane), Filippo Giorgi (soprano, Artaserse) Maddalena Pieri (contralto, Semira), Nicolino Grimaldi, (contralto, Artabano); Antonio Castori (soprano, Megabise)
3)      Vinci, Milan, reprise posthume automne 1730.
4)      Hasse, Lucques, automne 1730.
5)      Vinci, Ferrare, 1731, reprise posthume, avec les récitatifs de la version Hasse. La distribution comprenait Farinelli (soprano, Arbace), Tesi (contralto, Semira), Scalzi (soprano, Artaserse ou Megabise?). Il y eut encore des reprises de la version Vinci à Rome et à Fano la même année.
6)      Bioni, Breslau, 1733.
7)      Hasse, Venise, Théâtre S. G. Grisostomo, carnaval 1734, révision (avec des airs de Galuppi ?), avec Gaetano Caffarelli (soprano, Artaserse), Lucia Facchinelli (soprano, Mandane), Francesco Tolve (ténor, Artabano), Carlo Broschi dit Farinelli (soprano, Arbace), Teresa Pieri (contralto, Semira), Antonio Baldi (contralto, Megabise).
8)      Pasticcio de Hasse, Porpora et Broschi, Londres, Haymarket, 29 octobre 1734, avec Farinelli (soprano, Arbace), Senesino (contralto, Artaserse), Montagnana (basse, Artabano), Cuzzoni (soprano, Mandane). Porpora est l’auteur du duo Arbace/Mandane « Tu vuoi ch`io viva, o cara » à l’Acte III. Broschi a rajouté l’air virtuosissime « Son qual nave » au rôle d’Arbace, qui comprenait 19 des 29 airs de cette version !
9)      Paganelli, Braunschweig, 1737.
10)  Schiassi, Lisbonne, 1737.
11)  Lampugnani, Milan, Tetrao Ducale, janvier 1738.

12)  Araja, St Petersbourg, 9 janvier & 10 février 1738.
13)  Brivio, Padoue, 3 juin 1738.
14)  Ferrandini (G.B.), Munich, Théâtre de la Cour , 22 octobre 1739.
15)  Porta, Munich, 1739.
16)  Hasse, Dresde, Théâtre de la Cour , 9 septembre 1740, nouvelle version.
17)  Adolfati, Vérone, Carnaval 1741.
18)  Arena, Turin, T. Region Carnaval 1741.
19)  Gluck, Milan, 26 décembre 1741 (premier opéra de Gluck).
20)  Chiarini, Florence, carnaval 1742.
21)  Vinci, Naples, T. S. Carlo, 4 novembre 1743, reprise avec Astrua, Camati, Franchi, Caffarelli, Gherardi, Albuzio.
22)  Graun (C.H), Berlin, Opéra royal, 2 Decembre 1743.
23)  Duni, Florence, T. Pergola, 1744.
24)  Terradellas, Venise, T. S. G. Grisostomo Carnaval 1744.
25)  Avosso, Venise, T. S. G. Grisostomo, 1746. 
26)  Bernasconi, Vienne, 8 octobre 1746.
27)  Ciampi, Palerme, 1747.
28)  Scarlatti (Giuseppe), Lucques, 26 août 1747.
29)  Carcani, Plaisance, Carnaval 1748.
30)  Perez, Florence, T. Pergola, automne 1748.
31)  Galuppi, Vienne, 27 Janvier 1749.
32)  Jommelli, Rome, T. Argentina, 4-6 Février 1749.
33)  Lampugnani, Milan, T. Regio Ducale, 26 Dec 1749, révision.
34)  Pampani (Antonio), Venise, Th. S. G. Grisostomo, Carnaval 1750. 
35)  Dal Barba, Vérone, Carnaval 1751.
36)  Galuppi, Padoue, nouvelle version, Th. Nuovo, 11 June 1751, avec Giuseppe Poma (Artaserse), Regina Valentini Mingotti (Mandane), Gioacchino Conti (Arbate), Teresa Mazzoli (Semira), Marianna Maggini (Megabise), Anton Raaf (Artabano).
37)  Pescetti, Milan, T. Ducale, 26-28 décembre 1751.
38)  Jommelli, Mannheim, 1751.
39)  Ferrandini (Antonio), Forli, Printemps 1752, pasticcio.
40)  Fischetti, Plaisance, 1754.
41)  Gasparini (Quirino), Milan, T. Ducale, 26 décembre 1756.
42)  Pampani (Antonio), Venise, T. S. Benedetto, Carnaval 1756.
43)  Jommelli, Stuttgart, version réécrite, 30 Aout 1756.
44)  Scolari, Pavie, Carnaval 1757.

45)  Hasse, Naples, San Carlo, 20 janvier 1760, nouvelle version.

46)  Sarti, Copenhague, Th. Kongelige, Carnaval 1760.

47)  Bach (J-C), Turin , T. Regio, 1760. 

48)  Arne, Londres, Covent Garden 2 Février 1762.

49)  Piccini, Rome, T. Argentina, 3 Février 1762.
50)  Scarlatti (Giuseppe), Vienne, 15 Février 1763.
51)  Fiorillo, Cassel, 1765.
52)  Ponzo, Venise, T. S. Benedetto, janvier 1766.
53)  Boroni, Prague, 1767.
54)  Sacchini, Rome, 1768.
55)  Paisiello, Modène, T. Corte, 26 décembre 1771.
56)  Vento, Londres, 1771.
57)  Piccini, Naples, San Carlo, version révisée, 1772.
58)  Manfredini, Venise, T. S. Benedetto, janvier 1772.
59)  Giordani, Londres, 1772.
60)  Myslivecek (Josef), Naples , T. San Carlo, 13 août 1774. 
61)  Bertoni, Forli, printemps 1776.
62)  Borghi, Venise, 6 décembre 1775.
63)  Guglielmi, Rome, 29 janvier 1777.
64)  Bertoni, Londres, King’s Theater, 23 janvier 1779, version révisée.
65)  Carusio, Florence, Carnaval 1780.
66)  Ullinger, 1781.

67)  Zanetti, Trévise, 1782.
68)  Alessandri, Naples, T. San Carlo, 4 novembre 1783.
69)  Cimarosa, Turin, 26 décembre 1784.
70)  Bianchi, Padoue, 11 juin 1787.
71)  Anfossi, Rome, Teatro delle Dame, Carnaval 1788.
72)  Tarchi, Mantoue, printemps 1788.

73)  Bertoni, Gênes, Carnaval 1788, version révisée.
74)  Zingarelli, Trieste, 1789.
75)  Androzzi, Livourne, 1789.

76)  Zingarelli, Milan, 26 décembre 1793.

77)  Isouard, Livourne, Automne 1794.
78)  Portogallo, Lisbonne, 1806

 

On remarque que des grands compositeurs de cette époque seul Vivaldi n’a jamais eu affaire à ce livret (pour Haendel et Leo, voir la suite). Pergolesi non plus, mais on pourrait mettre ça sur le compte de sa brève carrière.

 

Attention : 

-   Artaserse a fait l’objet de mise en musique sur d’autres livret que celui de Métastase dès le début du 18ème siècle : L’Artaserse de Orlandini (1706, Livourne ;  Naples, 9 juin 1708) est sur un livret de Pietro Pariati. Ariosti a créé un Artaserse à Londres (King’s theatre, décembre 1724) ainsi que Lotti à Naples en janvier 1713.
Antonio Pampani, un vénitien converti à la mode napolitaine a composé un second Artaserse Longimano, mais le livret est tiré du Temistocle de Métastase et ne raconte pas la même histoire, même si elle se déroule sous le même règne (Artaxerxès Ier était surnommé « Longue-main » parce qu’il avait la main droite plus longue que la gauche). Venise, T. San Angelo, Carnaval 1737, avec le castrat soprano Lorenzo Gherardi.
Haendel a composé en janvier 1734 un pasticcio intitulé Arbace, sur le livret d’Artaserse de Métastase. Les récitatifs étaient de Haendel, mais les airs étaient tirés pour la plupart des Artaserse de Vinci et Hasse. La distribution comprenait Anna Strada del Po et Carestini.
Leonardo Leo, n’a pas composé d’Artaserse mais aurait mis en musique deux airs d’Arbace : « Per quel paterno amplesso » et  « Fra cento affanni e cento ».
Mozart a mis en musique plusieurs airs de l’Artaserse : « Conservati fedele », K23 (1765), pour contralto, « Per pietà bell'idol mio » K78 (1766), pour soprano, « Oh, temerario Arbace!…Per quel paterno amplesso », K79 (1766), pour soprano, « Fra cento affanni e cento » (1770), pour un castrat soprano, « Se al labbro moi non credi » K295 (1778) pour le ténor Anton Raaf arrivé sur la fin de sa carrière. Il y a donc peu de coloratures et l’étendue de l’air n’excède pas plus d’une octave. Ils sont dans le coffret (5CD) d’Airs de concerts de Mozart chez Decca, par Te Kanawa, Berganza et Winbergh.

Discographie :

 

Evidemment  et malheureusement, c’est très maigre :

 

 

Intégrales :

* Thomas Arne, Artaxerxes, version en anglais. Dir. Roy Goodman, Catherine Bott (Soprano), Patricia Spence (Mezzo), Christopher Robson (Contre-ténor) Un disque sans grande envergure, juste correct pour découvrir l’œuvre.

* La première version Hasse de 1730 a été jouée et mise en scène le 19 novembre 1999 au Teatro Rossini de Lugo - Orchestra Sinfonica dell'Emilia-Romagna - dir. Rinaldo Alessandrini. Distribution : Paoletta Marrocu (Mandane), Patrizia Bicciré (Arbace), Emanuele Giannino (Artabano), Maria José Trullu (Artaserse), Giovanna Donadini (Megabise), Anna Burford (Semira).
Critique de Opéra International : "L'ouvrage affirme une très haute valeur musicale et dramatique"..."La distribution est médiocre ; en émergent seulement Paoletta Marrocu et Maria José Trullu"..."On a réduit les arie et coupé dans les récitatifs"..."La direction d'Alessandrini agrave les choses, scandant les tempi avec la monotonie d'un carillon du XVIIIe siècle. Le spectacle de Gasparon, disciple de P.L. Pizzi, s'impose en revanche par sa grâce et son sens du tableau vivant, dans un décor d'un beau classicisme." (janvier 2000)


 

Quelques Extraits :

* « The soldier tir'd » de Arne, Joan Sutherland, The Art of Prima-Donna, Decca, 1962
* Ouverture d’Artaserse de Hasse, dans la bande originale de Farinelli il Castrato, Talens lyriques, dir. Christophe Rousset. Plutôt pas mal.
*
 « Pallido il sole », de Hasse, Andreas Scholl (contre-ténor), Heroes, Decca, 1999
*
 « Pallido il sole », de Hasse, Jochen Kowalski, (contre-ténor) Arien, Capriccio, 2000
*
Deux airs de Hasse « Per Questo Dolce Amplesso » et « Pallido il sole » par Aris Christofellis (sopraniste), L’Age des castrats, EMI, 2003
*
Deux airs de Hasse « Per Questo Dolce Amplesso » et « Or la nube procellosa » par Vivica genaux, Arias for Farinelli, Dir. René Jacobs, HM, 2003
*
« Son qual nave »  rajouté par Broschi dans l’Artaserse de Hasse : bande originale de Farinelli il Castrato, Talens lyriques, dir. Christophe Rousset avec la voix reconstitué en mixage à partir de celle d’Eva Malas et de Derek Lee Ragin. Un peu bizarre quelquefois, mais permet de connaître l’air.
*
 « Sulle sponde del torbido lete », de Graun, par Jochen Kowalski (contre-ténor), Arias baroques, Berlin Classics, 1999.
*
Quelques airs sont aussi présents sur les CD de Nella Anfuso et ceux du sopraniste Manzotti, mais… 


Dans quelques semaines, 2ème partie avec un petit commentaire de l’Artaserse de Hasse et comparaison (limitée évidemment) avec celui de Vinci. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Frederic 21/06/2011 22:55



Info contradictoire : Cencic ferait en fait Mandane et Fagioli serait Arbace. Quid alors de Megabise ?



Clément 18/06/2011 12:12



Farfallino montait tout de même au si naturel, hein, même si la tessiture n'est globalement pas stratosphérique. Enfin, il pourrait monter au contre-fa que ça n'empêcherait pas certains d'y
distribuer un sopraniste. Genre Paolo Lopez qu'on a subi un peu partout (et c'est pas fini). Je ne parle même pas de Laszczkowski ou Waschinski. L'un d'eux massacrait le rôle écrit pour Matteo
Berselli (castrat très aigu) dans le Teofane de Lotti.


Parlant de Lotti, je me réjouis d'entendre le programme de Gauvin et d'autres consacrés aux œuvres composées pour la glorieuse troupe dresdoise des années 1716-17



Licida 17/06/2011 12:00



Cencic en Arbace! C'est l'essentiel! J'avais peur qu'on confie le role à Jaroussky because disque Carestini, car il aurait ramé sec dans Vo solcando. Fagioli sur le même disque, c'est la cerise
sur le gateau! A en juger par les extraits youtube le Valer a tout l'air d'un contre tenor dernière génération avec un vrai soucis du grave, reste à savoir si cela sera aussi souple et chaleureux
que peut l'être un mezzo.


 


Merci Frédéric!



Frederic 16/06/2011 18:03



Quelquefois, il suffit de demander poliment. Alors voilà la distribution pour l'Artaserse de Vinci enregistré cet automne :


Artaserse : Philippe Jaroussky


Arbace : Max-Emmanuel Cencic


Semira : Valer Barna-Sabadus


Mégabise : Franco Fagioli


Artabano : Daniel Behle


Mon correspondant ne m'a donné Mandane...Il faut un vrai soprano là je crois, même si Farfallino, créateur du rôle, ne montait pas très haut.


 



Frederic 14/06/2011 21:05



Bon, je fais le point. L'Artaserse de Vinci sera enregistré fin septembre par Fasolis puis joué en tournée après la sortie du CD en septembre 2012, tournée qui passera à Strasbourg, Luxamebourg,
Nancy, au TCE etc. Parmi les chanteurs, on compte déjà Cencic, en Mandane d'après son site, en Arbace d'après d'autres sites. Valer Barna-sabadus, autre contre-ténor, en Semira, rôle plus grave.
Le ténor Daniel Behle aura le difficile rôle d'Artabano. On ne sait rien du reste de la distribution pour le moment, même si on devrait encore avoir des contre-ténors. Toute info sera bienvenue.