Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Psychologie

  • : Alma Oppressa
  •  Alma Oppressa
  • : Blog sur l'opéra
  • Contact

Articles à venir

Recherche

Archives

Il catalogo è questo

9 avril 2007 1 09 /04 /avril /2007 22:21

Il Trionfo del Tempo e del Disinganno de Handel
le 6 avril 2007 à Pleyel

Olga Pasichnyk : soprano ( Bellezza)
Anna Bonitatibus : mezzo-soprano (Piacere)
Nathalie Stutzmann : alto (Disinganno)
Stefano Ferrari : ténor (Tempo)

Les Musiciens du Louvre-Grenoble
Marc Minkowski

 

 

 

Autant annoncer tout de suite la couleur, c'est un des plus beaux concerts de ma vie! Certes je ne suis pas centenaire mais tout de même... L'oeuvre tout d'abord est magique: le jeune Handel ayant besoin de marquer les esprits des cardinaux mécènes (en l'occurence Ottoboni et Pamphili) alors que Caldara et Scarlatti étaient les rois des lieux, avec une débauche de moyens il fait preuve d'un raffinement et d'une intelligence remarquables, d'une richesse, d'une originalité qui frappent aujourd'hui encore. Tous les grands types d'airs y sont, les morceaux concertants aussi, seuls les récitatifs sont un peu moins passionants. Quant au livret quelque peu moralisateur, déjà Handel sait le sublimer par sa musique plus intelligente que les mots qui sait toucher au delà du stéréotype littéraire.

 

 

 

Commençons par les magiciens de la soirée: Minko et son orchestre. Ils ont à mon sens atteint une sorte d'idéal pour ce repertoire, un peu comme Niquet avec la Tragédie lyrique, leur interprétation s'impose avec une évidence déconcertante. On ne sait plus si l'on doit louer les tempi parfaits qui ne sacrifient jamais la palette infinie de couleurs, la science des contrastes et le savoir faire dramatique, l'unisson des pupitres, la chaleur du son... on pouvait déjà s'attendre à un miracle à l'écoute des airs du disque de Bartoli, Opera Proibita, eh bien c'est aussi incroyable en live qu'en studio. Je n'en reviens pas qu'on les entende si peu à Paris et qu'ils enregistrent si peu de disques de Handel, comment se fait-il d'ailleurs que France Musique n'ait même pas daigné enregistrer ce concert?!! Certains ont donc tant de mal à reconnaître la perfection? car oui j'ose le mot pour le coup, dans Handel et quelques autres compositeurs, je ne saurais imaginer mieux que ce que fait Minko aujourd'hui, si ce n'est à égalité avec ce que fait Jacobs (la comparaison entre le Trionfo de l'un et l'Agrippina de l'autre, qui ont plusieurs airs en commun, était d'ailleurs très instructive). Bref 15 ans après la gravure (que je n'apprécie guère) chez Erato de cette oeuvre, le parcours effectué est impressionnant. On louera plus particulièrement le premier violon (surtout dans l'ébouriffant "Come nube"), l'orgue et le hautboiste qui en plus de jouer comme un ange est beau comme un Dieu.

 

 

 

Olga Pasichnyk est parfaite pour incarner tantôt le narcissisme, tantôt l'effroi lucide de Belleza, la pureté de son timbre et la clareté de son émission font mouche sans jamais ennuyer. Même dans le doute, c'est la grande classe et d'un style impeccable; la prière finale est son plus beau moment: la finesse d'exécution se marie avec l'intensité du jeu, rappelant les lamenti de Ginevra par Dawson ou ceux de Theodora par Upshaw. Elle fait par ailleurs montre dans le grandiose "Voglio tempo", d'un legato à toute épreuve qui la fait planer au dessus d'une masse orchestrale haletante. Bref que du bon pour Morgana la saison prochaine!

 

 

 

Anna Bonitatibus n'était pas au top de sa forme, cela s'entendait dans les vocalises ultrarapides dont le projection était moins glorieuse que les autres phrases. Et pourtant, et pourtant, quel panache! D'autant plus remarquable que la partition tout comme le livret est épuisant pour Piacere: non seulement lui reviennent les airs les plus ardus tels "Come nube" (même le "Un pensiero nemico di pace", normalement chanté par Belleza) mais aussi les plus sensibles ("Lascia la spina"), et le drame confronte le personnage aux deux puis trois autres après le retournement de Belleza. Autant dire que l'interprête à fort à faire avec cette oeuvre qui lui appartient bien qu'il ne triomphe point. Pour en revenir à notre Bonita, là non plus je ne sais plus si je dois louer d'abord la splendeur du timbre, l'étendue de la tessiture, la classe de la déclamation, la vélocité des vocalises, la clareté de la prononciation, l'intelligence du jeu ou la sensibilité, je baisse les bras! Elle n'a rien à envier à la cara Cecilia, d'autant qu'il ne s'agit pas ici de studio. J'avais les larmes aux yeux après son "Lascia la spina", pourtant tellement entendu que je devrais être immunisé!

 

 

 

Le tiercé gagnant était complété par Nathalie Stutzmann, qui, même enrhumée, est toujours aussi impressionnante, et là non plus je n'ai pas décelé de problèmes de projections contrairement à ce que l'on lit souvent sur elle. C'était la première fois que je l'entendais au concert, et je l'attendais avidement après m'être passé en boucle sa Damira et ses airs rares de Mozart; c'est un Disinganno de grand luxe, avec des graves abyssaux et une ductilité rare du verbe qui subliment un des plus beaux "Crede l'uom" que je connaisse. Le Desinganno avait ce soir là des echos de sagesse sortie du puit, de lucidité stellaire dans les ténébres de la nuit qui aveuglent la Belleza. Waou que de lyrisme!

 

 

 

Malheureusement le quinté +, ce n'était pas pour ce coup çi (oui tout de suite c'est moins poétique): Stefano Ferrari tient bien le rôle du Tempo et notamment réussit le miracle de suivre Minko dans "E ben folle quel nocchier" pris à une vitesse inchantable, mais le timbre est aride de couleur et l'émission toujours aussi raide, du coup le tout n'est par très convainquant et sans Disinganno, pas sur que Belleza aurait changé d'avis. Mais son défaut le plus grand fut de chanter avec d'aussi superbes partenaires, à coté desquelles il déméritait, il reste cependant à mes yeux un ténor plus qu'honnête qui a déjà l'immense mérite de ne pas dégouliner comme la majorité de ses confrères.

 

 

 

Inutile de préciser que la salle a reservé un triomphe à ce Trionfo d'anthologie, façe auquel la version Haïm risque d'avoir fort à faire malgrè une distribution en or (Dessay, Hallenberg, Prina, Breslik).

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Licida - dans Représentations
commenter cet article

commentaires

Bajazet 15/04/2007 00:34

Mais non, tu es une âme pure, tu n'es pas corrompu par l'aigre démon du grief… Et puis tu es trop jeune pour avoir connu la pub du baril :-)

Bajazet 14/04/2007 22:28

Ce n'est pas à moi à vous souhaiter la bienvenue mais avec un tel nom "tu sois le très bienvenu" comme on disait sous la Régence.

Oui, ces suraigus sur le point d'orgue à la reprise étaient assez scabreux stylistiquement, mais avec le couple Haïm-Dessay, on a l'habitude.
Dieu sait si j'admire Dessay et si je suis exaspéré par le sport en vogue consistant à la honnir comme la dernière des dernières, mais décidément dans Haendel elle n'a pas trouvé la bonne clé, et je doute qu'elle figure dans le trousseau de Haïm. D'accord pour trouver l'air final bien superficiel, mais le bon Jérémie nous a bien annoncé le Triomphe de la Déception, n'est-ce pas ?

Je me suis rappelé que Minko avait donné le Trionfo pour l'inauguration de la nouvelle salle de Grenoble il y a quelques années, c'était Cangemi qui faisait Belleza, sauf erreur, et Radio Classique avait retransmis le concert. Je me souviens que j'avais écouté ça, et que la façon dont les interprètes donnaient cet air final captivait l'attention de plus en plus, c'était une expérience assez singulière, on avait l'impression d'être aspiré au cœur de cette musique du silence. J'ai eu l'impression inverse tout à l'heure : plus le temps passait, et plus cela me semblait à distance.

Enfin… il faut bien être désœuvré le samedi soir pour ratiociner sur une version dont on n'a entendu qu'un gros quart d'heure. Mais il est des impressions qui ne trompent guère.

Licida 15/04/2007 00:06

Bienvenue Orlando!
Je sens déjà que je vais pleurer toutes les larmes de mon corps devant ce disque qui réuni pourtant 3 de mes idoles... :-(((

orlandoscherzoso 14/04/2007 21:50

Ah j'étais sûr que le sultan aurait relevé Pampili et Bordini qui m'ont aussi fait sursauter!
Et puis cetet façon d'écorcher toutes les langues éaarngères, hélas trops répandue sur cette chaîne... Tim Mead devient presque "Timid' " (ce qu'il est au demeurant, du moins pour l'interprétation)

(Au fait bonjour, Licida, c'est mon premier post ici!)

Tout-à-fait d'accord pour le vieux baril de Minko (j'avais oublié cette pub : il faudrait l'expliquer aux plus jeunes...) la Haïm ne m'a guère convaincu, et N. Dessay m'a particulièrement déçu dans l'air final, chanté joliment, presque avec une délectation narcissique (un comble). Quant on se souvient comment Minko avait tenu à cet endroit la salle en suspens la semaine dernière, quelle fadeur... Le silence qui avait accueilli la fin était encore plus éloquent que l'ovation qui a éclaté ensuite...

Dans le quatuor, quelques suraigus rajoutés amusants à la reprise : pas très dans le style je trouve, mais il faut bien que la soprano y trouve son compte... C'est de bonne guerre. Je ne pense pas de toute façon que Haendel lui aille très bien, et sa Morgana plus soubrette que nature -merci Carsen!- à Garnier avec Christie, malgré un beau triomphe remporté tous les soirs, le prouvait avec éclat : son royaume est à mon avis ailleurs.


Votre Orlando

Bajazet 14/04/2007 19:41

Le regrettable Jérémie Rousseau (qui nous parle du cardinal Pampili et de Faustina Bordini, et qui traduit en garçon sagace "disinganno" par "déception"^^) vient de passer 3 extraits du Trionfo de Haïm : le quatuor de la 2e partie et les airs ultimes du Plaisir et de la Beauté.

Eh bien, je garde mon vieux baril de Minko. La direction est plate (c'est évident dans le quatuor) et le dernier air de la Beauté n'évite pas la joliesse décorative, je trouve. Il faut dire qu'une fois de plus, je trouve que Dessay n'est pas du tout convaincante dans Haendel. Dans le peu que j'ai entendu d'elle, j'ai trouvé que Prina manquait de classe. Hallenberg très bien, même si mise à rude épreuve dans "Come nembo", mais j'ai trouvé que sa diction manquait de mordant et de feu. Je regrette vraiment de ne pas y entendre Bonitatibus.

Idée bizarre d'exécuter la partie médiane de "Come nembo" comme une élégie languide avec orgue. C'est bien de varier l'expression, mais là on n'est pas loin de l'aberration, quand même.

Bajazet 13/04/2007 15:30

La version Alessandrini du Triondo est rééditée en collection ultra-économique : 10 euros le double CD sur Amazon.