Idolâtrie

Recherche


Publié dans : Autres sujets
Mercredi 16 mai 3 16 /05 /Mai 18:03
- Par Licida

Vous ne savez pas où poster une nouvelle, une interrogation soudaine, une réclamation, un faire-part de mariage gay, un malaise existentiel ou que sais-je: faites-le ici!


Voir les 469 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil

Commentaires

Il y a tellement de malades autour de nous… Il faut prier pour eux, et surtout, ne l'oubliez pas, pour l'unité de la Belgique.
Commentaire n°1 posté par Bajazet le 19/10/2007 à 13h52
Bajazet vous fait part d'une grossesse nerveuse imminente.

Inutile de quémander des petits : je les noie moi-même dans le Canal du Midi.
Commentaire n°2 posté par Bajazet le 17/05/2007 à 00h43
Je ne supporte plus les taches de sébum sur la vitre du bus. Voilà, c'est dit.
Commentaire n°3 posté par Carlupin le 17/05/2007 à 19h49
Je le prends comme une attaque personnelle.

Buvons le calice jusqu'à la lie : quand je prends le train, je somnole facilement, et quand je dors je bave.

(Licida, tu es sûr de vouloir laisser ce fil ouvert ?)
Commentaire n°4 posté par Bajazet le 17/05/2007 à 20h10
Oui on y dit que des choses essentielles!
Commentaire n°5 posté par licida le 17/05/2007 à 20h18
Je tenais aussi à dire ceci :
quand j'étais petit, je me suis cogné.

Mais je vous demande de ne pas me juger.
Commentaire n°6 posté par Bajazet le 17/05/2007 à 20h41
A Bajazet : on sait que vous bavez, espèce de vieux monsieur dégoûtant ! D'ailleurs vous nous en avez prévenu vous-même, je cite :
"Rrrrrrrrrrrrraaaaaaaaaaaaaarrrrrrrrhhhhhhhh !
(Baja bave)" (03/03/2007, 15:39:21). Pour couronner le tout, vous vous êtes permis de reprendre les autres à ce sujet, je cite again : "Et c'est très vilain de baver, Frédéric." (03/03/2007, 23:22:29). C'est bien parcque vous n'avez plus de dents que vous êtes pardonné !! ;D

 

Après tout ceci, je propose de détendre cette atmosphère crrrrispée avec cette petite vidéo marrante de Sandrine Piau http://www.youtube.com/watch?v=jdZDZEx-aE0 Comme quoi, elle aussi peut être dépassée !
Commentaire n°7 posté par Carlupin le 17/05/2007 à 22h13
Eh bien Baja, te voilà démasqué! Jamais plus ici en paix tu ne baveras :-)))

Pour la Sandrine dans "In furore" on en avait discuté sur OG, c'est pas tant qu'elle soit dépassée (question ornementations c'est assez stupéfiant de maitrise!!) c'est juste que le ton n'est pas vraiment le bon, cela manque non d'emportement mais de fureur tragique (d'ailleurs elle réussit mieux les autres motets dans ce concert comme dans le disque). Dans cette vidéo elle fait un peu la fofolle par modestie, mais en réalité, même à cette vitesse, elle y arrive la coquine!! En tout cas en voilà une qui a l'air sympa.
Commentaire n°8 posté par licida le 18/05/2007 à 08h35
C'est donc au milieu du sébum et de la bave que l'on voudrait que j'évoque la nuit des musées?... jamais!...

C.
Commentaire n°9 posté par Caroline le 18/05/2007 à 11h39
La bave du lapin ne macule pas la robe de l'auroch.
Commentaire n°10 posté par Bajazet le 18/05/2007 à 12h43

En lisant l'objet de ce fil, je me dis que c'est sans doute là que je peux déposer  ceci :


Fête de la musique oblige, je suis allé écouter le National dirigé par Masur dans la grande nef du Musée d'Orsay ! Ils donnaient le 5ème de Beethoven que Masur avait particulièrement réussie dans sa première intégrale alors qu'il prenait en main le National. C'était compter sans l'acoustique abominable des lieux ! Outre un son cotonneux, on a constamment l'impression que les pupîtres sont décalés entre eux. Il en résulte un horrible magma sonore. Je n'étais pas très loin de l'orchestre.Je n'ose imaginer ce que pouvaient entendre ceux qui étaient à l'autre extrêmité de la nef du musée. Que l'on se rassure, cependant ! La direction de Radio France s'était réservée une passerelle juste au-dessus de l'orchestre où l'on entendait nettement mieux (j'ai vérifié en sortant alors que Masur donnait en bis le dernier mouvement).


Le concert était gratuit pour 2500 personnes. Je ne trouve pas cela très professionnel de la part de Radio France et du musée d'Orsay. L'objectif est de faire venir des personnes qui n'osent pas ou ne peuvent aller au concert. Est-ce une raison pour leur offrie une prestation acoustiquement aussi lamentable. Pourquoi ne pas donner le même concert dans une salle de concert (TCE ou la salle de Radio France), toujours gratuitement, mais dans des conditions correctes ? La direction, remarquable, de Kurt Masur n'est évidemment pas en cause.

Commentaire n°11 posté par Faust le 21/06/2007 à 22h43
La Fête de la Musique, c'est la Fête de la Daube.
On ne vous avait pas dit, Monsieur Poing ?

Ce que vous rapportez est assez typique. L'affichage au détriment de la musique.

Commentaire n°12 posté par Bajazet le 21/06/2007 à 23h06
Moi c'est bien simple, je suis resté dans ma masure!
Commentaire n°13 posté par licida le 21/06/2007 à 23h09
je trouve quand même un avantage. Le free rock qui se déchâine en bas de chez moi me permet d'écouter impunément le second acte de Don Giovanni à fond la caisse en finissant ma bouteille.

Vive la Mêque de la Fusite !
Commentaire n°14 posté par Bajazet le 21/06/2007 à 23h15
Moi j'ai bien essayé le Dies Irae de Verdi mais ma concierge veille et je l'ai entendue grogner pendant le Tuba Mirum...
Commentaire n°15 posté par licida le 21/06/2007 à 23h27
Passe-lui plutôt "Liber scriptus proferetur" par Palmer, je te jure qu'elle ne va pas la ramener !
Commentaire n°16 posté par Bajazet le 21/06/2007 à 23h54
Ah bon, lesquels ? Le dialecte des Pouilles est particulièrement laid, je trouve ! En tout cas le moderne.
Commentaire n°17 posté par Carlupin le 24/09/2007 à 21h43
On connaît la "surprise" de Bartoli pour fêter les 200 ans de Malibran à Pleyel:

http://www.sallepleyel.fr/francais/programme/jour_spectacles.asp


Commentaire n°18 posté par Caroline le 31/08/2007 à 12h37
Franchement c'est décevant: le soir elle ne refait son concert Malibran qu'elle fera déjà deux fois au TCE, l'après midi une Cenerentola qui n'a rien de neuf, seul la programmation inédite du matin est intéressante.

Mais... cela veut dire qu'elle va chanter toute la journée?!!!!!
Commentaire n°19 posté par licida le 31/08/2007 à 12h48
Ben oui! elle va chanter de 11h à 23h!...
Je crois que ça ne sera pas tout à fait le même concert qu'au TCE... mais c'est nuance, en effet.
Oui, la Cenerentola, c'est décevant, j'aurais préféré La Sonnambula qu'elle fera à Baden Baden quelques jours plus tard... ou Clari.
Commentaire n°20 posté par Caroline le 31/08/2007 à 14h35
Youpi ! je vais au Adriano in Siria ! Pouët pouët tralalèreuh !
Commentaire n°21 posté par Carlupin le 01/09/2007 à 17h05
Pense à prendre un magnétophone... sur les genoux ça facilite le transite sanguin et combat les problèmes d'articulation!

Et je veux, que dis-je, j'exige un compte rendu du concert! D'autant que Pasichnyk en Farnaspe je me demande vraiment à quoi ça va ressembler...
Commentaire n°22 posté par licida le 01/09/2007 à 17h10
Ou est passé la présentation de l'Olimpiade par Clément, je ne le trouve plus ?  C'est dommage parce que j'ai récupéré sur le net les versions de Galuppi (celle de Marcon 2006 avec Basso, Invernizzi, Zanasi etc) et de Hasse (Bernius 1992 avec Kowalski, Roschmann etc) qui sont toutes deux très intéressantes, mais les pour repérer les airs, j'aurait eu besoin du canevas de Clément, parce qu'il y a des changements par rapport à Métastase et aussi par rapport à la version vivaldienne. Par ailleurs est-ce que quelqu''un aurait (Clément surement!) la distribution originale de l'Olimpiade de Hasse.
Commentaire n°23 posté par Frédéric le 14/09/2007 à 16h15
Cet article de Clément n'a pas encore été rappatrié ici, j'attends justement qu'il le mette à jour avec les versions Hasse et Galuppi notemment avant de le publier ici agrémenté d'extraits sonores.

En attendant faut fouiller les archives d'OG...
Commentaire n°24 posté par licida le 14/09/2007 à 16h25
Merci, je vais donc aller voir en face en attendant les brillantes vocalises de Clément...
Rien à voir, mais le nouveau Jaroussky sortira dans un mois. J'ai vu plusieurs couverture différentes, assez cocasses quand même, il est en train de virer à la Cencic. Pour le programme, parmi les airs annoncés il y'aurai du Gluck, mais j'ai trouvé le programme du CD qui donne :


  1. Siface: Tu che d'ardire m'attendi 

  2. I fratelli riconosciuti: Ciel nemico

  3. Alcina: Mi lusinga

  4. Arianna in Creta: Ove son' Qui ti sfido

  5. Ariodante: Scherza, infida

  6. Alcina: Sta nell'ircana

  7. Farnace: Se mi dai morte

  8. La clemenza di Tito: Se mai senti

  9. Vo disperato

  10. Demofoonte: Sperai vicino il lido

  11. Orfeo: Mio bel nieme

  12. In mirar la mia sventura


le 1, c'est Porpora, le 2 c'est capelli, 3-6 je vous fais pas l'injure. Enuiste 7-8 c'est Hasse. Les trois derniers m'ont donnés du fil à retordre. Carestini a chanté le Demofonte de Hasse en 1748 donc ça doit être ça, celui de Gluck est trop tardif. Pareil pour Orfeo, créé par Guadagni et non Carestini. Celui-ci était en revanche dans celui de Graun, justement vanté par Jaroussky dans une interview il y a deux  ou trois ans. Donc ça doit être Graun et non Gluck.
Et op' là, l'Artaserse de Vinci est encore passé à la trappe...
Commentaire n°25 posté par Frédéric le 14/09/2007 à 17h26
oui la pochette que j'ai vue fait très "soirée déguisée au Palace" :-/

Merci pour les compositeurs des 3 derniers morceaux; le disque complete le concert c'est fort bien!

Notez aussi que le Damrau sortira en automne en Allemagne avec un autre joli programme:

1. D'un insultante orgaglio
2. Fra i barbari sospetti

3. Numi, respire ... Ah, lo sento
4. Quando più irato ferme
>> Europa riconosciuta de Salieri

5. Bastam, vincesti .. Ah non lasciarmi
6. Sento l'amica speme
>>> Semiramide, Salieri

7. Par les larmes dont votre fille ...
>>> Salieri : Les Danaides

8. Se spiegar potessi apieno

9. Der Hölle Rache
10. O zittre nicht, mein lieber Sohn
>> Die Zauberflöte

11. Basta, vincesti ... Ah, non lasciarmi
>>> Air de concert Mozart

12. Parto. m'affretto
>>> Mozart : Lucio Silla

13. Ove son qual'aure io spiro
14. Ombra dolente
Commentaire n°26 posté par licida le 14/09/2007 à 19h38
Quelqu'un a entendu ou entendu parler de l'Aminta de Mazzoni (Juan Bautista Otero à la direction et Panzarella dans le rôle-titre) ?
Commentaire n°27 posté par Carlupin le 15/09/2007 à 14h18
Oui j'ai lu la critique dans Diapaso ou le Monde de la M. , plutot positive. Je l'avait déjà acheté de toute façon, c'est pas mal interprété, pas de défaut rédhibitoire, l'orchestre est pas hyper délicat mais il est dans le style, brillant. Les tempi sont parfaitement choisis, les chanteurs bons. le ténor un peu a la peine, mais vaillant, (le rpole était prévu par Anton Raaf quand même) Panzarella est correcte, pas non plus sublime. Manque de panache pour un rôle tenu par il Giziello. Celine Ricci que je ne connaissait pas est en revanche très convaincante surtout avec son air hyperdifficile du premier acte , avec cascade de volcalises sur un tempo tres rapide. Les da capo sont bien ornés. Disons que le CD n'est pas un chef d'oeuvre, c'est dû à l'oeuvre un peu mievre. C'est Il Re Pastore en faite, mais le chef, à l'ego surdimensionné a retitré le truc, au moins il nous a épargné les coupes et refontes de son Orlando de Porpora. Manzoni n'est pas a la hauteur d'un Vinci, d'un Araja et encore moins d'un Hasse ou d'un Jommelli. Reste à espérer que le chef continue d'explorer le fond "galant", si il pouvait passer par la case Vinci ou Jommelli ce serait déjà ça.
Quelqu'un a un avis sur l'Ezio de Gluck 1ere version 1750 qui vient de sortir avec Cencic notamment ?
Commentaire n°28 posté par Frédéric le 15/09/2007 à 17h16
On peut en écouter des bouts sur jps:

http://www.jpc.de/jpcng/classic/detail/-/hnum/4752703?rk=classic&rsk=hitlist
Commentaire n°29 posté par licida le 15/09/2007 à 17h25
Ah ils m'énervent quand ils ne permettent de n'entendre que des récitatifs, ou quelques mesures de chant après la ritournelle... Pareil à al Fnac. Enfin, ça a l'air tentant, pour la musique. et j'aime toujours assez Netta Or.

Je confirme (était-il besoin ?) que c'est bien de l'Orfeo de Graun qu'est tiré "Mio bel nume, Ah ! dove sei ?". en fin de carrière, 1752, Carestini était un contralto assez grave ! l'air va vraiment solliciter le bas de la voix de Jaroussky. Je déplore en revanche la perte d'un extrait de Vinci, vraiment... On aurait pu se passer du Scherza infida ! Mais un Sperai vicino de Hasse : miam !

Le programme de Damrau a l'air très bien ! mais il faudra se trouver des lives aussi, pour avoir l'air de Der Rauchfangkehrer de Salieri, qui est beau, et qui est apparemment prévu en concert.
on n'a pas l'identification de toutes les plages de son disque ? j'ai grand' hâte d'avoir ça !!

Enfin, pour ceux qui savent apprécieer, pourquoi se priver ;)

L'Olimpiade de Hasse a été créée en 1756 à Dresde (je pense que c'est ce qu'a joué Bernius, mais je soupçonne de larges coupes) avec :

Megacle - le castrat Monticelli
Aristea - Teresa Albuzzi-Todeschini (la prima donna qui a remplacé Bordoni alors à la retraite)
Argene - Caterina Pilaja
Aminta - Pasquale Bruscolini (Pasqualini)
Licida - Giuseppe Belli
Clistene - Angelo Amorevoli
Acandro - Giuseppe Perini

Toute cette brillante équipe était habituée des oeuvres de Hasse, et ce sont peu ou prou les mêmes qui donnèrent Artemisia et L'Eroe cinese (1753) ainsi que Solimano.

Pour la petite histoire Bruscolini a apparemment commencé à Berlin, prenant par exemple part au Cleopatra e Cesare de Graun de 1742, avant de venir à Dresde.
Commentaire n°30 posté par Clément le 15/09/2007 à 19h31
J'ai commandé Ezio hier, j'en parlerai quand je pourrai, c'est-à-dire pas tout de suite.
Commentaire n°31 posté par Bajazet le 15/09/2007 à 23h08
Au fait… personne ne parle du concert parisien de Bostridge, nulle part. C'était avant-hier. Moi qui pensais qu'il avait vraiment des fans, mais où sont-ils ?
Commentaire n°32 posté par Bajazet le 16/09/2007 à 00h02

Ca parle de frustration chez ForumOpera...


http://www.forumopera.com/concerts/haendel_bostridge_tce07.html

Commentaire n°33 posté par Carlupin le 17/09/2007 à 19h07
Tu m'étonnes… ;-)

(merci, Carlupin)
Commentaire n°34 posté par Bajazet le 17/09/2007 à 20h31
Au fait, merci à Frédéric et Licida pour le Mazzoni !
Commentaire n°35 posté par Carlupin le 20/09/2007 à 21h50
J'écoute le début d'Ezio. Musique très belle, qui "accroche" vraiment. Cencic est souverain en Valentinien, et quel timbre :-)

Rexroth en Ezio ne boxe évidemment pas dans la même catégorie, mais ça on le savait déjà. Fulvia, la prima donna (voir l'air de désespoir dans l'album Bartoli), est chantée par Mariselle Martinez, mezzo chilienne au tempérament certain, mais encore peu cultivée (cependant le timbre évoque parfois celui de B. Fink, le goût en moins). Netta Or, apparemment moins exposée qu'en Aspasia de Mozart, semble excellente, avec assez de corps. L'orchestre (Neue Düsseldorfer Hofmusik) n'est guère profus, mais avec suffisamment de tension. Bref, ces premières minutes sont très séduisantes.

Livret avec traduction anglaise et allemande. Un court texte de présentation : "Ezio, précurseur d'un nouveau drame musical" (on l'aurait parié). 3 CD Coviello.
Commentaire n°36 posté par Bajazet le 20/09/2007 à 22h08
Ezio, suite. Le ténor qui fait Massimo me plaît beaucoup (couleur, style, caractère). Il s'appelle Mirko Roschkowski, il est Allemand… et élève d'Edda Moser. Rexroth est un peu dépassé par les événements dans l'air "Se fedele mi brama". Ça plafonne vite et question ligne…Ça fait brouillon, surtout avec Maxou à côté. Martinez donne des couleurs superbes au rôle, dommage que la tenue ne soit pas au même niveau.
Commentaire n°37 posté par Bajazet le 20/09/2007 à 22h38
Merci de préciser sa nationalité, parcqu'avec un nom pareil !! :oD Au moins l'aura-t-on bien dressé ! En tout cas, j'ai hâte que Licida publie son portrait de Cencic, car je ne comprend toujours pas ce qu'on lui trouve ! Ok je ne connais presque rien de lui (ses Perseo et Fernando), mais rien que le timbre, brrrr...
Commentaire n°38 posté par Carlupin le 20/09/2007 à 23h02
Ah bon ? Tu n'aimes pas son timbre ?
Remarque, j'apprécie très peu de falsettistes. Bowman par-dessus tout (avant qu'il se mette en pilotage automatique), Daniels, pas mal de choses d'Esswood, et c'est à peu près tout (je mets Kowalski très à part). Je suis à peu près allergique à la voix de Jaroussky par exemple. Mais alors Cencic… Je l'ai découvert dans l'air d'Andromeda liberata, "Sovvente machinchose il sole" : l'extase !

(Oui, E. Moser dresse bien les petits jeunes… D'ailleurs sur un de ses portraits elle a un collier de bouledogue ^^)
Commentaire n°39 posté par Bajazet le 20/09/2007 à 23h12
L'acte II d'Ezio se termine par un trio tourmenté de 7 minutes entre Ezio, Fulvia et Massimo. Du Gluck électrique :-) Martinez emporte le morceau. La Romaine a mangé du lion.

Commentaire n°40 posté par Bajazet le 21/09/2007 à 00h08
Moi non plus je ne suis pas très contre-ténors. C'est pratiquement toujours une histoire de timbre, soit c'est aigre, soit gras et lymphatique... Daniels n'est pas inintéressant, mais toujours distribué dans des rôles héroïques où il ne convainc jamais, Jaroussky est de loin mon préféré, bien qu'il ait encore du pain sur la planche pour ce qui est de l'agilité et de l'égalité des registres. Lesne, Dumaux, Ragin, Mehta et Asawa ont su me plaire, mais aucun ne pourrait remplacer un bon mezzo ou contralto. J'avoue ne connaître aucun des grands noms du falsetto, à part Jacobs, et là encore c'est un rendez-vous raté ! Dans les tessitures plus aigües, par contre, c'est le grand désert : Christofellis, Manzotti, Laszczkowski, Crowe... fuyons ! Pour revenir à Cencic, ça va paraître de la méchanceté gratuite, mais sa voix m'évoque un vieux bouc, tiraillée sur chaque voyelle ; et ce vibrato mon Dieu ! :-( Licida, ne m'étripe pas ! Mais je conçois tout à fait qu'on l'apprécie : moi j'aime bien Elena Cecchi Fedi !!! (le soprano "indigeste" dans le Rodrigo de Curtis)
Commentaire n°41 posté par Carlupin le 21/09/2007 à 11h44
Je suis d'accord avec carlupin. Un contre ténor dans une distribution ça permet de varier les timbs, mais dans un rôle "héroique" c'est très rare qu'il soit à la hauteur (ainsi Daniels dépassé dans Bajazet et Rinaldo). Zazzo, Daniels, Lesne, Chance ou Bowman ont/avaient certainement de la technique mais côté timbre c'est souvent acide. Ils peuvent être intéressant dans l'élégiaque façon motet, mais il ne remplaceront jamais une bonne mezzo. J'aime bien jaroussky parce que ses aigu lui permettent des ornementations intéressantes, mais l'absence de graves lui interdisent aussi les rôle proprement héroïque je pense. Pour le registre soprano, c'est pire. Kowalski ou Laszcekowski on pu être intéressant dans Jommelli ou Vivaldi, mais cela relève du documentaire, on n'a pas le choix des versions. Et pui les Manzotti ou Christoffelis c'est monstrueux, je préfère encore Simone Kermes ! La mode, qui perdure  (cf l'artaserse de Vinci à Vienne récemment ou le Gluck discuté ici) de remplacer les castrats par de scontre ténor me désespère. Pour les contralto, Mijanovic ou Basso, pour les "soprano" Genaux, Kalna, Invernizzi, Bonitatibus ou Beaumont (et surement pas Ciofi aigrelette imposé par Biondi dans le Bajazet) me semble les plus aptes à remplacé les châtrés.
Commentaire n°42 posté par Frédéric le 21/09/2007 à 16h42
voui, d'accord avec tout le monde.
Dans le répertoire seria, généralement les falsettistes me gênent.

Pour le timbre, et malgré leur musicalité, Köhler ou Pushee sont des exemple de chanteurs pénibles. Christophellis, c'est la même chose, ceci dit pour le programme, sa technique indéniable, j'ai pas mal de ses récitals. Je me suis habitué à sa voix métallique :) en revanche Manzotti n'a vraiment rien à offrir, c'est du sous-Christofellis... Waschinsky c'est desespérement pateux et il ne sait pas vocaliser... Et à part quelques superbes aigus filés de Laszczkowski...
Ces phénomènes n'ont en plus généralement pas une technique bien assise, ça tire un peu partout sur la tessiture, et musicalement, le tempérament n'est même pas forcément au rendez-vous... quand il est là il crée même des décalages ridicules avec le rendu sonore (les cris  de souris de Crowe) !
Et puis souvent, ces messieurs s'écoutent chanter ! c'est étrange non ? c'est l'impression que j'ai bien souvent. Une sorte d'autofascination. Un fantasme de pureté aussi, qui participe à leur succès. Mais ce n'est pas ce qui m'intéresse dans le seria, je préfère de la chair et du nerf à un affect ethéré, alors les timbres faméliques... C'est pour leur richesse et leur vibration que j'ai pu aimé certains emplois de Lesne (cantates de Haendel, Caldara, Teotimo de Hasse...), Daniels (le premier récital Haendel !), Metha (son Tamerlano est tout de même pas mal), Ragin (plus que Tolomeo, Poro de Hasse), Cencic (l'air de Vivaldi pour Perseo, son album Vivaldi) . Et ce sont des chanteurs qui ont pu (pas toujours) assumer le grave des tessitures de contralto.
Parce que souvent, la voix des fausset est à l'aise sur une quarte, mais le grave est sourd et inaudible, sans impact (surtout pour ceux qui refusent de poitriner, comme inexplicablement Daniels en Bajazet), et l'aigu tire dès le do3... L'avantage de Jaroussky est justement qu'il est capable de chanter avec aisance et nuance au dessus de cette limite. Qu'il est musicien, qui sait vocaliser, et a un certain charisme allié à un timbre personnel, plein et séduisant (à mon goût). Ce qui ne fait pas de lui un chanteur à tout faire...

Je dois tout de même de très beaux  moments à des falsettistes, sur le vif : Zazzo en Arsamene (qui lui va très bien, mis à part "si la voglio e l'otterò") et Ottone (Agrippina).
Jaroussky dans des airs de Vivaldi au Châtelet (mis à part l'air de folie de Licida...), dans son récital Carestini au TCE, et dans son premier récital dédié à Ferrarri !
Oro n'était pas mal du tout dans Orlando finto pazzo au TCE.

Ce que j'ai entendu de Rexroth me parait bien générique.
Et pour le sommet de la fadeur, dans ce que le falsettiste a aujourd'hui, dans le plus pur style anglais, je compte Daniel Taylor (entendu et détesté en Dydimus à Lyon), ou Matthew White... Bowman, Deller, Eswood  ou même Brett ont pourtant fait tous des choses superbes, plutôt, d'ailleurs dans le repertoire anglais... après tout leur voix est faite pour ça. Je recommande aussi l'esprit d'Eswood dans Dido & Eneas !

Ce que je connais de Ledroit oscille entre horreur et splendeur.

Jacobs, c'est très particulier mais certainement essentiel. je ne sais pas toujours goûter son timbre. son Admeto m'est sorti par l'autre oreille une fois entendu, Alessandro m'avait plus plu (les deux chez Haendel) sa voix de dieu chez Scarlatti est fatiguée. J'aime assez son Orontea de Cesti. je voudrais entendre son Xerse de Cavalli. Mais ce que je préfère c'est sans doute un récital pas cher du tout paru chez "musique d'abord" Harmonia mundi, avec seulement le luth de Konrad Junghänel... "Qui l'auretta" de Steffani y est une splendeur, avec des trilles distillées avec art, des piani et  une ligne superbement déroulée qui pourraient donner encore des leçons à  beaucoup de faussets actuels !!
Commentaire n°43 posté par clément le 21/09/2007 à 18h17
héhé, et pour valider le commentaire sur tous ces falsettistes, j'ai dû taper "MEQ"
Commentaire n°44 posté par clément le 21/09/2007 à 18h18
Bizarre que personne n'ait mentionné Scholl ! On l'a tous oublié ? Je le savait diaphane, mais invisible, tout de même ! ;-)
Commentaire n°45 posté par Carlupin le 21/09/2007 à 21h54
Juste une précision : Bowman avait quand même une voix qui passait sans peine au théâtre, même dans une salle assez grande. Alors qu'Esswood, dit-on, quand il chantait Ottone à Zurich avec Harnoncourt, on ne l'entendait pas passé le 5e rang. Il n'empêche, son Ottone est une merveille de l'opéra baroque enregistré. On peu bien sûr ratiociner sur le manque de grave ou que sais-je. Mais une telle poésie n'a pas été souvent égalée. Ne parquons pas les falsettistes anglais dans un carré elizabéthain.

La voix de Pushee passait aussi sans problème dans Jules César à Garnier (1986), alors que la voix de Kowalski (Ptolémée) était vite sourde.

D'autre part, avez-vous remarqué qu'il y a un public très ciblé pour les falsettistes ? Ça m'a toujours frappé quand j'ai assisté à des récitals, et je n'ose pas penser à ce que Jaroussky attire.
Quand j'ai vu la Rodelinda de Villégier au Châtelet, j'avais devant moi une brochette de mecs qui semblaient sortir d'une back-room de Ralf König, et qui mouillaient leur siège dès que Scholl susurrait. Dans ce public, pas mal de filles à pédés aussi. La littérature de Dominique Fernandez a peut-être fait plus de ravages qu'on ne croit.
Commentaire n°46 posté par Bajazet le 22/09/2007 à 01h10
c'est vrai que jen'ai pas évoqué Scholl. J'avoue l'avoir entendu dans Bach au début de sa gloire, et ça m'a laissé assez (complètement indifférent). Je trouve cette voix très belle, dans certains emplois intelligemment distribuée (L'amor divino de la Maddalena de Caldara, voix de vitrail), mais dans les rôles de primo uomo ou la vocalise... IL est tellement "propre sur lui" que je ne sens rien passer ! Pour ce que je connais au disque, j'ai assez les english folksongs ceci dit. les airs de bravoure comme Al lampo dall'armi ou Vivi tiranno, je trouve ça sans intérêt. ou même But who may abide du Messie.

Le Farnace de Kowalski a des qualités indéniables, j'avoue, après en scène... son disque d'air pour Berlin a un programme intéressant mais me frustre considérableent vocalement.

Et Zazzo a une voix qui passe très bien au théâtre, je ne remettais pas cet aspect en cause pour Pushee, c'est jsute son timbre que je trouve pénible.

Enfin, bien d'accord pour une certaine spécificité des accros aux faussets...
Commentaire n°47 posté par Clément le 22/09/2007 à 15h26
Bon ben mea culpa...y'a bien un Gluck dans le nouveau Jaroussky. ET du coup un Hasse de moins, puisque c'est le Demofoonte de Gluck, Milan, 1743....Snif moi qui me réjouissait ...

Voilà le programme :

PHILIPPE JAROUSSKY, Carestini : Story of a Castrato


Nicola Porpora 1686-1768


Siface: Tu Che d’ardire m’attendi


 
Giovanni Maria Capelli 1648-1726


I fratelli riconsociuti: Ciel nemico


 George Frideric Handel 1685-1759


Alcina: Mi lusinga


Arianna in Creta: Ove son... Qui ti sfido


Ariodante: Scherza, infida


Alcina: Sta nell’ircana


 Leonardo Leo 1694-1744


Farncae: Se mi dai morte


 Jahann Adolf Hasse 1699-1783


La clelmenza de Tito: Se mai senti


Vo disperato


Christopher Willibald Von Gluck 1714-1787


Demofoonte: Sperai vicino il lido


Carl Heinrich Graun 1703-1759


Orfeo: Mio ble nieme


In mirar la mia sventura


 

Commentaire n°48 posté par Frederic le 24/09/2007 à 19h18
Demofonte de Gluck, youpi tralala !
C'est d'autant plus intéressant, ce programme, qu'il y a visiblement des airs chantés en dialecte des Pouilles.
Commentaire n°49 posté par Bajazet le 24/09/2007 à 20h14
Est-ce que quelqu'un a entendu le Tamerlano de Haendel par Petrou & Co ? Je l'ai écouté sur jpc, l'oeuvre, que je connais pas à l'air superbe et l'interprétation pas mal, mais j'aurais aimé avoir l'avis de spécialistes...
Commentaire n°50 posté par Frédéric le 26/09/2007 à 13h25

Psychologie

Commentaires

Pour ne rien louper

  • Flux RSS des articles

Il catalogo è questo

Recommander

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés