Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Psychologie

  • : Alma Oppressa
  •  Alma Oppressa
  • : Blog sur l'opéra
  • Contact

Articles à venir

Recherche

Archives

Il catalogo è questo

15 septembre 2007 6 15 /09 /septembre /2007 11:59
Semaine du 15 au 21 septembre :
 
 
 
TELEVISION:
       
       
       
        ¤¤  Maria Callas, un destin d'exception (docu, GB, 1998, 52') : dimanche 16 vers 4h30 du matin  (France3)
[Bajazet nous a déjà dit combien cela était passionnant...]
 
 
        ¤¤  Maestro: Maria Callas à Paris (1958 et 1965, 45') : dimanche 16 à 19h  (ARTE)
[version courte et en simultané sur Radio Classique]
         
 
        ¤¤  Maria Callas, l'art et la vie (docu) : dans la nuit de dimanche à lundi vers 1h45 du matin  (France2)
                       
 
        ¤¤  Maria Callas à Paris: dans la nuit de lundi à mardi vers 1h20 du matin  (France2)
[Version longue...]
 
 
        ¤¤  Maria Callas assoluta (docu, inédit, 2007) : mercredi 19 à 20h40  (ARTE)
De P. Kohly
[Ce que l'on nous annonce comme étant enfin LE documentaire sur Callas...]
 
 
 
RADIO:
      
       
        ¤¤  La Traviata de Verdi (ONP, juillet 07) : samedi 15 à 19h10  (FM)
Christine Schäfer : Violetta Valéry ; Hélène Schneiderman : Flora Bervoix ; Michèle Lagrange : Annina ; Jonas Kaufmann : Alfredo Germont ; José Van Dam : Giorgio Germont ; Ales Briscein : Gastone ; Michael Druiett : Il Barone Douphol ; Igor Gnidii : Il Marchese d'Obigny ; Nicolas Testé : Dottor Grenvil 
Orchestre et Choeurs de l'Opéra national de Paris - Direction : Sylvain Cambreling
  
 
        ¤¤  Décibels: Les deux Maria : samedi 15 à 21h  (France Culture)
Deux cantatrices, deux époques: Maria Malibran et Maria Callas (avec P. Barbier pour son livre sur la Malibran).
 
 
        ¤¤  Hommage à Maria Callas : toute la nuit à partir de 1h du matin et toute la journée de dimanche  (FM)
[Voir aussi 'Vivace' pour le programme nocturne]
 
 
        ¤¤  Emission spéciale Callas (Hôtel Crillon, en direct) : dimanche 16 à 17h  (Radio Classique)                      
                       
 
        ¤¤  Maria Callas à Paris: dimanche 16 à 19h  (Radio Classique)
[voir 'Télévision']
 
 
        ¤¤  Festival de La Chaise-Dieu (août 07) : lundi 17 à 10h02  (FM)
Les Paladins - Dir.: J. Corréas
Vivaldi: Credo; Gloria - Durante: Dixit Dominus (1753, re-création)
 
 
        ¤¤  2000 ans d'Histoire: Maria Callas : lundi 17 à 13h30  (France Inter)
Avec D. Lelait-Helo
 
 
        ¤¤  Place de la musique: Maria Callas : toute la semaine à 16h  (Radio Classique)
"Florilège d'anecdotes et grands airs chantés par la Callas"
 
 
 
        ¤¤  Ariodante de Haendel : mardi 18 à 4h du matin  (FM)
Minkowski / A.S. von Otter; L. Dawson; E. Podles; V. Cangemi; R. Croft...
 
 
        ¤¤  Soirée contemporaine : Avec Michael Jarell : mardi 18 à 22h  (Radio Classique)
pour la reprise de son Cassandre à l'Opéra de Berlin
                       
 
        ¤¤  Soirée spéciale Maria Callas : mercredi 19 à 21h  (Radio Classique)
interview imaginaire (2)
 
 
        ¤¤  Le Vampire de Heinrich Marschner : jeudi 20 à 4h du matin  (FM)
[Voir 'Vivace'] Orchestre de la radio Bavaroise - Dir.: F. Rieger
R. Hermann; Fieder; Hillebrand, Auger, Grobe...
 
 
        ¤¤  Hans Heiling de Heinrich Marschner : vendredi 21 à 4h du matin  (FM)
[voir 'Vivace'] Orchestre de Cologne - Dir.: J. Keilberth

Partager cet article

Repost 0
Published by Caroline - dans Radio & Tv
commenter cet article

commentaires

DavidLeMarrec 20/09/2007 19:40

Pourtant, en contre-notes, je ne suis pas bien difficile à contenter, pourvu qu'elles ne soient pas hurlées. Ici, clairement, ça force beaucoup ! Et comme ce n'est pas écrit, on peut aussi bien nous l'épargner. :)Cela dit, c'est une étendue vocale remarquable pour une mezzo. :)

licida 20/09/2007 19:12

Quel difficile tu fais! ;)

DavidLeMarrec 20/09/2007 19:03

Oui, on l'entend mieux, et du coup c'est encore plus laid... mais tu as le même vibrato, assez rapide, mais très ample, un bon quart de ton.  Ce n'est pas une question de métal, ce qui reste une question de goût, mais de blanchissement. Tu entends bien que la voix n'est plus du tout de la même nature, il n'y a plus de timbre du tout. Mais ça arrive aux plus grandes, même Gruberova a selon les enregistrements ce type de vibrato sur ses tenues (généralement un magnifique fa sur un accord de mi majeur :-). Ca montre juste qu'elle n'a pas la liberté pour chanter avec précision et de façon timbrée un rôle comme la Reine de la Nuit, je crois bien. Mais ce n'est pas grave non plus... Déjà que je déteste ces contre-notes incongrues, il est vrai que lorsqu'elles sont laides de surcroît. :-s

licida 20/09/2007 18:33

Oulala mais c'est quoi ce repiquage pour Aïda!

Voilà le final dans un bon son: http://dionysos.guigui.free.fr/contremi51

C'est un peu trop réverbéré mais au moins l'aigu ne sonne pas métallique. Et je ne vois vraiment où tu entends du vibraot là dedans!

Pour le Lucia certes en 55, l'aigu est blanc mais l'extrait que tu mets c'est le repiquage Emi et non le pirate original (du moins j'en ai l'impression), or Emi a l'habitude de rendre les aigus plus métalliques encore lors de leur "remasterisation".

DavidLeMarrec 20/09/2007 17:46

Là par contre je pense que tu as tort, le contre fa avant 1955 elle l'avait sans doute, vu qu'elle avait le contre mi facile (ceux de Mexico en Aïda des sirenes incendie?????!!!!!!!!!!) Précisément, il me semble bien que c'est là où je l'ai entendue avec un vibrato au quart de ton, timbre totalement blanc, et voix poussée. Dans Lucie (je n'ai pas osé le mettre sur mon compte piloris :-) : http://musicontempo.free.fr/lucie_callas.mp3 Dans Aida : http://musicontempo.free.fr/bonus5.mp3 ou le contre ré gargantuesque (final d'Armida); après les pizz on peut en douter en écoutant la Somnanbule de 1955 mais pas les variations de Proch de 1951 (enfin du moins ce que l'on arrive à entendre!) J'ai comme de sérieux doutes dans l'aisance du registre (sur)aigu. Il a toujours été très laid. Quand je dis laid, c'est que le timbre blanchit, ce n'est pas une impression en l'air. Je reste persuadé que Callas est avant tout un extraordinaire mezzo...