Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Psychologie

  • : Alma Oppressa
  •  Alma Oppressa
  • : Blog sur l'opéra
  • Contact

Articles à venir

Recherche

Archives

Il catalogo è questo

15 octobre 2007 1 15 /10 /octobre /2007 00:05

Pour fêter ses vingt ans, le Centre de Musique Baroque de Versailles a décidé de regrouper de nombreux concerts en quatre week-ends, chacun consacré à un règne de Louis XIII à Louis XVI. Le principe étant le suivant: chaque concert dure environ une heure et est repris deux fois pour permettre aux spectateurs d'aller ensuite à un autre concert donné dans un autre lieu, suivant ainsi un parcours musical dans le chateau et son parc.

Sur le papier c'est assez séduisant: on peut ainsi découvrir la musique d'une époque donnée en France, comparer les compositeurs, les interprêtes qui sont parmi les meilleurs ensembles baroques actuels et ce dans des lieux qui ont plus souvent l'habitude d'entendre les pas des touristes que les instruments de musique. En réalité, c'est un échec (de mon point de vue du moins, je ne connais pas les résultats financiers de l'opération). Plusieurs raisons à cela qu'une simple étude de marché aurait permi de révéler: tout d'abord Versailles, c'est loin de Paris, on aurait donc pu penser que proposer plus d'un concert motiverait les parisiens à sortir en banlieue; c'était sans compter les tarifs plutot élevés (38€ pour parfois simplement 45mn de musique, ça fait chero!) et les habitudes des auditeurs qui font qu'à part quelques passionnés, personne n'est prêt à aller voir 4 concerts à la suite, même de courtes durées. Par ailleurs, beaucoup de concerts proposés sont en réalité des reprises de concerts/disques déjà anciens. Résultat: des salles à moitié vides, ce qui n'est guère agréable pour les chanteurs et les musiciens. Il eut été plus intéressant de donner des concerts plus longs et/ou moins cher et dans un laps de temps plus long, peu de personnes ayant l'envie de se rendre 4 fois de suite à Versailles en l'espace de 2 mois. Notons tout de même un point positif: tous les concerts ont été enregistrés et même parfois filmés avec des moyens conséquents.

Ceci dit, voilà quelques mots sur les trois concerts auxquels j'ai pu assisté (eh oui car même à Versailles, il y a des tarifs jeunes!); je me limiterai à quelques mots car aucun programme n'étant distribué si ce n'est celui vendu pour le week-end, et leur site internet tout comme la brochure étant pour le moins réservés sur la question, je n'ai pas toujours su ce que j'écoutais...

Piccini, Airs de Didon et Didone abandonnata
Sachini, Airs d' Oedipe à Colonne
La Cappella di turchini
Antonio Florio
Roberta Invernizzi
Orangerie 28/09/07

Dans le bel espace de l'Orangerie où le son est lent à mourrir, devant la statut équestre de Louis XIV, Antonio Florio nous proposait ce beau programme sur deux italiens à la cour de Louis XVI alliant (un peu trop!) de morceaux musicaux de Piccini et Sachini à des airs (pas assez!) d'opéra chantés par Roberta Invernizzi (Ave Roberta pleine de grace, que ton nom soit sanctifié). La qualité de l'orchestre n'est plus à démontrer, c'est d'un rare équilibre sans jamais être trop sage, cela sonne remarquablement surtout ainsi réverbéré par les hautes voutes, mais... il faut bien reconnaitre que je me lasse vite de cette musique assez vite répétitive, surtout quand cela se fait au détriment des airs. Quitte à avoir Invernizzi, autant lui faire chanter un peu plus que quatre airs, bordel! D'autant qu'elle n'était pas vraiment à son aise. Le premier air tiré de Didon est un air de demi-caractère sans grand intérêt, le second est plus interessant mais malheureusement le français d'Invernizzi (je lui ai enfin trouvé un défaut!) est trop vocal, les consonnes se noient dans les voyelles et l'opulence de sa voix, sans compter que la réverbération du lieu n'aide guère à la compréhension du texte. Ce défaut entache aussi la grande scène dramatique d'Oedipe à Colonne, le sentiment y est, mais on reste toujours en retrait faute de comprendre ce qui se passe. Heureusement le "Son regina" de Didone la retrouve dans toute sa gloire: dans sa langue maternelle, sa prosodie retrouve tout son naturel et sa voix se libère avec une aisance souveraine qui culmine dans une cadence délirante, le tout surclassant de loin la version plus sage qu'elle avait donnée à la Villette en 2003 quand Florio avait joué l'opéra en entier. Un concert d'un très bon niveau orchestral, avec une chanteuse mal et pas assez employée donc. Moult caméras laissaient prédire une diffusion télé.

Airs de Grétry: La Fausse magie, Céphale et Procris, Le Tableau parlant
Les Paladins
Jérôme Corréas
Isabelle Poulenard
Théâtre Montansier 29/09/07

Ce concert fut la grosse deception: d'abord parce que personne ne nous avait prévenu de la défection de Sandrine Piau (pas une affichette, rien!) alors même qu'ils le savaient suffisamment tôt pour imprimer le nom de Magali Léger sur les programmes à vendre. Ce fut finalement Isabelle Poulenard qui chanta, mais ça on a du le deviner nous même puisque personne n'a pris la peine de la présenter avant ou après le concert, sympa pour la chanteuse! Dans ces conditions, on imagine que les répétitions ont du être insuffisantes: d'où seulement 45 minutes de concert (exit "Je romps la chaine qui m'engage") d'une part, et de nombreuses choses pas en place du tout: Poulenard ayant toujours besoin de regarder le chef pour le moindre départ, d'où des pauses assez génantes pour la continuité des airs; un orchestre plus qu'approximatif pour ne pas dire désagréable (les vents, l'équilibre des pupitres...) ce qui est difficilement acceptable étant donné leur effectif assez réduit. Pour ce qui est de la chanteuse, elle s'en est fort bien tirée: cela fait longtemps que Poulenard ne donne plus dans les vocalises de Handel, alors celles de Grétry... c'est souvent limite dans l'aigu (ça craque plusieurs fois) mais le français est limpide (ça change d'Eda-Pierre - faut bien chipoter sur Christianne!) et le ton y est (surtout dans le grand air dramatique dans lequel ses talents de tragédienne trouvent à s'exposer). La semaine prochaine au Chatelêt, Corréas et ses Paladins devraient reprendre une partie de ce programme avec Sandrine Piau, j'espère que cela sera d'une meilleure qualité orchestrale...

 

Blamont, Egine
Les Nouveaux Caractères
Sébastien d'Hérin 
Virginie Pochon, Égine - La Nymphe de la Seine
Caroline Mutel, Thétis - Minerve
Arnaud Marzorati, Sisyphe
Jean-Sébastien Bou, Jupiter - Mercure
Galerie des batailles 14/10/07
 

Je ne connaissais absolument rien de Blamont, j'y allais donc par pure curiosité musicale (d'autant que c'était le seul opéra complet présenté). L'oeuvre en un prologue et un acte est très belle, pas tant dramatiquement (un acte! pouvait pas faire des miracles non plus!) que musicalement où l'on sent toute l'admiration de Blamont pour Rameau mais aussi des echos de Destouches; la musique n'est pas toujours très inventive mais retient constamment l'attention par sa vivacité et sa richesse harmonique. Inconnus au bataillon Les Nouveaux Caractères dirigé du clavecin par Sébastien Guérin est un ensemble absolument remarquable dont la sonorité est très proche de celle du Concert Spirituel de Niquet, c'est tout dire ('m demande même si cet ensemble ne serait pas composé de transfuges du Concert Spirituel et des Musiciens du Louvre...). Dans la galerie des batailles aussi ça réverbère un max, mais là on avait des chanteurs au français impeccable, possibilité nous était donc offerte de déceler ici et là des bouts de phrase surnageant au dessus de la vague orchestrale. Venue remplacer Karine Deshayes, Virigine Pochon manquait un peu de ressources dans le grave mais pas de style ce qui est de loin l'essentiel dans ce répertoire; Caroline Mutel fut impressionnante par la vaillance de son registre aigu longuement sollicité sur certaines phrases; Arnaud Marzorati possède une voix plus commune mais utilisée avec toute la hargne qui sied à l'éconduit Sisyphe; quant à Jean-Sebastien Bou, il serait parfait n'était cette tendance à gueuler d'autant plus sensible dans une salle où Virignie Pochon semble avoir le même volume vocal que Birgit Nilson. Une jolie découverte donc, et surtout un ensemble à suivre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Licida - dans Représentations
commenter cet article

commentaires

orlandofurioso 20/10/2007 13:38

Suite et fin du feuilleton programme Grétry de Sandrine Piau que jeecomptais aller écouter demain matin au Châtelet SI ELLE LE FAISAIT EFFECTIVEMENT. ..

Ai appelé JR productions où Sandrine est toujours annoncée sur répondeur.
Mais depuis renseignements pris directement aux sources, il est sûr qu'elle ne chantera pas demain puisqu'elle a annulé toute la série, en fait. Mais bien sûr l'info apparemment n'a pas transpiré de peur que les gens ne se déplacent pas, sans doute...

Pas très sympa tout de même...

En souhaitant néanmoins un prompt rétablissement à la Piau...

Arnaud 19/10/2007 20:33


A l'heure où de nombreux ensembles "installés" semblent avoir oublié qu'il existait autre chose dans le monde du baroque que l'"Orfeo" de Monteverdi, le "Messie" de Haendel ou les cantates de Bach – très intéressants, certes, mais déjà pas mal représentés chez les disquaires -, il existe (si, si !) des musiciens qui ont envie de réparer les injustices flagrantes.
La bonne nouvelle du 12 octobre dernier était donc l’enregistrement live au cours des journées consacrées à l’anniversaire du Centre de Musique Baroque de Versailles de l’extraordinaire concert du Parnasse français dirigé par Louis Castelain. Au programme : deux grands motets inédits de Campra ("Cum invocarem" et "Confitebor") et – ENFIN !! - le "Nisi Dominus" de Mondonville !
A son concert Mondonville de Grenoble en 1998 (avec un "Hodie" du "Venite exultemus" mémorable par Magdalena Kozena et un "Dominus regnavit" avec un orchestre en grande forme), Marc Minkowski n’a pas donné de suite. De même, les Arts Flo ont dans leurs archives le "Magnus Dominus" écarté du CD Erato pour des raisons de place mais, pour le moment, Mondonville et ses grands motets font office de belle au bois dormant. Il y aurait pourtant de quoi faire un "tube classique" rien qu’avec la tempête de l’ "Elevaverunt flumina domine" du "Dominus regnavit" enregistrée par Christie, bien plus palpitante que les deux tiers de l’œuvre de Mozart que l’on nous assène constamment !
Alors MERCI ! Merci au Parnasse français d’exhumer ce formidable "Nisi Dominus" avec ses dialogues solistes/chœur. Merci à Robert Getchell et aux instrumentistes de nous donner ce superbe "Cum dederit" aux couleurs pastorales ("Titon et l’aurore" n’est pas loin !). Merci de nous permettre enfin d’entendre le "Sicut sagittae" (et, coup de bol, c’est un grand chœur !). On termine sur un "Non confundetur" avec le dialogue virtuose et sans cesse redéveloppé de Marc Mauillon avec le chœur : de quoi ressortir les oreilles en transe en attendant le CD - sortie le 22 novembre, parmi les vingt disques du coffret édité par le CMBV. Prions pour que la prise de son ait bien fonctionné ...
Si Mondonville est bien-sûr la vedette, il ne faudrait surtout pas négliger les deux motets de Campra, regorgeant de beautés. Dans le "Cum invocarem" : "Miserere" aux harmonies quasi-ramistes, petit chœur de dessus avec Isabelle Poulenard sur le "Sacrificate", trio d’hommes à tomber à la renverse sur "In pace, in idipsum". L’œuvre se termine par un très beau passage choral. De grands moments émaillent également le "Confitebor", dont le trio sur "Sanctum et terribile", ou les différents chœurs.
Avis donc aux amateurs : il y a là un répertoire et un ensemble à découvrir : orchestre et chœur font des merveilles. Ecoutez pour vous en convaincre le scotchant "Irascimini" du "Cum invocarem" de Campra proposé sur le site du Parnasse français (http://leparnassefrancais.com/) – et dont la récente interprétation dans la chapelle de Versailles était encore plus aboutie et plus nuancée. Le site semble indiquer que nous devons aussi au chef Louis Castelain l’exhumation d’œuvres de Colin de Blamont, Blanchard ou Bury. Ca fait rêver ! Mais que font donc les maisons de disques à demander à certains interprètes une nouvelle version du "Magnificat" de Bach simplement pour une soliste au nom "vendeur" ? Il y a des musiciens qui font des choses VRAIMENT intéressantes, dans le baroque … Et inédites, qui plus est ! Profitons-en et faisons-leur un peu de pub parce qu’ils n’en ont que plus de mérite …

Caroline 19/10/2007 15:33

Eh! mais je pensais que le DVD d'Atys était sorti, puisque j'en ai eu un exemplaire entre les mains!... quand j'ai vu le prix, ça m'avait paru cher pour de l'occasion.

C., naïve à certaines heures.

Bajazet 19/10/2007 00:29

Tu vas voir comment je vais te la riper ta vielle, moi !

licida 18/10/2007 23:44

Heureusement que de plus en plus de gens savent ripé leurs vielles VHS :)

Sinon un aimable lecteur me signale ceci:

http://www.amazon.fr/200-Ans-Musique-%C3%A0-Versailles/dp/B000X37J6M/ref=sr_1_2/402-2037212-2789729?ie=UTF8&s=music&qid=1192740752&sr=1-2