Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Psychologie

  • : Alma Oppressa
  •  Alma Oppressa
  • : Blog sur l'opéra
  • Contact

Articles à venir

Recherche

Archives

Il catalogo è questo

23 mars 2008 7 23 /03 /mars /2008 23:07
Padmâvatî
opéra-ballet d'André Roussel sur un livret de Louis Lalloy (1923)

head_padmavati2-copie-1.jpg

Direction musicale Lawrence Foster
Mise en scène Sanjay Leela Bhansali

Padmâvatî Sylvie Brunet
Ratan-Sen Finnur Bjarnason
Alaouddin Alain Fondary
Le Brahmane Yann Beuron
Badal François Piolino
Nakamti Blandine Folio Peres
Gora Laurent Alvaro
La Sentinelle Alain Gabriel

Scénographie Omung Kumar Bhandula
Chorégraphie Tanusree Shankar
Costumes Rajesh Pratap Singh

Orchestre Philharmonique de Radio France
Chœur du Châtelet

padmavati2.jpg

Magistrale réussite que cette production de Padmâvatî au Châtelet. L'oeuvre tout d'abord est renversante: elle mèle intelligemment scènes dramatiques et ballets, sans pour autant que ces derniers soient hors de l'action; tout ici est atmosphère, décor musical et la moindre des danses évoque une tension aussi inquiétante que les bruits de guerre, une urgence funèbre aussi implaccable que les scènes de confrontation. Le mélange est si réussi que l'on ne fait presque plus la distinction entre une danse et la méditation de Padmâvatî à la fin de l'acte I, tant la musique semble irriguer le drame à chaque instant. Mais que l'on ne se trompe pas, point d'Inde de pacotille ici, au contraire, c'est une Inde presque arabisante, étouffée de senteurs et assombrie, sur laquelle pèse fortement la puissance menaçante du divin. Dans ce cadre, l'action est d'autant plus intense qu'elle est simple: un sultan mongol débarque dans une cité indienne et tombe amoureux de la femme du roi, Padmâvatî; ce premier exige alors cette dernière pour lui seul et menace de détruire la ville si on la lui refuse; c'est évidemment le cas, la guerre éclate et l'armée du roi est sur le point d'être défaite au moment où le sultan accorde une trève et relance son ultimatum, le roi décide alors de demander à Padmâvatî de céder aux désirs du Mongol pour sauver sa cité, mais son honneur et le soin de celui de son époux s'y refusent, elle le poignarde alors et s'immole avec lui au dieu Siva à l'exact moment où le sultan mongol pénêtre dans le temple. Le tout tient en 1h45, environ une heure sans les danses.

padmvati1.jpg

On pouvait dès lors craindre la mise-en-scène du cinéaste indien Sanjay Leela Bhansali, dont je tiens le film Devdas pour le chef d'oeuvre absolu de tout le cinéma indien, mais dont l'esthétique extrêmement vive et colorée aurait pu sembler en désaccord avec un opéra aussi sombre. Pourtant le succès est total: tout le folklore déployé sur scène l'est avec une telle exactitude, un tel goût et un tel savoir-faire que l'on ne peut que rendre les armes devant ce spectacle qui, pour être traditionnel, n'en est pas moins proche de la perfection.
Les éclairages sont ahurissants de splendeur (et on reconnait là le génie du cinéaste, notamment dans la scène finale où les visages des fresques semblent s'animer sous le seul effet des lumières ondoyantes, exactement comme lorsque Paro ère dans le palais dans l'avant-dernière scène de Devdas), les décors d'Omung Kumar Bhandula sont d'une richesse visuelle captivante (une scénographie parfaitement équilibrée et régulée pour les apparitions d'animaux véritables - cheval, éléphant, tigre - et les mouvements de foule; des changements de décors à vue), les costumes fastueux de Rajesh Pratap Singh ne font en rien kitsch ou déguisement (aussi bien Yann Beuron que Sylvie Brunet semblent avoir porté ça toute leur vie) et la direction d'acteur d'une précision constante qui ne laisse aucun mouvement au hasard, on pourrait presque parler de chorégraphie (le choeur inquiet dans la pénombre qu'éclairent les seules bougies portées par les femmes; l'apparition de Padmâvatî au I et sa méditation sur la balançoire; son humiliation dans le temple de Siva quand elle se met à nettoyer le sol comme les servantes; la confrontation avec son époux; toute la cérémonie funèbre).
Seules les chorégraphies de Tanusree Shankar sont décevantes car elles méconnaissent la portée dramatique de la musique sans pour autant pallier par la virtuosité; sans doute peu habituée à cette musique, la chorégraphe a choisi la prudence, ce qui mène malheureusement vite à des danses répétitives, même si les danseurs changent souvent de costume. Seule la danse des sages à la fin du II fut vraiment réussie, lorsqu'ils imitent le vol d'un oiseau de mort tout en adoptant la formation du vol des hirondelles qui semblent fondre sur Padmâvatî effrayée auprès du corps gisant de son époux; mais, manque de pot, à ce moment là c'est la direction d'acteurs qui devient répétitive et les gesticulations au sol de Padmâvatî perdent en puissance à force de multiplications inutiles. Il faut cependant dire à la décharge de la chorégraphe que la quasi totalité des subtilités de la danse indienne restent lettre morte auprès des occidentaux, et là on nous ne voyons que beauté libre, les indiens décryptent un vocabulaire symbolique extrêmement riche.
Les prédispositions, évidentes au travers de ses films, au lyrisme de Sanjay Leela Bhansali se sont ici confirmées avec splendeur et le cinéaste a su parfaitement transposé son univers cinématographique virtuose et multifocalisé pour la scène, là où avait échoué Emir Kusturica par exemple. Il a tout autant réussi à conjuguer son esthétique à celle de l'oeuvre, produisant ainsi un spectacle qui n'est pas sans évoquer les vapeurs du Black Narcissus de Powell et Pressburger.

BlackNarcissus1-copie-1.jpg

Si vous voulez en savoir plus sur ce réalisateur, voilà deux scènes de son chef d'oeuvre, Devdas: la danse pour la fête de Durga et la scène finale; malheureusement la compression ne rend guère justice à la luxuriance de l'image, je vous engage donc très fortement à vous procurer le DVD pour vous faire une idée juste, ou mieux à aller le voir sur grand écran, un cinéma du 10ème arrondissement à Paris le passe tous les dimanche!





L'Orchestre Philarmonique de Radio-France sous la direction de Lawrence Foster s'est montré à la hauteur de cette splendeur visuelle: on est entrainé d'un bout à l'autre de cette partition dense, épaisse et pourtant hautement stylisé avec un art remarquable des contrastes, du drame, de l'exotisme et du mystère qu'il engendre. C'est tout de même bien au dessus de ce que peut faire Sylvain Cambreling que l'on nous présente comme un modéle pour ce repertoire. Les choeurs sont tout autant méritants et envoutants, ce qui n'est guère évident quand près de la moitié de leur partie consiste à faire des variations sur "ahahaha". Avec une scène, un orchestre et un choeur si excellents, on aurait déjà de quoi reléguer Indianna Jones et le Temple maudit (comment? vous ne connaissez pas?!) au rang d'une bleuette en terme d'évocation. Mais c'est sans compter les chanteurs, et surtout la chanteuse, qui viennent parfaire ce succès.

devdas3.jpg

Alain Fondary est un sultan très sonore et à la diction modèle, sa voix est affligée d'un vibrato assez envahissant, mais l'économie du rôle fait vite oublier ce défaut. Le roi de Finur Bjarnason est par contre difficilement audible et manque clairement d'applomb, on le sent incapable de tenir tête au sultan et il peine à rendre le rayonnement du personnage. Yann Beuron est méconnaissable physiquement en Brahmane, tout son jeu de scène est habité par le personnage, le français est comme toujours parfait, et cependant on aimerait voir plus de sacré dans cette figure ambigue, Yann Beuron a l'intelligence de rester sur la réserve, ce qui lui confère une fourbe étrangeté muette, mais bride l'enthousiasme divin du harangueur. Tous les petits rôles sont très bien tenus et l'on est presque déçu que François Piolino ait si peu à chanter.

devdas-2.jpg

Mais la beauté fatale de la soirée, ce fut Sylvie Brunet. J'avais été assez déçu par sa Carmen la saison dernière, mais preuve est faite avec cette mise-en-scène, qu'elle est une actrice qui sait brûler les planches pour peu que la mise-en-scène la considère (ce qui n'était pas le cas de Carmen, adaptation du spectacle berlinois).
Tout d'abord un mot sur sa voix: je comprends qu'aux oreilles de beaucoup elle puisse sonner vulgaire ou poissonière, mais je suis certains que cela ne tient qu'à la particularité du timbre et non aux accents qui sont d'une noblesse et d'une tenue que l'on trouve chez bien peu d'alto de ce calibre.
Et de la particularité, il en faut pour incarner Padmâvatî, celle qui est dédiée au lotus, ce n'est pas un hasard si Roussel avait confié le rôle à Ketty Lapeyrette, qui chanta aussi Dalila et Léonor dans La Favorite, Padmâvatî n'est point une fleur fragile et evanescente, ce n'est pas Aishwarya Rai, mais bien plutôt une femme de la trempe de Mother India. Alors qu'importe que Sylvie Brunet soit plus vielle que le rôle:a-t-on jamais reproché à des Salomé de n'être pas des fillettes de 12 ans?!
Sylvie Brunet est capiteuse, dévorante, fascinante par son étrangeté, par sa présence sacré, à part donc, elle évoque de sa voix seule le mystère de l'Inde que s'attache à développer la partition, sa voix semble chargée des resonances du temple.
Par ailleurs son français est parfait et son attitude réglée au millimêtre près, oubliés les errements de sa Carmen un peu gauche, cette Padmâvatî là est proche de l'idéal avec son visage lisse et ses yeux léonins, la fiereté fauve. Même ses rondeurs semblent n'être là que pour capter l'attention, faire de la resistance visuelle dans tout ce faste; intelligence du costumier là aussi que de l'habiller d'un sari à la volubilité pesante. Bon par contre, on ne louera pas outre mesure le saucissonage dont elle est victime au moment du rite funéraire, soudain ces formes enveloppées d'une gaze grise redeviennent atrocement communes. Mais ce n'est qu'un détail, et l'altérité résolue et tragique dont elle fait preuve sur le bûcher est une image inoubliable.

Motherindia1.jpg
Pour un avis radicalement différent, c'est chez Friedmund que ça se passe.

Nb: les deux premières photos sont tirées du spectacle; la 3ème du Black Narcissus; la 4ème de Devdas; j'ignore d'où provient la 5ème; et la dernière de Mother India.

Partager cet article

Repost 0
Published by Licida - dans Représentations
commenter cet article

commentaires

licida 30/03/2008 01:15

On me fait remarquer mon lapsus en coulisse: évidemment c'est du Salon de musique et non du Maitre de musique dont je voulais parler... ne convoquons pas José van Dam à coté d'Alain Fondary :D

licida 29/03/2008 14:47

Désolé pour la mise en page capricieuse de ce commentaire; la v2 d'overblog semble encore moins aimer les longs commentaires que la v1 :-/

licida 29/03/2008 14:37

Héhé, grace à l'outil d'espionnage d'over-blog, j'ai pu voir que beaucoup de visiteurs de cet article provenaient d'un forum où l'on en parlait... et pas en bien: comme je suis d'humeur joueuse aujourd'hui, et, on ne sait jamais, que peut-être cela ramenera ceux qui s'amusent à se foutre de moi bien à l'abris, je vais leur répondre ici (je ne vais tout de même pas faire l'effort d'aller leur répondre chez eux, non mais!). Ce sera aussi l'occasion de décortiquer deux attaques aussi classiques que stupides.Primo: ""Eclairages ahurissants de splendeur" sic ...... Licida ne doit pas sortir souvent."Effectivement, quand on s'attache à lire ou même à parcourir plus d'un article sur mon blog, on s'aperçoit que je sors très peu et que cette Padmavati était mon seul spectacle de l'année... sachant que le type qui dit ça est localisé dans le Vexin, je veux bien comparer mes sorties lyriques aux siennes. Mais le point n'est pas là: non seulement ce genre d'argument débile reflète le préjugé de son auteur qui n'a a pas été voir plus loin que le bout de son lien avant de dire une connerie, mais surtout, y couve l'idée que la valeur de notre jugement esthétique découle de la quantité de spectacles vus. Si cette quantité et surtout diversité de spectacles vus peut nous aider dans notre discernement esthétique, elle ne saurait en effet être un gage de valeur du jugement. Nombre de personnes à Paris vont à l'opéra presque tous les soirs, sans pour autant être des critiques. Et j'en connais d'autres qui n'y vont que rarement, mais font preuve d'une pertinence que bien des critiques professionnels pourraient leur envier.Secondo: ""Devdas chef d'oeuvre absolu du cinéma indien"Pauvre S. Ray!! mais, bon, depuis que la bêtise voyage à la vitesse des électrons grâce à internet on n'a pas fini de lire de pareilles stupidités..."Ah là c'est autre chose: l'attitude intelligente aurait consisté à me demander ce que j'entendais par là; mais non, me prendre pour un inculte demeuré c'est bien plus simple, car oui, aussi étrange que cela puisse paraitre je connais "Le Maitre de musique", je l'ai même en DVD, étonnant non? Il y a deux choses que je ne comprends pas dans ce genre de remarque:- c'est d'abord l'attitude qui consiste s'empresser de considérer l'autre comme bête à la vitesse des électrons, plutot qu'essayer de comprendre son point de vue de façon tolérante. - c'est ensuite la manière de poser en référence esthétique un film vieux de 50 ans pour se donner une autorité facile: un peu comme çeux qui crachent sur le cinéma actuel en implorant qu'on leur rende Fellini; et ce sans argumenter au delà de la citation d'autorité. Ce n'est pas parce que je considere Devdas comme chef d'oeuvre absolu du cinéma indien, que je ne reconnais pas les qualités du Maitre de musique, il ne s'inscrit simplement pas dans la même logique, ni esthétique. Or la logique "bollywodienne" parfait pour moi le cinéma indien, quand Le Maitre de musique était encore emprunt d'une logique occidentale. D'ailleurs un des membre de ce forum a utilement précisé (fut-ce ironiquement) "Peut-être un chef d'oeuvre dans le genre bolywoodien !" Oh mon Dieu, mais c'est bien sur: il y a plusieures esthétiques dans le cinéma indien! Quelle découverte! Mais visiblement l'auteur de l'attaque n'a pas cherché à se demander si l'une de ces esthétiques pouvait prétendre à plus de représentativité dans l'esthétique indienne. Je me félicite de jour en jour d'avoir quitter les forums lyriques, où chacun prétend écraser l'autre de son savoir, plutot que de le faire partager...Voilà, en tout cas merci à un certain Lebewohl qui a eu le courage et la gentillesse de défendre ma différence de point de vue de façon tolérante en ces terres hostiles.

licida 25/03/2008 16:36

"Argh. Puis-je exprimer ici mes impressions opposées?"Pas la peine de t'étrangler, évidemment que tu le peux ;) Pour l'attitude de Brunet, j'ai trouvé ça très hiératique pour le coup, avec une véritable économie et justesse du geste. Sans doute s'est elle amélioriée depuis la générale. Et puis peut-être aussi que n'ayant vu d'elle que sa Carmen patachonne, la comparaison est très favorable à sa Padmâvatî.

Aladin 25/03/2008 12:57

Argh. Puis-je exprimer ici mes impressions opposées?Je me suis royalement ennuyé. Peut-être que les fastes de Padmâvati m'ont semblé musicalement pas si savant que ça, moins intéressants que ceux d'Ariane et Barbe-Bleue de Dukas, moins efficaces que ceux de Samson et Dalila. Tout ici n'est qu'un prétexte à faire de la musique symphonique, la trame est réduite à un squelette, le livret d'une grande platitude, l'intérêt théâtral ne s'éveillant qu'au deuxième acte à partir de la cérémonie d'immolation...Sylvie Brunet est une artiste au registre et à la voix rares, mais je l'aurais vraiment faite coacher davantage pour ses déplacements: elle bouge assez mal, même si tout est sincère, instinctif, viscéral. Il lui manque du hiératisme en fait, physiquement, qu'elle a pourtant dans ses intentions vocales. Cette coiffure qui tombe, c'est un détail, mais cela donne un air avachis, là où une Verrett, dans l'Africaine cherchait toujours plus de verticalité pour sublimer ses formes.Bref, comme a dit une vieille endiamantée/visonnée à la générale: ça se laisse voir, on se laisse prendre. Mouais...Seuls le grand air du 2 vaut vraiment le déplacement, avec cette palinte transcendée amorcée couchée. Et les choeurs finaux, à la Henze, assez envoûtants.