Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Psychologie

  • : Alma Oppressa
  •  Alma Oppressa
  • : Blog sur l'opéra
  • Contact

Articles à venir

Recherche

Archives

Il catalogo è questo

28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 14:37

[Relevé rapide…]

 

 …

 

 

 

__________________________________

 

 

Semaine du 26 décembre au 1er janvier :

 

                                                                                                               

 

TELEVISION :

 

 

            ¤¤  Pierre et le loup de Prokofiev (Toulouse, mars 2009) : samedi 26 à 11h10  (France3)

 

 

            ¤¤  Don Giovanni de Mozart (2002) : dans la nuit de samedi à dimanche à 3h10 du matin  (France2)

                        Pillement / Corbiau

 

 

            ¤¤  Pierre et le loup de Prokofiev (film d’animation de S. Templeton) : dimanche 27 à 19h  (ARTE)

 

 

            ¤¤  Lully l’incommode (docu d’O. Simonnet, 2009) : lundi 28 à 23h05  (ARTE)

 

 

            ¤¤  La veuve joyeuse de Lehar : lundi 28 à minuit 45  (France3)

 

 

            ¤¤  Concert du Nouvel An (Vienne, en direct) : vendredi 1er à 11h15  (France2)

                        G. Prêtre

 

 

            ¤¤  Concert du Nouvel An (Venise, en différé) : vendredi 1er à 19h  (ARTE)

                        Gardiner – Antonacci ; Meli

                               Détails

 

 

  

RADIO :

 

 

            ¤¤  Emission spéciale Nikolaus Harnoncourt : samedi 26 à 16h  (FM)

 

 

            ¤¤  Porgy and Bess de Gershwin (Graz, juillet 2009) : samedi 26 à 19h30  (FM)

                               Harnoncourt – …

 

 

            ¤¤  Matinée opéra : « Moqueries et décalques wagnériens » : dimanche 27 à 14h30  (FM)

 

 

            ¤¤  Concert « Ibériades » (Radio France, nov. 09) : lundi 28 à 10h30  (FM)

 

 

            ¤¤  Grands compositeurs: La fête à Gershwin : de lundi à vendredi à 13h02  (FM)

 

 

            ¤¤  Histoire de… : L’opéra bouffe : de lundi à vendredi à 17h45  (FM)

 

 

            ¤¤  Le magazine : avec M. Minkowski : lundi 28 à 18h  (FM)

 

 

¤¤  Concert « Ibériades » (Radio France, nov. 09) : de mardi et mercredi à 16h  (FM)

 

 

            ¤¤  Le magazine : avec G. Mortier : mardi 29 à 18h  (FM)

 

 

            ¤¤  Le magazine : avec H. Reyne : mercredi 30 à 18h  (FM)

 

 

¤¤  Concert de Renée Fleming (Festival de Cesky Krumlov, août 2009) : jeudi 31 à 10h30  (FM)

 

 

            ¤¤  Le partage de midi : avec J. Corréas : jeudi 31 à 12h05  (FM)

 

 

            ¤¤  Le magazine : Leos Janacek : jeudi 31 à 18h  (FM)

 

 

            ¤¤  L’étoile de Chabrier (Genève, nov. 2009) : jeudi 31 à 20h  (FM)

 

 

            ¤¤  XXe parallèle :  Le pays du sourire de Lehar : jeudi 31 à 23h  (FM)

                        Schwartzkopf, Gedda…

 

 

            ¤¤  Les vendredis de la musique : De la musique au bonheur… : vendredi 1er à 15h  (France Culture)

 

 

            ¤¤  Concert Offenbach (Pleyel, déc. 09) : vendredi 1er à 16h  (FM)

 

 

            ¤¤  Concert du Nouvel An (Vienne, en différé) : vendredi 1er à 20h  (FM)

                        Prêtre –

Repost 0
Published by Caroline - dans Radio & Tv
commenter cet article
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 17:50

Un nouvel article de Caroline. Merci à elle!


Opéra royal de Versailles, le 15 novembre 2009.

 

 

Quelques réflexions sur

 

L’Amant jaloux ou Les fausses apparences

 

Comédie mêlée d’ariettes (1778)

Musique d’André Ernest Modeste GRETRY sur un livret de Thomas d’Hèle

 

 

Direction musicale, Jérémie Rhorer
Mise en scène, Pierre-Emmanuel Rousseau
Décors, Thibaut Welchlin
Costumes, Pierre-Emmanuel Rousseau et Claudine Crauland
Lumières, Gilles Gentner
Création maquillage et coiffure, Laure Talazac

Réalisation des toiles peintes, Antoine Fontaine

Léonore [jeune veuve vivant chez son père], Magali Léger
Isabelle [amie de Léonore que l’on veut marier de force], Claire Debono
Jacinte [domestique de Léonore], Maryline Fallot
Florival [militaire français portant secours à Isabelle], Frédéric Antoun
Don Alonze [l’amant jaloux de Léonore], Brad Cooper
Lopez [le père de Léonore], Vincent Billier

Le Cercle de l’Harmonie

 

 ajv-copie-1


Que nous chantez-vous là ?

 

 

L’Amant jaloux est une comédie. Légère, enlevée, elle fait sourire, pas jaune, n’oublie pas de bien finir, d’aller là où on l’attend. Ce n’est pas une farce, ce n’est pas une satire, ce n’est pas une charge. C’est gentil. On pourrait presque la résumer ainsi : tout est bien, pour qui aime bien et est aimé de même. Et c’est sans doute moins donné pour faire rire que pour être applaudi de bon cœur.

Seulement une comédie, pour fonctionner, doit être ancrée dans son temps, dire des choses en un sourire, des choses peut-être pas si anodines que cela. Est-ce l’effet de mes lunettes ? Toujours est-il que je perçois clairement dans cet Amant-là, si ce n’est une revendication, au moins une aspiration de toute une société.

On pourra, par ailleurs, trouver qu’un tel sujet a été tricoté pour plaire aux femmes. Je ne connais pas M. d’Hèle et ne lui ferai pas de procès d’intention, mais ça ne me paraît pas faux. Une telle pièce devait alors fatalement plaire aussi aux hommes qui aiment plaire aux femmes… et qui les emmènent au théâtre. Ce qui finit par faire du monde, les dames étant sans pouvoir mais pas sans influence… Ce qui n’est pas sot raisonnement, d’un point de vue d’auteur.

 

Qu’est-ce qu’on nous raconte, au fond ?

 

Une jeune fille, Isabelle, refuse d’être violée lors de sa nuit de noce ; elle regarde du côté du fringant militaire qui lui vient en aide, le trouve beau et chevaleresque, a bien conscience que même si ce ne peut être pour la vie, c’est déjà bien tentant là, maintenant, et puisque finalement il demande sa main, tout est bien (mais même sans rebondissement final, on se doute que ça n’aurait pas été mal non plus…).

Léonore passe totalement outre l’autorité d’un père. D’ailleurs Lopez souhaite que sa fille ne se remarie pas pour qu’un gendre ne chamboule pas sa fortune ; ce n’est pas là qu’égoïsme et avarice, je trouve ; car il ne semble pas complètement imbécile, cet homme, il sait bien que selon l’ordre des choses, il mourra avant elle, et finalement en pensant d’abord à son intérêt particulier d’homme d’affaires, il évite aussi à sa fille un mariage rendu obligatoire pour vivre décemment ; en disposant d’une fortune personnelle, elle dispose aussi d’elle-même, elle devient libre, ou disons un peu plus libre que d’autres ; l’argent fait bien entendu de ces miracles-là. Mais Léonore n’est pas dans le calcul, elle est trop jeune et ardente pour cela ; d’ailleurs elle est déjà amoureuse, elle a déjà trouvé et dit oui à l’homme qu’elle aime. Seulement ce oui-là n’est pas encore définitif.

C’est qu’elle ne voudrait pas d’un mari jaloux ; c’est-à-dire autoritaire, qui ne laisse pas de libertés à sa femme, qui se méfie de chacun, qui l’empêche d’avoir des amis et des secrets avec eux, secrets qui ne le regardent, lui, en rien. Elle veut être aussi libre de l’aimer que de vivre en société et de voir qui elle veut, comme elle veut. Un mari pire qu’un père, non merci !

Pour mener à bien toutes ces belles aspirations, il faut compter sur une nécessaire fidélité ancillaire (au sens d’avant les amours !). Alors Jacinte s’en mêle. On n’est plus au temps où les domestiques craignaient les coups de bâton. On n’est pas non plus dans l’insolence de « lutte de classes », il n’y a pas ici de revendication politique de cet ordre (au contraire des Noces), Jacinte fait simplement son travail, elle est fidèle à sa maîtresse, loyale envers elle, comprenant bien leurs intérêts mutuels, aussi. Pour cela elle peut se jouer d’un père qui la paye, et si elle allait un peu trop loin et qu’elle était renvoyée, ce serait surtout dommage pour Léonore plus que pour Jacinte, car elle retrouverait facilement une place, sans doute auprès d’une dame de plus haut rang, on appréciera et payera au prix le plus fort ses qualités de vivacité d’esprit, d’à propos et de discrétion tout au service de qui elle sert. Quand la parole se fait de moins en moins d’honneur, le secret de son intérieur, de sa vie privée si vous voulez, n’en prend que plus de prix…

 

Il me semble frappant de voir combien tout cela va dans le sens d’une nouvelle société qui se profile, pour ne pas dire qui s’instaure. Ce père n’est pas montré en crétin indécrottable, borné et plein de ridicules ou de travers risibles, c’est simplement un homme d’une autre génération, qui voit bien qu’il se passe des choses dans sa maison, mais tout lui échappe, il est dépassé. De nouvelles pratiques se mettent en place, en effet. Une aspiration à un intérieur nouveau est en marche : le droit au bonheur domestique.

Et la Cour applaudit !... Eh, oui ! Elle aspire, elle aussi, au bonheur de l’individu ! Tout est dit. Cette aristocratie deviendra bourgeoise, en effet. Son dernier roi le sera d’ailleurs plus qu’un autre, comment pourrait-il en être autrement ? Mais… ce sera le dernier.

N’est-elle pas simple, la comédie ?...

 

 

 

Retour à Versailles…

 

 

Décidément en 1778, Grétry ne perd pas de temps et aime les choses rondement menées. Puisqu’il nous sert une tragédie (Andromaque) en 1h40, il ne faut pas trop s’étonner qu’il lui faille une demi-heure de moins pour une comédie. Ça va vite, ça fuse, ça s’enchaîne ; tout doit être attrapé au vol et digéré dans l’instant. L’agilité doit donc être partout : dans l’action, dans les répliques, dans l’esprit et dans les gosiers.

Pour ne rien perdre de tout cela il est impératif d’avoir le ton juste, ainsi qu’une intelligibilité claire et nette, aussi bien dans les dialogues que dans les ariettes. Hélas ! La pâte qui nous est parvenue à Versailles était à faire enrager, l’esprit y était quelque peu perverti et la distribution pas à la hauteur.

Sans doute Rohrer est-il pour quelque chose dans l’effet « pâte » des parties chantées ; on ne comprenait presque pas un mot (bon, j’exagère un peu, mais quand même…). On ne peut tout de même pas dire que tout était forte et qu’il couvrait les chanteurs, cependant un peu plus de nuances, de subtilités et moins de volume auraient sans doute aidé. Mais je pense que le problème venait aussi d’ailleurs, de l’acoustique peut-être ( ? j’ai eu l’impression que le son de la fosse me parvenait beaucoup plus précis que celui la scène… ?), des chanteurs aussi sans doute.

 

Deux passaient plutôt bien : Claire Debono et Brad Cooper, mais étaient malheureusement trop appliqués à articuler leur texte pour être passionnants et pour ce qui est du naturel… hélas ! J’ai été plutôt déçu par C. Debono qui s’empêtrait dans son français et ne semblait vraiment pas à l’aise (son costume ne l’arrangeait pas non plus, la couleur fuchsia ne convenant pas à tout le monde…), alors que l’impression que j’en avais gardée n’était pas mauvaise lors du Lully (Armide) de la saison dernière.

Le chant de Cooper n’a rien d’enchanteur, il ennuie assez. Et un jaloux qui ennuie…

Frédéric Antoun était annoncé souffrant et l’était sans doute. Son personnage est brossé correctement, mais un peu plus d’allant et de séduction n’auraient pas nuis. Vocalement, il devait effectivement être gêné. Dommage ! car on nous en avait dit grand bien.

 

Magali Léger campe fort bien sa Léonore. C’est le genre de rôle qui lui convient parfaitement, même si une direction de jeu un peu plus attentive lui aurait permis d’être parfois plus à l’aise ou de faire mouche en épaississant un peu la psychologie de son personnage [non, M. Rousseau, Alonze ne peut pas jeter Léonore à terre ! c’est un amant, pas un mari ! à trop vouloir montrer un parallèle avec Les noces vous le prenez un peu vite pour le comte – qui lui, soit dit en passant, n’est pas un jaloux, mais bien autre chose ! et pour le coup, ce comte-là n’est pas bourgeois – Bref, je proteste ! ^^]. La situation de jeune veuve permettait bien des choses, il me semble et sa Léonore reste un peu trop jeune fille à mon goût. Le problème avec Magali Léger, c’est que la voix ne suit pas. Elle est souvent à la peine et fait des choses pas bien belles. Des voix habituées à Mozart devraient très bien défendre Grétry, je pense. Je me souvenais de M. Léger dans L’enlèvement au sérail, mais il m’a semblé qu’elle avait pas mal perdu, ou alors la rapidité de l’écriture ne permet pas de se rattraper et ce rythme de comédie à la cravache ne fait vraiment aucun cadeau aux interprètes.

 

Maryline Fallot n’a pas donné la Jacinte que j’attendais et celle qu’elle a servie à la place ne m’a pas convaincue. Elle a commis, pour moi, des contresens. Peut-être pas de son fait, d’ailleurs ; on lui a sans doute demandé d’être ainsi ; mais j’ai tiqué, évidemment. Sa servante est trop ‘dame’, son phrasé trop maniéré là où il aurait fallu du naturel et de la spontanéité. Jacinte doit rester à sa place, nous ne sommes pas dans le mélange des rangs. Cette Jacinte, à l’échine trop raide, n’est pas loin de vouloir jouer les maîtresses de maison, on se demande peut-être même parfois si elle n’aspirerait pas à devenir la maîtresse de Lopez pour mieux le mener ainsi. J’ai dit bourgeois, oui, mais pas encore à ce point ! Ayez tout de même la patience d’attendre un peu avant de nous servir ce plat-là ! Le maître de maison qui couche avec la bonne parce que c’est bien pratique et que chacun y trouve son compte, ce sera pour un peu plus tard. Non, non ! Attendez un peu, chère Jacinte. Gardez pour quelque temps encore votre rôle de fine mouche qu’il convient d’avoir avec soi, heureuse de vivre, pétillante et piquante, mais qui sait garder son rang. En allant trop vite, vous vous feriez haïr de votre maîtresse au lieu de vous en rendre indispensable et vous ne mettriez plus le public dans votre poche ; vous le feriez rire encore, mais il vous mépriserait. Le XIXe siècle viendra bien assez vite !... Bon, pour moi, cette Jacinte était ratée et ce n’est pas la voix qui pouvait rattraper grand-chose.

J’oubliais le père de V. Billier ! Eh bien, oui… je l’ai oublié.          

 

 

Ce que j’ai bien retenu par contre, c’est l’effet des décors en toiles peintes ! C’était une première pour moi et je n’avais jusque-là pas bien compris (oh, vous savez, moi, tant que je n’ai pas vu, je ne me rends pas compte… ^^) à quel point ce peut être modulable et lié au décor praticable. D’où les effets de surprise, puisqu’on ne sait plus trop si c’est un trompe-l’œil sur un élément fixe ou un élément réel peint. J’ai donc fait quelques « ah ! », « oh ! », « miam miam ! », « clap clap » comme à 7 ans et demi. Bon, n’allez pas croire non plus que je ne voudrais plus voir que des mises en scène dans des décors en toiles peintes, mais de temps à autre, quand c’est réussi et dans un tel lieu, ça ne fait pas de mal.

Il faut peut-être préciser qu’il ne s’agissait pas ici de reconstituer une représentation du XVIIIe siècle, mais plutôt de l’évoquer. Dès le départ, pendant l’ouverture et avant que ne commence le premier acte, on voit le décor se monter, si je puis dire. Les projos (pas d’historicité revendiquée, donc !) remontent dans les cintres, trois rangs de colonnes en descendent ainsi que plusieurs pans et niveaux de toiles peintes : la bibliothèque est prête. Le rideau retombe, quand on le relèvera les meubles seront en place et l’intérieur parfaitement rendu.

Au deuxième acte, on aura les appartements de Léonore ; on est évidemment on ne peut plus dans l’intimité de son intérieur, puisqu’elle va même y prendre son bain. Tout cela seconde bien, en effet, le propos de la pièce. Je vous laisse la surprise de la sérénade (« Oh !... clap clap !... »).

Il ne manque rien non plus au pavillon du jardin du troisième acte ; même les paons sont raccords !

Tout cela est parfaitement huilé et s’emboîte au millimètre. Je ne sais pas trop comment ça voyagera jusqu’à l’Opéra-Comique. J’avais compris que ce type de décors appartenait à un théâtre en particulier ; ils auront évidemment prévu les ajustements nécessaires. Je suis en tout cas très contente d’avoir vu cela de la loge princière à Versailles ; et puis d’ailleurs… l’Opéra-Comique… c’est un peu bourgeois, non ?...

PAN ! PAN !

Mais laissez les paons tranquilles !

 

 

C.

 

 

 

PS : Notez que le programme, que je n’ai pas encore eu le temps de lire, édité par le CMBV pourrait passer pour un copieux Avant-Scène… si ce n’était le format.

 

Repost 0
Published by Caroline - dans Représentations
commenter cet article
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 17:46

Et aussi :

 

Concert “Anges et démons” (Villa Medici, juil. 2009) avec S. Kermes (Osele) mardi 15 à 20h30 sur Mezzo + redif. …

 

 

 

__________________________________

 

 

Semaine du 12 au 18 décembre :

 

                                                                                                               

 

TELEVISION :

 

 

            ¤¤  Werther de Massenet (ONP, 2009) : lundi 14 à minuit 15  (France2)

                       K. Nagano / J. Rose – S. Graham ; R. Villazon ; L. Tézier…

 

 

  

RADIO :

 

 

            ¤¤  Etonnez-moi Benoît: en direct de l’Opéra-Comique pour les 10 ans de l’émission : samedi 12 à 10h30  (FM)

 

 

            ¤¤  Les enfants du baroque : Hommage à Alfred Deller (2) : samedi 12 à 18h  (FM)

 

 

            ¤¤  ça peut pas faire de mal : La voix, avec N. Dessay : samedi 12 à 18h10  (France Inter)

 

 

            ¤¤  Il Trittico de Puccini (MET, en différé) : samedi 12 à 19h30  (FM)

                       S. Ranzani – …

 

 

            ¤¤  Les invités d’Arièle : dont F. Lott et I. Moretti : dimanche 13 à 13h05  (FM)

 

 

            ¤¤  Matinée opéra : Nonnes à l’opéra : dimanche 13 à 14h30  (FM)

                        Giordano : Mese Mariano (avec Ciofi…)

                        Hindemith : Sancta Susanna (avec Donath…)

                        Heggie: Dead Man Walking (avec Graham, Stade…)

 

 

            ¤¤  Grands compositeurs: André Messager : de lundi à vendredi à 13h02  (FM)

 

 

            ¤¤  Grandes figures : Louis Langrée : de lundi à vendredi à 14h30  (FM)

 

 

            ¤¤  Concert : « Mythes et légendes germaniques » (Nantes, nov. 2009) : lundi 14 à 16h  (FM)

                        I. Karabtchevky – K. Kuttler… Programme Brahms, Hersant, Wagner

 

 

            ¤¤  Carrefour de Lodéon : P. Jaroussky et G. Courchelle : lundi 14 à 16h05  (France Inter)

 

 

            ¤¤  Histoire de… : L’opéra bouffe : de lundi à vendredi à 17h45  (FM)

 

 

            ¤¤  Symphonie n° 2 de Mahler (Chicago, nov. 2008) : lundi 14 à 22h  (Radio Classique)

                        Haitink – M. Persson ; C. Stotijn…

 

 

            ¤¤  Le magazine: avec M. Delunsch, Fouchécourt, Agnew pour ‘Platée’ : mardi 15 à 18h  (FM)

 

 

            ¤¤  Génération jeunes interprètes : Récital d’Aline Martin (Radio France, déc. 2009) : mercredi 16 à 10h30  (FM)

                        T. Garin, piano – « La femme dans tous ses états »

 

 

            ¤¤  Le magazine : avec Matthias Goerne : mercredi 16 à 18h  (FM)

 

 

            ¤¤  Les chefs-d’œuvre du classique : La Création de Haydn par R. Jacobs : mercredi 16 à 22h  (Radio Classique)

 

 

            ¤¤  Concert Debussy / Trojahn / Ravel (Leipzig, janvier 2008) : vendredi 18 à 20h  (FM)

                        J. Märkl – L. Aikin ; A. Vondung – S. Meyer (clarinette)

 

 

Repost 0
Published by Caroline - dans Radio & Tv
commenter cet article
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 17:46

Et aussi :

 

Albert Herring de Britten (Op-Com., 2009) sur Mezzo samedi 5 à 20h30 + redif. …

 

 

 

__________________________________

 

 

Semaine du 5 au 11 décembre :

 

                                                                                                               

 

TELEVISION :

 

 

            ¤¤  Concert : N. Harnoncourt à Salzbourg : dimanche 6 à 19h  (ARTE)

 

 

            ¤¤  Carmen de Bizet (La Scala, en différé) : lundi 7 à 20h45  (ARTE)

                        Barenboïm / E. Dante – A. Rachvelishvili ; J. Kaufmann ; A. Damato…

 

 

            ¤¤  Le petit Faust d’Hervé (2009) : dans la nuit de lundi à mardi vers 1h35 du matin  (France2)

                        G. Darchen / K. Catala -

 

 

  

RADIO :

 

 

            ¤¤  Radio libre: avec Natalie Dessay : samedi 5 à 15h30  (France Culture)

 

 

            ¤¤  Les enfants du baroque : Hommage à Alfred Deller : samedi 5 à 18h  (FM)

 

 

            ¤¤  Musique et foi : La double vie de Carl-Philipp-Emanuel Bach : samedi 5 à 18h  (Fréquence protestante)

 

 

            ¤¤  Tristan et Isolde de Wagner (Bayreuth, juillet 2009) : samedi 5 à 19h30  (FM)

                       P. Schneider – R. Dean Smith; I. Theorin ; R. Holl…

 

 

            ¤¤  Le jardin des dieux : Sibelius et les mythes finlandais (2) : dimanche 6 à 8h10  (FM)

 

 

            ¤¤  Cantabile : à propos de « Fortunio » de Messager à l’Opéra-Comique : dimanche 6 à 12h30  (Fréquence protestante)

 

 

            ¤¤  Matinée opéra : Orfeo de Claudio Monteverdi (La Scala, septembre 2009 ): dimanche 6 à 14h30  (FM)

Rinaldo Alessandrini - Par Georg Nigl (Orfeo), Roberta Invernizzi (la Musica, Eurydice) Sara Mingardo (la messagère, Speranza), Raffaella Milanesi (Proserpine), Luigi de Donato (Charon), FurioZanasi (Apollon), Giovanni B. Parodi (Pluton)

 

            ¤¤  Note contre note: pour « Louis XIV, l’homme et le roi » : dimanche 6 à 17h30  (FM)

 

 

            ¤¤  Carrefour de Lodéon : avec Louis Langrée pour « Fortunio » à l’Op-Com. : mercredi 9 à 16h05  (France Inter)

 

 

            ¤¤  Concert Bach (TCE, en direct) : mercredi 9 à 20h  (FM)

                        HC Rademann – S. Im ; TM Allen; R. Williams; G. Romberger…

 

 

            ¤¤  Journée Philippe Jaroussky : jeudi 10 de 8h à 19h  (Radio Classique)

Repost 0
Published by Caroline - dans Radio & Tv
commenter cet article
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 12:02

Et aussi :

 

Concert Haydn / Cimarosa (Rhorer – R. Pokupic ; 2009) sur Mezzo vendredi 4 à 20h30 + redif. …

 

 

 

__________________________________

 

 

Semaine du 28 novembre au 4 décembre :

 

                                                                                                               

 

TELEVISION :

 

 

            …

 

 

  

RADIO :

 

 

            ¤¤  Les greniers de la mémoire : Armin Jordan : samedi 28 à 12h  (FM)

 

 

            ¤¤  Medea de Cherubini (Nancy, nov. 2009) : samedi 28 à 19h30  (FM)

                       Olmi – C. Taigi, C. Shelton, M. Kerey, A. Walker, S. Lifar…

 

 

            ¤¤  Hommage à Pina Bausch (Théâtre de la Ville, le jour même) : samedi 28 à 20h  (France Culture)

 

 

            ¤¤  Le jardin des dieux : Sibelius et les mythes finlandais (1) : dimanche 29 à 8h10  (FM)

 

 

            ¤¤  Matinée opéra : ??? : dimanche 29 à 14h30  (FM)

 

 

            ¤¤  Note contre note: les musiques du théâtre de Shakespeare et de ses contemporains : dimanche 29 à 17h30  (FM)

 

 

            ¤¤  Concert Ravel / Debussy (Londres, juin 09) : lundi 30 à 10h30  (FM)

                        YP Tortelier – Susan Graham

 

 

            ¤¤  Grands compositeurs : Sibelius : de lundi à vendredi à 13h02  (FM)

 

 

            ¤¤  Grandes figures : Nikolaus Harnoncourt : de lundi à vendredi à 14h30  (FM)

 

 

            ¤¤  Le magazine : avec JC Spinozi : mardi 1er à 18h  (FM)

 

 

            ¤¤  Le partage de midi : avec P. Korzilius, directeur de la programmation musicale du musée d’Orsay : mercredi 2 à 12h05  (FM)

 

 

            ¤¤  Paulus de Mendelssohn (TCE, en direct) : jeudi 3 à 20h  (FM)

                        Masur – R. Ziesak ; C. Stotijn ; M. Goerne; P. Groves…

 

 

            ¤¤  Les vendredis de la musique : Henry Purcell, l’Orphée britannique : vendredi 3 à 15h  (France Culture)

 

Repost 0
Published by Caroline - dans Radio & Tv
commenter cet article
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 00:54

Et aussi :

 

Vita de Tutino (Hongrie, nov. 2009) sur Mezzo samedi 14 + redif.…

 

Récital de S. Karthäuser (Beaune, juil. 2009), sur Mezzo vendredi 20 + redif. …

 

 

 

__________________________________

 

 

Semaine du 14 au 20 novembre :

 

                                                                                                               

 

TELEVISION :

 

 

            ¤¤  Moïse et Aaron de Schoenberg (Triennale de la Ruhr, 2009) : lundi 16 à 22h50  (ARTE)

                        M. Gielen / W. Decker  – D. Duesing; A. Conrad…

 

 

            ¤¤  Toute la musique qu’ils aiment: Une journée à l’Opéra royal de Versailles : vendredi 20 à minuit 10  (France3)

 

 

            ¤¤  Concert d’inauguration de l’Opéra royal de Versailles : vendredi 20 à minuit 40  (France3)

                        Minkowski – Kozena ( ?)…

 

 

  

RADIO :

 

 

            ¤¤  Les enfants du baroque: Les castrats : samedi 14 à 18h  (FM)

 

 

            ¤¤  Parsifal de Wagner (Bayreuth, août 2009) : samedi 14 à 19h30  (FM)

                       D. Gatti – C. Ventris…

 

 

            ¤¤  Matinée opéra : Wozzeck de Berg (TCE, oct. 2009) : dimanche 15 à 14h30  (FM)

                        Salonen – S. Keenlyside ; K. Dalayman…

 

 

            ¤¤  Grands compositeurs : Cherubini, pourquoi l’oubli ? : de lundi à vendredi à 13h02  (FM)

 

 

            ¤¤  Passion classique : Renée Fleming : lundi 16 à 18h  (Radio Classique)

 

 

            ¤¤  Concert Varèse (Pleyel, oct. 2009) : lundi 16 à 20h  (FM)

                        Eötvös – Anu Komsi…

 

 

            ¤¤  Les chefs-d’œuvre du classique : René Jacobs (Bach, Haydn et Mozart) : lundi 16 à 22h  (Radio Classique)

 

 

            ¤¤  Concert Martin / Sibelius (Helsinki, oct. 2008) : mardi 17 à 10h30  (FM)

                        S. Oramo – T. Quasthoff…

 

 

           ¤¤  Le magazine :  avec Alain Altinoglu : mardi 17 à 18h  (FM)

 

 

            ¤¤  Concert : « La prière et le nombre : les grands motets isorythmiques de Dufray » (collège des Bernardins, oct. 2009) : mercredi 18 à 16h  (FM)

                        G. Maletto -

 

 

            ¤¤  Carrefour de Lodéon :  Cecilia Bartoli : mercredi 18 à 16h05  (France Inter)

 

 

            ¤¤  Le matin des musiciens : Dutilleux : Mélodies : jeudi 19 à 9h07  (FM)

                        F. Kaddour, piano – M. Callahan, baryton

 

 

            ¤¤  La tête dans les étoiles : Cecilia Bartoli : jeudi 19 à 14h30  (RTL)

 

 

            ¤¤  Concert Purcell (St-Roch, en direct) : jeudi 19 à 20h30  (Radio Classique)

                        Ph. Herreweghe -

Repost 0
Published by Caroline - dans Radio & Tv
commenter cet article
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 14:03

Et aussi :

 

Musique classique et guerre froide : Les musiciens en RDA (docu, All. 2009) sur ARTE lundi 9 à 22h…

 

L’amant jaloux de Grétry en direct de Versailles, vendredi 13 à 21h sur Mezzo…

 

 

__________________________________

 

 

Semaine du 7 au 13 novembre :

 

                                                                                                               

 

TELEVISION :

 

 

            ¤¤  Louise de Charpentier (ONP, 2007) : dans la nuit de samedi à dimanche vers 1h du matin  (France3)

                        Cambreling / Engel – Delunsch, Van Dam… (Redif.)

 

 

            ¤¤  L’amour des trois oranges de Prokofiev (ONP, 2005) : lundi 9 vers minuit 45  (France2)

                        Cambreling / Deflo – C. Workman… (Redif.)

 

 

  

RADIO :

 

 

            ¤¤  Les enfants du baroque: avec Paul Agnew : samedi 7 à 18h  (FM)

 

 

            ¤¤  Dardanus de Rameau (Lille, oct. 2009) : samedi 7 à 19h30  (FM)

                       Haïm – AJ Dahlin, I. Perruche, T. Scheunemann ; F. Lis ; A. Foster-Williams…

                        [Remarques bienvenues !...]

 

 

            ¤¤  Le jardin des dieux : Le roi Arthur : dimanche 8 à 8h10  (FM)

 

 

            ¤¤  Matinée opéra : ??? : dimanche 8 à 14h30  (FM)

 

 

            ¤¤  Concert en direct de Berlin : lundi 9 à 20h30  (FM)

 

 

            ¤¤  L’invité culture : Marc Minkowski : mardi 10 à 9h15  (Radio Classique)

 

 

            ¤¤  Grands compositeurs : Charpentier, prénom Marc-Antoine : de mardi à vendredi à 13h02  (FM)

 

 

           ¤¤  Le magazine :  avec Sandrine Piau : mardi 10 à 18h  (FM)

 

 

            ¤¤  Concert Charpentier / Lully (Cité de la musique, en direct) : mardi 10 à 20h  (FM)

                        Christie

 

 

            ¤¤  Journée Natalie Dessay : tout le long de la journée  (Radio Classique)

 

 

            ¤¤  Passion classique : Sandrine Piau : jeudi 12 à 18h  (Radio Classique)

 

 

            ¤¤  L’humeur vagabonde : Sandrine Piau : jeudi 12 à 20h10  (France Inter)

 

 

            ¤¤  Récital de Courtney Mills (Louvre, oct. 2009) : vendredi 13 à 10h30  (FM)

                        S. Lepper, piano – Programme Hahn, Rachmaninov, Strauss

 

 

            ¤¤  Le magazine : avec Natalie Dessay : vendredi 11 à 18h  (FM)

Repost 0
Published by Caroline
commenter cet article
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 20:25
Clément a repris son clavier en main! Merci à lui.



L’actualité de la rentrée met en regard plusieurs récitals comprenant des airs de Porpora. Loin de se lamenter sur la présence de doublons, on se félicite de pouvoir comparer deux interprétations, luxe rare dans ce répertoire ! Ainsi, les sopranos Simone Kermes, Karina Kauvin et la mezzo Cecilia Bartoli ont chacune livré un nouvel enregistrement : nous nous pencherons sur les deux derniers.

L’album Sacrificium développe un généreux « concept », à la manière d’Opera proibita : il s’agit d’explorer l’univers des castrats au XVIIIe siècle, avec un commentaire historique, social et musical abordant l’essentiel du sujet, une présentation musicale des airs et quelques pages à visée encyclopédique dont les entrées comprennent quelques chanteurs, compositeurs ou thèmes du domaine. Pour la notice d’un disque, et sans approcher l’intérêt du livret écrit par R. Jacobs et R. Stroehm dans le Farinelli Arias de Genaux chez Harmonia Mundi, les informations sont à la fois riches et précises, le ton simple et sans sensationnalisme. Certes, il ne s’agit pas d’un ouvrage spécialisé mais d’une entreprise de vulgarisation fort bien réalisée ; tout juste peut-on regretter que les extraits d’opéras ne soient pas replacés dans leur situation dramatique.

Le programme est assez bien composé et la musique séduisante de bout en bout. Toutefois, le système bien rodé d’une alternance adagio / allegro à peine saupoudrée d’airs de demi caractère touche ici à ses limites : il me semble que la cantatrice et son conseiller musical (Sergio Ciomei) se sont laissés griser par la surenchère démonstrative. Il est vrai que l’objectif de proposer, d’une part, une majorité d’inédits, d’autre part, les airs les plus difficiles dans chaque genre et les plus poignants, a dû imposer une très sévère sélection dans l’océan de partitions encore inédites et dignes d’être interprétées. On a évidemment fini par ne sélectionner que des paroxysmes vocaux et dramatiques, et les climax qui se succèdent implacablement finissent par s’annuler mutuellement. En regard des autres pages, certains airs qui constitueraient les sommets d’un opéra paraissent ici d’un moindre intérêt, surtout lorsque l’expressivité du torrent de vocalises fait sensiblement défaut. Qu’on ne se trompe pas néanmoins : individuellement ce sont des arias remarquables.


Farinelli et Metastasio


On n’a guère envie de chipoter sur le chant de Cecilia Bartoli tant son enthousiasme est communicatif, d’autant qu’Il Giardino Armonico n’est pas en reste avec une précision appréciable et une énergie bien dosée. Les réserves ne sont pas nouvelles : le timbre est plus ou moins aminci selon les airs, mais demeure beau (on touche là au subjectif) sauf dans un bas medium sourd et des aigus toujours plus petits qui ont de surcroît perdu un peu de la qualité laiteuse des débuts sopranisants (Sifare de Mitridate). La vocalisation est constamment di forza (ce qui n’est pas toujours un mal) et le trille très marqué mais souvent peu élégant, au service d’une expression souvent juste que l’on pourra néanmoins trouver trop appuyée selon les extraits.

Quoi qu’il en soit, le disque débute par une réussite, avec l’impétueux Come nave in mezzo all’onde de Porpora. L’orchestre tonitrue et Bartoli vocalise avec une malicieuse assurance collant parfaitement avec le texte, sorte de déclaration d’amour rassurante en grand attelage d’air de tempête. Porpora est particulièrement bien servi par le disque avec cinq arias pour Farinelli ou Caffarelli. Le lamento Parto ti lascio o cara de Germanico in Germania est plutôt pudique d’expression jusqu’à ce que la voix se colore en formules entêtantes explorant l’aigu ou le grave, avec une grâce rappelant Alto giove. Usignolo sventurato et ses superbes bois offrent une parenthèse de demi caractère bienvenue dans le disque, mais les gazouillis de rossignol pour exprimer la mélancolie m’ont toujours semblé peu convaincants, au-delà du pur plaisir vocal : qu’on songe à Quell’ usignolo de Giacomelli, même si Porpora a des exigences moins démesurées.

La haute bravoure de In braccio a mille furie et de Nobil onda n’apparaît pas comme ce qu’il y a de plus convaincant au disque. L’orchestre est magnifique et expressif dans les deux pages, mais le tempo du premier empêche un peu de la chanteuse de déclamer avec force les premières phrases syllabiques, pour ensuite s’enflammer en longs traits sur les divers foyers que l’orchestre semble allumer. La ritournelle du second est grandiose, mais Bartoli, voulant jouer la carte de la légèreté certes suggérée par le texte, amincit sa voix au point qu’on a parfois l’impression d’entendre un pois sauteur dans un catalogue de coloratures. Une Nobil onda bien primesautière, surtout pour une noble prisonnière… La faute en revient certainement à Porpora, et nous reviendrons sur l’air dans le disque de Gauvin.


Felice Salembini


Autre élève de Porpora, Salimbeni est représenté par deux pages de Graun, Misero pargoletto et Deh, tu bel Dio d'amore... Ov'è il mio bene? créées à Berlin. On découvre une fois de plus l’œuvre d’un excellent compositeur, certes pas des plus novateurs mais retrouvant ici sa meilleure inspiration dans les airs lents et dénués d’exhibitionnisme vocal à l’instar du lamento de son Orfeo (pour Carestini) ou de Dal inflessebil sorte de Montezuma (pour Amadori). Salimbeni a également chanté à Vienne à partir de 1731, mais c’est pour Farinelli, en visite à Vienne en 1732, que Caldara a écrit deux oratorios sur des textes du caro gemello du castrat, Metastasio. Ces pages, Profezie, di me diceste et Quel buon pastor son io figurent parmi les plus belles du disque et offrent une belle respiration stylistique et vocale : Caldara compose dans un style ancien loin des extravagances des Napolitains, avec une irisation harmonique digne des maîtres du contrepoint. Il est intéressant de constater comment ce compositeur économe a servi la voix stupéfiante de Farinelli : le résultat est splendide et dispense une réelle émotion, d’autant que Bartoli chante avec une relative simplicité. Après le bouleversant Vanne pentita d’Opera proibita, la cantatrice retrouve ce compositeur avec bonheur dans deux nouveaux airs exprimant le renoncement, doublé d’une dimension christique pour le second, qui clôt le premier disque – faut-il aussi voir dans Abel chantant son sacrifice pour son troupeau (à ne pas lire au premier degré !) la figure de Bartoli toute entière à son sacerdoce musical ? Caldara excelle en tout cas à peindre avec une évidence poignante et une grande pudeur les climats mélancoliques d’un renoncement empreint de tendresse mystique.


Francesco Araja


L’air de bravoure d’Araja ainsi que Son qual nave de Broschi marquent des sommets de difficulté à placer aux côtés de Qual guerriero in campo armato de Broschi. Le second est cependant plus décoratif et Bartoli le chante avec tout le brio d’un air de concert : en ce sens, c’est pleinement réussi avec des variations à couper le souffle qui diffèrent de ce qu’elle a déjà chanté dans cet air. Cadrò ma qual si mira est cependant autrement expressif, ce qui n’est pas le cas du seul air de Vinci du disque : souffrant d’un emploi excessif de la machine à tonnerre qui morcelle encore les motifs, l’air fulminant Chi temea Giove regnante juxtapose à l’infini de longues formules qui me semblent un peu vaines, bien que très belles : on est loin du magnifique Vo solcando un mar crudele (hors version Kermes hélas) pour Carestini ou encore des airs pour Scalzi dans Partenope, et l’on sent le jeune Farinelli soucieux d’étaler sa technique. Les airs de Caldara semblent au contraire mettre en pratique le célèbre commentaire de Charles VI au castrat : « [votre virtuosité ne fait] que surprendre ; il est temps pour vous de songer à plaire ; vous êtes trop prodigue des dons de la nature : si vous voulez toucher les cœurs, il vous faudra prendre un chemin plus direct et plus simple. » On le comprend ici.

Enfin, excellente idée de mettre en perspective deux pages aussi connues que Ombra mai fu de Handel, que l’on écoute d’une autre oreille et qui est ici splendidement interprété avec une langueur toute personnelle et un sens du legato rare, ainsi que Sposa, non mi conosci de Giacomelli, plus connu dans la version légèrement abrégée par Vivaldi sur le texte Sposa, son disprezzata dans Bajazet. Ce dernier air joue avant tout sur les différences de coloration et la longueur du souffle s’impose comme une superbe réussite, malgré quelques débordements expressifs de Bartoli ici ou là.


 

 


Ce n’est certes pas ce qui guette Karina Gauvin, dans un programme exclusivement consacré à Porpora et accompagnée par Alan Curtis et son ensemble. Avouons d’emblée que le disque est partiellement décevant et agace à plus d’un titre à la première écoute. Tout d’abord, le choix des airs : le minutage est très généreux, mais passé les deux premiers airs de caractère impétueux (sur le papier), les seuls affects explorés sont la douleur et la mélancolie. Heureusement, quelques magnifiques récitatifs accompagnés viennent réveiller l’ensemble par une belle variété d’expression et ont la qualité de dresser le décor de l’air – le disque de Bartoli ne propose qu’un unique accompagnato. Quelques airs de demi caractère ou de virtuosité auraient apporté une variété aidant à soutenir l’attention, tandis que les airs se mêlent ici en un luxueux continuum d’élégantes volutes lyriques.
L’impression est encore aggravée par la médiocrité de l’accompagnement, incapable de restituer pleinement la diversité, les contours, la nervosité et la tension des extraits : on a pourtant de vigoureux airs de bravoure, une sicilienne pathétique, de tortueuses pages orchestrales fidèles à l’ondoiement élégant propre au compositeur… Tout semble identique, dilué dans un même tempo mollasson et surtout dénué de la moindre intention, d’imagination ou d’un minimum de nerf. Les airs bénéficient de la chair pulpeuse que leur offre la soprano, très en voix, mais sont privés du squelette rythmique et dramatique que le chef aurait dû imprimer à l’ensemble. Les fusées à la française qui ouvrent l’ouverture d’Arianna expose le manque totale de souffle et d’inspiration de Curtis dans un disque qui s’impose comme l’un des moins convaincants de ceux qu’il a enregistrés récemment.


Il faut donc écouter les airs séparément pour enfin découvrir les joyaux que constituent certains d’entre eux. Miseri sventurati affetti miei est la plus belle page d’Arianna, déjà connue au disque par Tiziana Fabbricini : la direction de Curtis est ici plus rapide que dans l’enregistrement Bongiovanni mais ce tempo allant offre peu de poésie avec un hautbois désespérant de prosaïsme. Quelle merveille pourtant que cet air ! Sommet d’un rôle écrit pour la Cuzzoni, il est d’une expressivité poignante et d’une grande noblesse jusque dans ses formules roucoulantes et plaintives – les ornements de Gauvin à 5’20 !
Autre splendeur écrite pour la Cuzzoni : la scène et air tirée de Polifemo, Aci amato mio bene... Smanie. À un accompagnato saisissant qui débute sur d’étonnantes colorations fantomatiques succède une sicilienne rappelant les meilleures réussites du genre par Haendel pour la même cantatrice, ce qui n’est sans doute pas un hasard. Le style de Porpora laisse la voix s’épancher en délicates arabesques tentant de s’arracher à l’accompagnement lancinant. L’air tiré d’Angelica, Mentre rendo a te la vita ne figure apparemment pas dans l’arrangement d’Otero pour ce qu’il a renommé Orlando ; il est d’une grande simplicité mais ne s’impose pas vraiment. Le rôle avait été créé par la Bulgarelli, également inspiratrice de la Didone abbandonata de Metastasio dont la scène finale a visiblement inspiré le librettiste d’Arianna. Mais le poème et la musique ne sont pas les mieux venus du disque, même si l’ensemble reste original et intéressant.

La Cuzzoni


Plus prenante est la scène de Fulvia dans Ezio, Misera dove son?... Ah non son io che parlo, écrite pour Lucia Facchinelli : Porpora s’y montre là encore assez économe, dessinant une atmosphère de douleur lancinante plus qu’un grand délire comme Gluck, avec des élans moindres que chez Haendel : seuls quelques trilles viennent parer le fameux « e delirar mi fa » d’une frayeur supplémentaire. Une remarquable page en somme, dont le climat correspond bien à la soprano canadienne.

Nobil onda d'Adelaïde est plus problématique. Si l’air dure ici 7’22 contre 4’52 avec Il Giardino armonico, ce n’est pas vraiment par le tempo mais plutôt par le caractère et l’énergie que pêche la version Curtis. Une écoute répétée et la comparaison avec la version Bartoli font néanmoins ressortir les qualités de Gauvin, qui, faute d’offrir une véritable ivresse virtuose, campe un personnage d’une grande noblesse. L’altière Adelaide se dresse avec fierté dans ses chaînes (le propos est similaire à celui de Lotario de Haendel) de la même façon dans le second air Non sempre invidicata, qui tombe cependant un peu à plat pour les mêmes raisons – et dans un « arrangement » dont le livret ne donne pas le détail. Ces airs virtuoses ne sont donc que partiellement convaincants et c’est bien dans les airs lents et les récitatifs dramatiques que Karina est à son meilleur, surtout aussi mal soutenue : elle a besoin d’être autrement motivée pour prendre des risques dans la colorature, comme dans Tito Manlio. Le trille souvent superbe – dans une musique qui en est particulièrement prodigue – et dotée d’un timbre rond et coloré sans renoncer aux contours du texte, elle se pose en interprète privilégiée des airs de la Cuzzoni (quelle présence, quel écrin pour sa voix dans Il tuo dolce mormorio d'Arianna !).


 

 

Porpora


Un aspect de la musique galante me semble ici bien compris par Bartoli comme Gauvin, à l’instar de Genaux auparavant : l’émotion est ici sublimée, au sens physique du terme – la sublimation étant le passage direct de l’état solide à l’état gazeux. La dureté et la concrétude des contingences et douleurs humaines sont sublimées au fil de l’air dans un chant sans cesse plus abstrait et éthéré ; la peine le plus profonde se « creuse » vers le haut, et la musique de Porpora s’extravertit vers le ciel. Quelles couleurs et quelles émotions dévoile alors le chant de Bartoli et surtout Karina Gauvin, dissipé dans des sphères purement instrumentales !

Pour conclure, si le disque de Bartoli est plus immédiatement séduisant, la plupart des airs gravés par Gauvin sont tout aussi délectables et deviennent même addictifs ; seulement, comme disent les Anglo-saxons, il s’agit d’un « acquired taste » qui réclame de l’attention.

Il me semble préférable de déguster ces deux disques en extraits pour mieux apprécier les qualités propres à chaque page, et pour éviter l’indigestion. Belle rentrée pour les amateurs de musique baroque !

Repost 0
Published by Clément - dans Disques et lives
commenter cet article
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 19:57

Semaine du 24 au 30 octobre :

 

                                                                                                               

 

TELEVISION :

 

 

            ¤¤  Le couronnement de Poppée de Monteverdi (Actes II et III) : dans la nuit de samedi à dimanche vers 1h30 du matin  (France3)

Haïm / Carsen – D. de Niese, A. Coote, T. Mumford, C. Dumaux…

 

  

            ¤¤  L’heure de… Rossini : vendredi 30 à minuit 10  (France3)

 

 

 

RADIO :

 

 

            ¤¤  La ville morte de Korngold (ONP, en direct) : samedi 24 à 19h30  (FM)

                       Steinberg – R. Dean Smith ; R. Merbeth ; S. Degout, D. Lamprecht…

 

 

            ¤¤  Le jardin des dieux : Médée, magicienne et amoureuse (3) : dimanche 25 à 8h10  (FM)

 

 

            ¤¤  Matinée opéra : ??? : dimanche 25 à 14h30  (FM)

 

 

            ¤¤  Le matin des musiciens: avec notamment P. Agnew : lundi 26 à 9h07  (FM)

 

 

            ¤¤  Grands compositeurs : Mahler ? son temps est venu : de lundi à vendredi à 13h02  (FM)

 

 

           ¤¤  Histoire de… la musique à Venise : de lundi à vendredi à 17h45  (FM)

 

 

            ¤¤  Concert Stockhausen / Ligeti (Pleyel, oct. 2009) : lundi 26 à 20h  (FM)

                        Boulez – C. McFadden, H. Summers, G. Nigl

 

 

            ¤¤  Le mardi des auteurs : Ivan Tourgueniev : mardi 27 à 15h  (France Culture)

                        [P. Viardot ne devrait pas être loin…]

 

 

            ¤¤  Carrefour de Lodéon : Natalie Dessay : mardi 27 à 16h05  (France Inter)

 

 

            ¤¤  Le magazine : avec D. Gatti : mardi 27 à 18h  (FM)

 

 

            ¤¤  Judas Macchabée de Haendel (Ambronay, sept. 2009) : mardi 27 à 20h  (FM)

                        L. Garcia Alarcon – MC Kiehr, M. Rewerski, F. Schofrin, Makoto Sakurada, A. Meerapfel…

 

 

            ¤¤  L’or du Rhin de Wagner (Aix, juillet 2006) : mardi 27 à 20h  (Radio Classique)

                        Rattle – W. White, R. Gambill, L. Paasikivi, A. Larsson, M. Delunsch…

 

 

            ¤¤  La Walkyrie de Wagner (Aix, juillet 2007) : mercredi 28 à 20h  (Radio Classique)

                       Rattle – W. White, R. Gambill, M. Petrenko, EM Westbroek…

 

 

            ¤¤  Concert Mahler (Châtelet, en direct) : jeudi 29 à 20h00  (FM)

                        Gatti – M. Diener, C. Stotijn, N. Schukoff, M. Werba

 

 

            ¤¤  Le magazine : avec Yann Beuron : vendredi 30 à 18h  (FM)

 

 

            ¤¤  Siegfried de Wagner (Aix, juillet 2008) : vendredi 30 à 20h  (Radio Classique)

                       Rattle – B. Heppner, B. Ulrich, W. White, K. Dalayman, D. Duesing…

                        [Le crépuscule des dieux est prévu pour le lendemain, samedi 1er ]

Repost 0
Published by Caroline - dans Radio & Tv
commenter cet article
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 17:33
Handel, Susanna (1749)

Sophie Karthauser : Susanna
David DQ Lee : Joacim
William Burden : premier vieillard
Alan Ewing : second vieillard
Emmanuelle de Negri : Suivante& Daniel
Maarten Koningsberger : Chelsias
Ludovic Provost : Juge

Les Arts Florissants
William Christie


Salle Pleyel
20 octobre 2009

Gentileschi

Bon avant de commencer je vous préviens tout de suite que je vais me la jouer proust-proust et beaucoup user de la métaphore, z'étes prévenus! C'était donc le concert célèbrant les 30 ans des Arts flo, avec discours inaugural de Laurent Bayle devant Monsieur le Ministre de la Culture dont les réçents déboires médiatiques entraient étonnamment en résonnance avec cette sombre histoire biblique libidinale, huhu.

L'oeuvre en elle-même est intéressante mais semble inaboutie: le livret est pas mal construit mais comme souvent pour les oratorios de Handel, manichéen, Susanne est la gentille, les deux vieux les méchants, on serait bien tenté de dire que Joacim est gentil aussi, mais en fait il est plutôt brave, il est content de sa vie, il part, sa femme manque de se faire violer et à son retour, il ne trouve rien d'autre à dire que "ben zut alors!", aucune reflexion sur la vanité du bonheur, aucune vélléité de la sauver coute que coute, bref on se demande ce qu'il fout là. Coté musique c'est assez irrégulier, les airs de félicité et de confiance en Dieu m'ont semblé moins profonds que ceux de Theodora, les choeurs témoignent toujours de la puissance démiurgique de Handel par leur intégration au tissu orchestral, mais ce monde là, Handel l'a composé ailleurs et mieux; et les choeurs sont finalement moins présents ici que dans d'autres oratorios. La vraie réussite de cette partition réside dans le traitement des deux vieillards, à la limite entre le bouffe et le tragique, et c'est justement en évitant l'ecueil du manichéisme qu'Handel réussit à leur donner tant de vie (ce que l'éxécution de ce soir ternit un peu à mon sens); mais on compte aussi quelques passages superbes hors des parties "senior", l'air de Daniel sur la chasteté, le dernier air de Susanna et le trio Susanna-Papi1-Papi2 sont ceux qui m'ont le plus frappé. D'une façon générale l'orchestration est très soignée, avec des thèmes de cordes entêtant qui sont déclinés dans les airs avec une science qui fait de Handel l'égal de Bach - sur le terrain de la variation, sur les autres, Jean-Sebastien peut aller se rhabiller :o) Enfin l'atmosphère champêtre est sans doute ce qui différencie le mieux cet oratorio des autres: air du ruisseau, air du chêne, ode à la nature, vanité de la beauté des fleurs et finalement Susanne disculpée car ses deux accusateurs se contredisent sur l'arbre qui aurait abrité ses ébats adultères. Bref un oratorio de la nature qui voit en toute cohérence se dérouler les pires méfaits de la nature, ceux de la nature humaine quand Dieu règne sur l'autre.


Pour leurs 30 ans, les Arts Flo nous ont offert une performance d'un professionalisme remarquable: l'enregistrement du disque se faisant sur le vif ce soir-là, on a senti tout le travail accompli en répétition (ce qui n'a pas vraiment été le cas dimanche pour Niquet et Andromaque, article à venir). Et le résultat est là: c'est d'une perfection plastique exceptionnelle, je n'ai jamais entendu leurs archets si précis et à l'unisson, tout l'orchestre est d'une cohérence sans faille, parfaitement maitrisé par William Christie qui ne laisse rien passer ni chez les musiciens ni chez les chanteurs (en guise de bis nous auront d'ailleurs droit au duo et choeur final repris pour l'enregistrement car dans le premier Karthauser avait fait une variation un peu décalée, et dans le second certaines sopranos avaient attaqué trop tôt). Et c'est bien là le problème, c'est parfait mais c'est glacial, dommage pour un oratorio de la nature; un peu comme ces statues grecques antiques ou ces façades de cathédrales que l'on a longtemps cru d'une blancheur immaculée originelle et que les recherches scientifiques ont en réalité révélées colorées voire bariolées, Christie s'acharne à vouloir rendre plus classique que classique cet oratorios handelien, lui refusant toute aspérité, toute saillance, toute vie quoi. Si l'on aime ce genre d'éxécution du baroque qui fut celle de pionniers anglais de la rédécouverte de ce repertoire dans les années 80, on est aux anges car je ne pense pas que l'on puisse aller plus loin dans la méticulosité de l'éxécution, mais pour moi il manque quelque chose, une certaine authenticité. Le traitement est tout de même un peu différent pour les choeurs, certes l'unisson parfaite des tessitures est toujours recherchée (et atteinte, ces sopranos chantent vraiment comme une seule femme et avec une clareté impressionnante!), mais le théatre y est plus présent dans la vivacité des attaques ou dans la mise-en-espace (à l'avant scène pour la fin du I et du III, ils entrent pour interrompre la tentative de viol, et sont sur la périphérie de la scène pour la sentence - rappelant un peu ce qu'ils avaient fait dans L'Allegro à Garnier).

Rembrandt

J'ai été très déçu par les deux protagonistes, surtout en connaissance de la distribution d'origine. Tout d'abord Sophie Karthauser en Susanne: je n'ai jamais osé vraiment mepriser cette voix, quelque chose m'y a toujours intéressé sans jamais m'emporter. Bien aimée chez Haydn (Ritorno di Tobia), bien aimée chez Lully (Thésée), bien aimée chez Handel (Faramondo), sans doute m'attendais-je à ce qu'elle se révèle et décolle enfin, mais sa longue partie ce soir m'a beaucoup refroidi. Je n'ai entendu ce soir qu'une voix anorexique, sans chair, et donc incapable d'une souffrance autre que superficielle et d'une joie autre que de convenance; on a par ailleurs bien du mal à croire qu'une telle voix soit l'expression d'un corps aux voluptués suffisantes pour exciter à ce point les ardeurs de nos deux ainés. Et pourtant l'artiste est là: une telle lisibilité, économie et pertinence stylistique des intentions ne se rencontrent pas chez toutes les sopranos, mais le medium est tellement gris que cette voix ne s'éveille aux intentions de l'artiste que pour les aigus. Bref j'ai ce soir constamment entendu ses limites, aussi bien dans la déploration que dans la joie ou la colère. J'étais placé très près de la scène, je serai curieux d'entendre l'avis de personnes placées en fond de salle pour savoir si ces intentions y étaient aussi bien véhiculées par cette maigre voix. Et quitte à choisir un soprano lisse, j'aurai préféré que l'on reste avec Kate Royal initialement prévu, dont la stature est autrement plus consistante. Cela dit mon jugement ne se veut pas péremptoire, et je veux bien croire que le rôle n'était pas idéal pour sa voix.

Seconde deception, David DQ Lee. Commençons par dire qu'apprendre le rôle en 3 jours pour un résultat qui respire autant le naturel, chapeau. Mais les éloges s'arrêtent là. Je pourrai venter le naturel de l'émission qui ne semble pas du tout contrainte, si bien que l'on croirait entendre un soprano, et oui c'est vraiment remarquable qu'une voix d'homme s'approche à ce point des aigus d'une voix de femme, mais enfin les contre-ténors n'ont-ils rien d'autre à offrir qu'une remarquable imitation? S'ils font moins bien qu'un soprano, quel intérêt. La voix de David DQ Lee n'existe que dans l'aigu, c'est plus lisse que les fesses d'un bébé, ce n'est que de l'émotion plastifiée pour moi. Cela rappelle la voix de femme comme un bonbon à la fraise rappelle le goût de la vraie fraise à grand renfort de procédés chimiques. Quand on sait en plus l'inexistance dramatique du rôle, c'est l'ennui assuré! Quel dommage que Cencic ait annulé, non seulement lui avait des graves à offrir, mais aussi une originalité du timbre, une voix rare et une intériorité qui font totalement défaut à David DQ Lee.

Ricci

Emmanuelle de Negri est très proche de Karthauser pour le tempérament, mais la voix est bien plus opulente et vive. Les pleurs de la suivante suffisent à eclipser la tristesse de Susanna, ce qui est tout de même dommage. Pour le rôle de Daniel (dans lequel elle remplaçait donc David DQ Lee), on la sent moins en confiance dans le récitatif, mais l'air de la chasteté est splendide, la pureté d'émission n'ayant ici rien de javelisé, et la juvenilité du personnage est très bien rendue. NB: sur son myspace, on peut notamment l'y entendre dans un très beau "Tristes apprêts".

Très court juge de Ludovic Provost, si bien qu'il serait stupide de le juger sur une aussi embryonnaise prestation; notons juste que, comme tout le monde ce soir, la prononciation de l'anglais est splendide. Le Papa de Susanna était bien chanté par Maarten Koningsberger, bon baryton, sans que j'ai grand chose à en dire vu l'immobilisme dans lequel le tient le livret.

Santerre

Et j'en arrive donc à nos deux pervers pépères, les figures les plus incarnées de cette soirée. William Burden chante le premier, et le joue avec une conviction roborative, le problème est qu'il limite trop son personnage à mon avis, ce qui est d'autant plus dommage que le ténor semble ne pas manquer de ressources vocales (aussi bien dans l'étendue de la tessiture que pour l'éxécution des vocalises). Car en fait de vieillard libidineux, on le sent plus prompt à tendre la croupe qu'à assaillir Susanne. Vous me direz, pourquoi pas un vieillard bi-sexuel un peu folle dont les inclinations seraient totalement déréglées par l'excès de désir insatisfait, et après tout le livret souligne bien ce coté tordu à travers la perfidie du personnage (voir l'air ironique en face de Susanne). Beh oui mais y a pas que le livret, y a la musique aussi. Et je le répète, Handel est bien moins manichéen que ses librettistes: faire du vieillard un bouffon lubrique et dangereux n'est qu'une interprétation du livret, la musique tente à certains moment de le rendre émouvant. Or à force de trop tirer son personnage vers le bouffe glauque (très bon jeu de scène d'ailleurs, notamment le passage où il joue avec le portrait de Susanne),William Burden sabote toute l'empathie qui pourrait naitre dans le coeur du spectateur pour ce vieillard sénile lors de l'exposition de sa passion dévorante. Pour résumer, un personnage plus diversifié m'aurait davantage convaincu: je veux bien que ce papi grimaçant et dégueulasse en fasse partie, mais si l'on ne veut pas tomber dans la caricature et perdre toute authenticité, il ne faut pas s'y arrêter.

Et Alan Ewing lui ne s'y arrête pas! Passons sur la voix splendide et caverneuse qui fait plus entendre l'autorité d'un roi que la décrépitude d'un vieillard et sur l'intelligence du récitativiste qui n'hésite pas à jouer avec la langue anglaise, pour se concentrer sur le personnage aux facettes plus variées que son congénère, alors même que le livret semble l'enfermer dans un rôle plus sommaire. On avait le pervers faiblard, voilà le violeur, c'est lui qui pousse son compère à participer au crime. Et pourtant j'ai trouvé plus touchante l'expression de sa passion, on sent dans son chant ce que Handel a pu mettre de lui-même dans ce passage, toute la contradiction (parfois résolue auprès de certain-e-s...) entre le pouvoir politique et l'impotence à la séduction qui précède l'impotence sexuelle.



Salle comble. Applaudissements nourris. Très belle robe de Negri en servante. Teinture douteuse de Lee et sourir enjoué de Florence Malgoire (premier violon des Arts Flo), voilà pour les détails. Le disque viendra donc aisément se palcer en haut de la discographie de l'oeuvre. Au fait quelqu'un a déjà entendu le disque avec Lorraine Hunt nonobstant McGegan?

Final de l'acte III (version Christie)
Distribution identique à celle de Paris, à l'exception du rôle de Joacim tenu par Max-Emmanuel Cencic
 Concert donné à Amsterdam le 24 ocotbre 2009


Rubens
Repost 0
Published by Licida - dans Représentations
commenter cet article